dimanche 17 mars 2013

[GOLBEUR EN SÉRIES] Semaines 24 & 25

Dans cet épisode : Hell on Wheels, House of Cards, Derek, The Following, The Walking Dead... ainsi qu'un soupçon de Monday Mornings et un zest de The Good Wife.

👍 HELL ON WHEELS Je ne sais pas trop pourquoi j'ai mis si longtemps à regarder une série qui, sur le papier, a tout pour me plaire. Peut-être tout simplement parce que sur le papier (justement), cette série existe déjà et s'intitule Deadwood. L'impression de sous-produit se confirme d'ailleurs dans les premiers épisodes, même s'il conviendrait sans doute plutôt de parler de "Deadwood light". La même chose, avec des personnages un peu moins moches, un peu moins sales, un peu moins vieux et beaucoup moins vulgaires. Mais on est cela dit plus dans l'impression - voire le préjugé - que dans le véritable constat. Si ce western parfois relativement classique avait été diffusé il y a quarante ans, aucune comparaison ne se serait imposée puisqu'à l'époque, le genre n'avait rien de marginal. C'est un peu cela, la touche Hell on Wheels : quand Deadwood réinventait le genre et que Justified continue de le moderniser, le show d'AMC se contente de le l'incarner. Sans manières et presque sans fioritures. Cela le rend fatalement attachant d'autant que, plutôt bien écrit et idéalement rythmé, il s'avale vite et bien.


👎👎 HOUSE OF CARDS J'ai horreur de tenir la position du gars qui crache sur ce que tout le monde adore. J'ai toujours trouvé cela terriblement poseur, et je nourris d'ailleurs souvent une certaine méfiance vis-à-vis des gens dans cette situation. C'est pourtant bien ce que je m'apprête à faire, mais il faut dire que dans le genre poseur, je suis de toute façon largement battu par le show évènementiel de Netflix, qui n'est effectivement que cela ou presque : de la pose. Dès le premier épisode, étrangement construit au demeurant, tout sonne faux : on ne croit pas à l'intrigue (l'absence quasi totale de background et le fait qu'on saisisse le personnage central pile au moment où il ourdit son complot joue certainement), on ne croit pas au casting (Kevin Spacey, pour son grand retour, ne fait que cabotiner de manière très vulgaire pour avoir l'air inquiétant et machiavélique), on ne croit pas au fond (qui ne lésine pas sur les clichés), et surtout on ne croit pas plus de trois secondes à des dialogues verbeux et patauds qui plombent totalement les bonnes idées du scénario (car il y en a quelques unes, c'est bien le drame). Paraissant chercher la punchline à tout prix histoire de montrer qu'on est dans une grande série sérieuse qui ne déconne pas avec ces choses-là, les scénaristes alignent les sentences pseudo définitives risibles, particulièrement dans les horripilants apartés, dont on imagine qu'ils devaient être la marque de fabrique de la série et qui la font passer pour un truc faussement provoc' à l'attention des spectateurs de moins de vingt ans (même les voix off de Dexter et HIMYM réunies n'arrivent pas à faire plus artificiel). Ce qui donne donc, une scène sur deux, un Spacey adressant des coups d’œil vaguement complices à la caméra, manière bien lourdingue de hurler Attention spectateur : ceci est une punchline dont tu vas te rappeler et que tu pourras retweeter demain matin, avant d'enchaîner sur des choses aussi pénétrantes que "Ce que je préfère avec le public, c'est qu'il est facile à manipuler.", "Les martyrs, il suffit de leur donner une épée sur laquelle s'empaler" et autres "Pas besoin d'idéologie pour faire ce que je fais"... plus proches du slogan publicitaire que de l'aphorisme, qu'on jureraient pour certaines sorties d'un bouquin d'Amélie Nothomb et conçues pour être gravées au blanco sur des classeurs de SVT. Des âneries très convenues qui, surtout, n'apportent strictement rien au récit, comme le plus souvent ce genre de procédé (enfin si : ça sert quand même à rappeler comme la théorie du Show, don't tell est essentielle à la bonne marche d'une narration, a fortiori dans une série ou un film). Autant dire que la disproportion entre les ambitions affichées et le résultat est totale, et que la vision de la politique et du pouvoir qui en ressort fait plus souvent penser aux Guignols qu'à Shakespeare, tandis que le tout se contente d'exporter sur Netflix quasiment toutes les tares des productions du câble de ces dernières années (budget pharaonique, casting hollywoodien de la tête d'affiche au dernier scribouillard, manque de second degré confondant, esthétique inexistante, arrogance poilante tant l'ensemble est bancal). Comme disais je ne sais plus qui (Platon ou Titeuf ?), si c'est ça la révolution, j'aurais mieux fait de rester coucher.


