dimanche 31 mars 2013

[CDG2013] La Tambouille de mars

...
Traditionnellement, mars est le premier temps fort de l'année musicale. Avec le soleil, les sorties abondent, les grands noms se bousculent, les petits se font se voir. Cette année, mars a ressemblé à décembre et les nouveautés se sont mises au diapason (oh oh). En résulte une sélection mensuelle éparse peu représentative du nombre délirant de sorties des dernières semaines. Plutôt que de parler du téléchargement, on l'ouvre quand, le dossier sur la responsabilité de la météo dans la crise du disque ? 

👍👍 Bloodsports - Suede

Croyez-le bien, je suis le premier surpris de retrouver ce disque ici. J'ai même longuement... très longuement hésité à le sélectionner, étant donné que les hasards des parutions ont vu ce blog accorder, ces derniers mois, une place déraisonnable aux "vieux" artistes. Certes, j'avais noté dans une précédente chronique consacrée Shannon Wright que 2013 partait pour être une grande année à vieux. Mais tout de même... Suede ? Les types ayant commis - jusqu'à ce jour - l'une des reformations les plus pourraves de ces dernières années ? Les auteurs d'un reunion live si infamant que la plupart des gens n'ont pas tenu jusqu'à la moitié ? Des mecs qui, après quelques éclats, on tous fini par devenir plus ringards que les plus gros ringards de leur génération, à enregistrer des albums de rock mous pour conventions de banquiers et autres casual friday ? Eh bien... oui. Ces mecs-là. Ces mecs qu'on n'avait pas vus venir et qui, sans avoir l'air d'y toucher, viennent surtout de publier un des meilleurs albums pop de l'année. Un des plus francs, carrés et honnêtes, en tout cas. Toutes choses généralement bannies des disques de reformation.
Il faut croire donc que Suede a décidé d'être l'exception qui confirme la règle. Peut-être pas jusqu'au bout, car ce Bloodsports n'est tout de même pas un chef-d’œuvre immémorial, ni un choc esthétique comparable à ce que le groupe a pu produire par le passé. Mais Suede, qui a toujours été plus un groupe à chansons qu'à albums, peut-être même l'un des tous derniers grands groupes à singles, vient malgré tout de signer un ouvrage n'ayant franchement pas à rougir devant Coming up ou Head Music (les lecteurs de ce blog savent que ce sont eux, les vrais grands albums du groupe). Un disque au son velouté et luxueux (pourtant c'est l'ignoble Ed Buller qui produit, comme au bon vieux-moche temps), tout de glam vêtu, qui s'il ne donne peut-être pas envie de ressortir sa veste en latex violette incite tout de même à la contempler avec un brin de nostalgie. Un disque qui, sans doute parce qu'on n'en attendait franchement rien, se paie le luxe de taper une ou deux fois à hauteur des classiques d'antan ("Snowblind" et "It Starts & Ends with You" sont tout simplement imparables), avec la même majesté, le même lyrisme, les mêmes chorus ampoulés. Tout ce qu'on a toujours aimé dans Suede est sur ce disque. Tout ce qui pouvait sembler un peu couillon parfois, aussi. C'est toute sa force : Bloodsports est très exactement l'album de reformation que tout le monde devrait faire. Celui qui donne à l'auditeur ce qu'il est en droit d'attendre, peut-être pas plus mais certainement pas moins, sans pour autant trop le caresser dans le sens du poil. Un numéro d'équilibriste, durant lequel il s'agit en somme, le temps de quelques titres brillamment écrits et exécutés (citons encore "For the Strangers", "Hit Me" ou la ballade "Always") de parvenir à faire oublier que le groupe a splitté et que ce genre de disque ne sert strictement à rien.

Les Autres disques de mars en une poignée de parce que...

[Indie millésimé] Afraid of Heights - Wavves Parce qu'il faut bien s'occuper en attendant le prochain Male Bonding, et que dans le genre grunge bien alterno quoi de mieux que des jeunes gens qui, sur leur précédent EP, chantaient qu'ils voulaient rencontre Dave Grohl ? Tant pis si l'honnêteté aurait plutôt dû les pousser à aller débusquer le grand Krist...