👎👎 DEREK C'est nul. C'est le seul commentaire qui vienne à l'esprit. C'est nul et pour la seconde fois en quelques années (voir le tragique Life's Too Short), Ricky Gervais confirme qu'il est en passe de devenir un auteur comme les autres. C'est nul et ça dégueule en plus un mépris de classe insupportable, quoique pas forcément surprenant (on oublie souvent de dire que taper sur les faibles est l'un des hobbies favoris de Gervais lorsqu'il manque d'idées ou de motivation pour faire autre chose). C'est nul et encore, et en plus, ça n'a même pas le mérite de donner l'impression d'essayer d'être bien, puisque cela se contente de décliner une formule que l'humoriste a fini par user jusqu'à la corde. Fou comme ce qui était génial à la télé la semaine dernière peut sembler triste et ringard sept jours plus tard...

👎 THE FOLLOWING Lorsque l'on commence à choper l'épisode dès le lundi pour ne le visionner que le vendredi, c'est rarement bon signe. Tranquillement, sans cris et sans larmes, The Following suit cette pente déclinante qui l'amènera à terme à la corbeille. Les derniers épisodes ne sont probablement pas pires que les premiers, qu'on regardait avec plus d'enthousiasme. Justement : ils sont pareils. La montée en puissance n'est pas venue, et à peine huit petites semaines après son lancement prometteur, le show de la FOX est déjà plus ou moins retombé dans l'anonymat. On ne s'attendait certes pas à ce qu'il défraie particulièrement la chronique et devienne le rendez-vous incontournable de la semaine ; ce n'était pas le propos. Mais on avait le droit, malgré tout, d'espérer mieux de sa part que de devenir au bout de deux mois un de ces trucs qu'on regarde avec le même œil distrait et la même absence de motivation que des séries arrivées à leur septième saison.

👍👍 MONDAY MORNINGS Une fois n'est pas coutume, je ne vais pas me fouler... bon, d'accord, je ne me foule jamais beaucoup dans cette rubrique. Eh bien cette fois-ci je vais encore moins me fouler que d'habitude, et me contenter de vous renvoyer au très bon papier de Marjolaine sur Le Monde des Séries, qui dit tout ou presque. Après un début peu enthousiasmant (j'en avais parlé ici. Sans me fouler), Monday Mornings a rapidement trouvé son style et n'a mis que quelques semaines pour s'imposer comme l'une des meilleures séries de Network du moment. Vu le niveau actuel de ces dernières, ce n'était sans doute pas difficile - mais c'est sacrément revigorant.