[Pop champêtre] Bronze Age - The Kingsbury Manx Parce qu'un jour, à force de me répéter à chaque nouvelle sortie, je finirai quand même bien par convaincre cette connasse d'humanité que le Kingsbury Manx est plus que ce gentil second couteau pop que la presse redécouvre une fois tous les deux disques quand il lui manque un article à dix minutes du bouclage.

[Boboismes] Ella - Dom La Nena Parce que c'est joli. Très joli, même.

[Trop bien pour être néo-classique] Fatalist : The Repetition of History, de Fields Rotation Parce que moi aussi, j'aime bien me promener la nuit.

[Rock parodique qui ne fait pas semblant] Heya-Heya-Heyava-Ho! - The God Damn Whores Parce que c'est beauf. Parce que c'est con. Parce que c'est bon.

[Livraison bisannuelle] Hovers - Stanley Brinks Parce que c'est lui, parce que c'est moi. Parce qu'à force de meubler mon quotidien, j'ai presque l'impression parfois que Stanley Brinks fait partie de la famille. Et plus bêtement parce que c'est un beau disque folk (un de plus) marquant un regain d'attrait pour un calypso qu'Andre-Ben-Stanley-plein-d'autres-trucs-encore avait un peu eu tendance à délaisser dernièrement.

[Folk pépère] If Not Now then When? - Ethan Johns Parce que même si on le sait peu, Ethan Johns n'est pas que le fils du légendaire Glyn. Parce qu'il n'est pas non plus que le vieux pote de Ryan Adams ni l'un des producteurs les plus demandés de sa génération, mais un type discret et anti-glamour au possible, véritable esthète de la country et de la folk, qui vient de publier un disque dont la simplicité et l'absence de prétention sont plus que de la pose : des arguments solides pour n'importe quel fan du genre.

[Indie pour gens cools] Images du futur - Suuns Parce que tout comme son prédécesseur (mais dans un registre pour le moins différent), le second épisode des aventures de Suuns est un disque vicieux, qui marque des points où on ne l'attend pas. On est déçu, puis curieux, puis excité. L'exact inverse du buzz de base, quoi.

[Indie pour gens vraiment cools] The Invisible Way - Low Parce que j'ai une tendresse particulière pour les albums qui se foutent du monde, et que j'adore que la réponse à la question à quoi peut bien ressembler un disque de Low produit par Jeff Tweedy ? soit, à un ou deux titres près : à du bon vieux Low à l'ancienne. Et aussi parce que j'adore Low tout court - soit.

[Hip hop vintage] The Lifeboat Mixtape - David Hodges & Apollo Brown Parce que même si je ne connais pas du tout David Hodges, qu'il soit dit une fois pour toutes qu'AB est incapable de produire un disque foireux (ou pire : qui ne grooverait pas).

[Rap bruitiste] Midcity - Clipping - Parce que GT l'a dit. Et que même s'il en fait trop et oublie de souligner quelques défauts (notamment le côté un peu artificiel et gratuit de certains passages), il a raison sur l'essentiel.

[Indie-pop bien sous tout rapport] Nanobots - They Might Be Giants Parce qu'en entendant ça, on retrouve foi en la biscuiterie pop de la scène indé US, assez mal en point depuis quelques années. Oui, il y a encore des mecs osant faire ce genre de disque trop fouillis, trop long, trop pop pour être honnête. Comment ne pas s'en réjouir ?

[Toy Music, on vout dit] Robotank-Z - Chapi Chapo et les Petites Musiques de Pluie Parce que même s'il joue toujours - et c'est heureux - sont étonnante toy music, Chapi Chapo est devenu grand. Suffisamment pour parler d'égal à égal avec ses influences (Tiersen, Comelade). Suffisamment pour proposer un album profond, envoûtant et prenant souvent l'auditeur par surprise. Suffisamment pour inviter le grand, l'immense, le Divin Jason Lytle à chanter sur un titre. Qui a dit que c'était moche de vieillir ?