👍👍 THE WALKING DEAD (saison 3) Si l'on excepte son pilote, qui reste parmi les moments les plus forts que nous aient offert la télé US ces dernières années, il aura donc fallu presque trois saisons à The Walking Dead pour effleurer le niveau de son somptueux modèle papier. C'est long. Trop, sans doute, pour racheter la série aux yeux d'une part des commentateurs partie voir ailleurs si le soufre y était. Les audiences pour leur part sont meilleures que jamais, et une fois n'est pas coutume c'est clairement du côté de la voix du peuple que ce blog se rangera. Déjà, la deuxième saison, jamais chroniquée dans ces pages pour cause de coma avancé de votre serviteur, s'avalait toute seule, sans toutefois se départir de ce petit côté série B empêchant de totalement s'enthousiasmer. Cette fois-ci, pas grand-chose à dire, si ce n'est que The Walking Dead aura décidément été une étonnante machine à enthousiasmer, puis décevoir, puis surprendre, puis dépiter, puis... etc. Depuis quelques épisodes... en fait depuis le formidable season premiere d'il y a quelques mois, elle semble avoir trouvé un semblant de rythme de croisière, même s'il lui arrive encore par moments de retomber dans ses vieux travers (bavardage stérile, raccourcis narratifs paresseux). Ce qui frappe cependant, avant tout le reste, c'est à quel point elle réussit de plus en plus régulièrement à retrouver la noirceur, la radicalité et la désespérance du comics. En le rendant toujours un peu plus présentable, bien sûr. C'est dans le fond seul bémol mais, en un sens, il est rassurant de se dire que certaines choses peuvent encore être suffisamment extrêmes pour ne pas pouvoir être portées à l'écran. Ceci dit bien sûr en préjugeant (peut-être à tort) des derniers épisodes de la saison qui pourraient sait-on jamais s'avérer très fidèles aux comics, donc d'une violence quasi insoutenable. Je n'y crois pas trop quand même.

À part ça...

... The Good Wife a délivré il y a quinze jours son premier épisode moyen depuis tellement longtemps qu'on ne se rappelle même plus quand. Et c'est tout. Et c'est bien assez. Ceux qui suivent la série savent à quel point cette nouvelle était un évènement en soi, peut-être le plus important qui ait eu lieu dans le petit monde des séries depuis le début mars. Hélas, la nouvelle a fait long feu et dès la semaine suivante, les choses sont malheureusement rentrées dans l'ordre : le dernier épisode était excellent.

40 commentaires:

  1. Tu es vraiment cruel, avec House of Cards. Et assez juste, je dois le reconnaître. J'ai trouvé cela plaisant mais, pour un "évènement de l'année", cela m'a paru un peu court.

    Je dois reconnaître que la troisième saison de Walking Dead est vraiment réussie. Dieu sait que j'ai détesté les précédentes, mais celle-ci a beaucoup de qualités et a corrigé tous les vieux défauts. Vraiment bien.

    J'ai vite arrêté les autres. Peut-être reprendrai-je Monday Mornings, puisque tout le monde semble dire que c'est très bien. Et puis, c'est celle qui avait le plus gros potentiel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié de parler de Hell on Wheels : Hell on Wheels, c'est cool.

      Voilà.

      Supprimer
    2. Cruel ? Ah non non, je t'assure que si j'avais été cruel, Spacey était habillé pour l'hiver ;-)

      Supprimer
    3. C'est quand même bourré de clichés non Hell on Wheels ? Je me rappelle une scène de la saison 1 où le héros fouette un autre mec et la blonde sainte nitouche les regarde avec un air "je suis dégoutée mais en fait je trempe ma culotte", j'avais trouvé ça complètement bidon et cliché.

      Supprimer
    4. Oh, ça ne devait pas être si grave, cette scène, car je ne m'en rappelle pas ;-)

      Supprimer
  2. Moi non plus, je n'ai pas aimé House of cards. En fait, je ne m'attendais pas du tout à ça.
    Par contre, j'adore Monday Mornings. C'est vraiment une super série, très fine et profonde. Un peu comme TGW, une série grand public qui réussit malgré tout à évoquer les sujets les plus complexes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, le rapprochement entre les deux n'est pas idiot (même si TGW est tout de même nettement meilleure)

      Supprimer
  3. Sacrément étonnant comment Walking Dead a réussi en quelques mois à renverser complètement la tendance. Peut-être qu'en fait c'est vers ce genre de trucs qu'ils voulaient aller dès le départ et qu'ils voulaient insister longuement sur une période où l'espoir était encore présent pour mieux négocier un dark turn...si oui c'était un peu long quand même pour en arriver à des épisodes vraiment tendus. Bon c'est pas aussi perturbant que pouvait l'êtres les comics (surtout à leurs débuts car maintenant ça ne vaut plus grand chose) mais au moins voilà, on a plus l'impression de regarder un truc complètement invertébré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pensé à cette possibilité également. Mais je crois plus simplement que les multiples changement de scénaristes et showrunners ont été bénéfiques et que la série s'est recentrée sinon sur l’œuvre originale, au moins sur son thème central - à savoir l'histoire d'un homme désapprenant progressivement l'humanité et la civilisation (soit donc l'exact contraire de ce que la série raconte dans ses deux premières saisons)

      Supprimer
  4. Quelle drôle d'idée de regarder House of Cards alors que tu détestes les apartés et les voix off... :)

    J'ai plutôt bien aimé, mais c'est vrai que la série est assez prétentieuse, alors qu'elle n'en a pas forcément les moyens (à part financiers). Par rapport à la plupart des fictions politiques que j'ai vues à la télé, je la mets pas plus que dans la moyenne. Mais tu es quand même dur, quand tu parles de Shakespeare et des Guignols... c'est plus proche de Shakespeare ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quoi le truc avec les apartés (j'ai pas vu HOC mais ça m'intéresse).

      Supprimer
    2. SERIOUS MOON >>> Je trouve que c'est la négation du récit, tout simplement. Je peux étendre d'ailleurs aux romans à la première personne dont le narrateur interpelle le lecteur, je ne connais pas tellement de cas où c'est réussi. Et au cinéma où dans une série... je n'en vois aucun. Il n'y a aucune valeur ajoutée, le surlignement ne peut rien apporter de bon à une narration solide (c'est d'ailleurs souvent utilisé comme un cache misère, cf. Dexter). A part lorsque cela crée un véritable décalage (les premières saisons de HIMYM), ce n'est qu'un artifice vide de sens esthétique.

      LIL >>> plus proche de Shakespeare, je ne sais pas. Ça veut faire du Shakespeare, mais c'en est très, très très très très très très loin. Et de toute façon, même si cela y parvenait, quel intérêt ? C'est tout de même tragique qu'en 2013, les scénaristes de télé en soient encore à traiter la politique sur le mode des intrigues de couloir et de la soif de pouvoir, alors que nous vivons dans une époque où la figure de l'homme politique (à part dans des cercles très locaux, ce qu'a très bien compris Boss) a tout du fantoche. Faire de la politique fiction shakespearienne à une époque où la bourse contrôle le monde, c'est juste ringard et hors sujet. La figure de Machiavel, de nos jours, n'est assurément pas incarnée par un personnage comme celui de Spacey (si tant est que les scénaristes de House of Cards aient lu et compris Machiavel, ce dont on peut se permettre de douter).

      Supprimer
    3. à l'heure actuelle, les seuls susceptibles d'étre capables de "faire" - à un moindre niveau - du shakespeare dans ce format sont david lynch et kenneth branagh (s'il y en a d'autres, n'hésitez pas à le faire savoir, terry gilliam, peut-être)....néanmoins, on peut craindre que, si jamais cet évènement se produisait, le bide soit à la hauteur de la perception de l'auditoire^^

      Supprimer
  5. Bon, je n'en peux plus : comment fais-tu pour voir autant de séries en deux semaines, en ayant en plus été à des concerts et je ne sais quoi d'autres. Ce n'est pas humain ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas que ç'a d'inhumain... je dois regarder peut-être trois épisodes de séries par jour, rien d'insurmontable.

      Supprimer
    2. En tout cas, sympa d'avoir pris le temps de dire un mot de The Walking Dead. Je t'attendais là-dessus, et je suis tout à fait d'accord :-)

      Supprimer
    3. Tant mieux parce que spontanément, à trois semaines de la fin de la saison, je ne l'aurais pas fait si tu n'avais pas réclamé.

      Supprimer
  6. Bonjour Thomas,

    Je ne suis pas très calé en séries politiques (ni en séries, en général), cependant, je suis tout à fait de votre avis, en ce qui concerne House Of Cards. Les apartés sont irritants, le reste est convenu. Je m'attendais à quel chose de plus fort, plus complexe, un peu comme Boss, que je vous remercie d'ailleurs, de m'avoir fait découvrir.

    J'en profite pour lancer un appel: si vous avez d'autres séries "politiques" à me recommander...

    BBB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. The West Wing, voyons !

      Supprimer
    2. Je vous remercie, Bloom, mais j'ai déjà vu The West Wing.

      Supprimer
    3. Borgen, K-Street, The New Statesman, The Thick of It, Tanner 88...Rien qu'avec celles ci vous aurez de quoi faire :)

      Supprimer
    4. Tu as oublié Game of Thrones :-)

      Supprimer
    5. J'ai tout noté. Merci, Miss Lil.

      Supprimer
    6. J'ajoute Yes Minister!. Elle a pas mal vieilli (1980... en plus en Angleterre), c'est assez répétitif, mais ça reste extrêmement drôle et bien vu.

      Supprimer
    7. Et Spin City ! On l'oublie souvent, mais c'est une série dont l'approche de la politique est bien plus fine que ce que son côté comédie laisse penser de prime abord. Bon, en fin de liste tout de même, hein ;-)

      Supprimer
    8. Merci (à tous les deux), pour toutes ces références.

      Avez-vous vu le House Of Cards original ?

      BBB.

      Supprimer
    9. Parks and Recreation, ca compte ??

      Supprimer
    10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    11. Hum... non, quand même pas...

      Supprimer
  7. Cher Golb,
    je suis super partagé après cet article. Parce que d'un côté je suis super content d'avoir ENFIN un mot sur Walking Dead (et je suis totalement en phase) mais par contre je suis très triste car depuis plusieurs semaines les légendes sous les photos ont disparu. Moi j'adorais ces légendes, c'était souvent le truc le plus drôle de la rubrique, il faut qu'elles reviennent !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher lecteur,

      C'est tout à fait exact et je vous prie de m'en excuser.

      Soyez bien sûr que dès le prochain numéro, les légendes referont leur apparition en-dessous des photos.

      Bien cordialement,

      La Rédaction du Golb.

      Supprimer
  8. the west wing est parfaitement interprété , scénarisé, ... MAIS ça a un coté "patriote,gendre idéal , bon pére de famille qui se sacrifie pour le bien du peuple " qui donne un coté plat,moralisateur et méme un peu écœurant , ce n'est que mon avis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'irai peut-être pas jusque-là mais je ne suis pas vraiment en désaccord avec toi, en fait. J'ai mis assez longtemps à aimer la série pour cette raison. Je ne vais pas rentrer dans les détails, car j'avais écritun loooong article sur ce sujet (même deux, en réalité).

      Supprimer
  9. +++ Banshee (j'ai un peu honte)
    ++ House of cards (j'ai vraiment bien aimé ^^)

    -- The following, The Americans (abandonnées toutes les deux au dernier épisode diffusé)
    (Je ne suis pas allé au bout du 1er épisode de Monday Mornings. Je n'ai pas su, en fait en raison du traitement "réaliste" des maladies, opérations, ...)

    Toujours aussi formidables : The good wife, Suits et Southland (que j'aime de + en +)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens c'est marrant, tu es le premier à me dire qu'il a planté The Americans (dont je n'ai vu qu'un épisode). La plupart des gens semblaient même dire que la série gagnait à être découverte.

      Le contraire du "traitement" des maladies dans Monday Mornings, c'est Banshee, non ? :D

      Supprimer
  10. Ce n'est pas que j'aime pas The Americans, c'est même plutôt bien fait, mais j'ai du mal à croire aux personnages et donc à me sentir vraiment impliqué (et pff les moumoutes, les moustaches postiches :-) ...). Bref, ça ne m'amène vraiment pas grand chose.

    Bien vu pour Banshee VS Monday mornings :-)
    Banshee, c'est énorme à tous les points de vue. Je l'ai regardé du "bon côté" ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi l'éviscération, c'est tout un art :-)

      Supprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).