[Old-times Music] Rough Carpenters - Black Twig Pickers Parce que certains ne savent pas encore que je suis fan country, paraît-il.

[Chanson troubadouro-compatible] Le Salon des refusées - Claire Diterzi Parce que lire cet article en écoutant cet album donne une idée assez fidèle de pourquoi les gens de goût ne lisent plus la presse musicale depuis longtemps.

[Rock indé culte] Songs for Slim - The Replacements Parce que le meilleur groupe oublié de sa génération a trouvé la parade ultime pour se reformer peinard : reverser le pognon à leur ancien batteur pour l'aider à payer ses frais médicaux, et s'y tenir sans la ramener. La classe, surtout que les cinq reprises figurant sur cet EP sont cools comme de vraies compos des Mats.

[Rockab'] Untamed Beast - Sallie Ford & The Sound Outside Parce qu'on tient sûrement une des meilleures surprise de l'année. Un album frais et cultivé, qui sait ce qu'il veut et où il va, revival jusqu'à la rupture d'anévrisme soit - mais tellement bien écrit que seul un gros con aurait l'idée de s'en plaindre.

[Heavy planant] Voronia - Deviante Parce qu'au vrai, le monde des fans de rock se divise en deux clans distincts : ceux qui ont une demi-gaule en entendant les mots post-metal progressif espagnol, et... personne. Sans rire : qui pourrait bien ne pas être excité par un tel disque ?

19 commentaires:

  1. Quelle déception! J'ai toujours cru que tu démontais les vieux groupes pour le principe moi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais, c'est effrayant mais je les écoute avant, souvent...

      Supprimer
  2. Surprenant, en effet, ce Suede.

    Sinon je ne cacherai pas une petite hésitation quant "post metal progressif espagnol". Je ne sais pas pourquoi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hésitation ou... excitation ? ;-)

      Supprimer
    2. Non, hésitation, promis ;)

      Supprimer
  3. Super Deviante !! :-)

    Plus étonnant, j'ai été écouter vite fait Chapi Chapo, et j'ai trouvé ça pas mal du tout (alors que ce n'est pas mon truc normalement). Les autres trucs bof, ça ne m'a pas intéressé plus que ça, Suuns c'est totalement surfait je trouve, Clipping chiant, Fields Rotation c'est surement bien mais ça me passe complètement au-dessus, Suede j'ai jamais aimé. Allez Wavves c'est sympa, quand même ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas vraiment une sélection pour toi, c'est sûr.

      Par contre Suuns, surfait ? Je ne crois pas non :-)

      Supprimer
  4. Tu sais un truc qui serait super bien ? Ce serait que tu mettes des extraits comme tu avais fait pour le CDG 2012. Je sais, c'est un peu long sûrement, mais ce serait tout de même plus sympa que de devoir aller chercher des liens streaming un par un... ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça m'a déjà effleuré mais en effet, cela prend beaucoup de temps. Et surtout cela prend beaucoup de temps pour peu de choses car je n'ai pas l'impression que tant de gens que ça se passent les playlists. Enfin je vais y réfléchir.

      Supprimer
  5. Je suis vraiment content de retrouver l'album de They Might Be Giants ici ! Sous ses airs de pop-punk basique y a quand même des chansons plutôt recherchés et vraiment très bonnes (genre "The Darlings of Lumberland")

    Et puis aussi des chansons directes qui font bien marrer ("You're on Fire", "Circular Karate Chops", "Black Ops", "Call You Mom" etc...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un chouette album, pour te dire il a même été pendant un bref moment celui que j'avais retenu comme "album en vedette". Alors après c'est trop long, c'est super décousu, mais en même temps c'est exactement ce qu'on aimait chez ce genre de groupe au début des années 90 et alors que tous les autres ont fini par lisser leur approcher (ou se séparer), je trouve bien qu'il en reste au moins un qui continue de faire ce genre de chose sans se prendre la tête et enchaînant les excellentes demi-idées de demi-chansons.

      Supprimer
  6. GT n'en fait jamais trop, et il n'oublie jamais non plus de souligner des défauts quand il y en a (mais quand il n'y en a pas, il ne va pas en inventer pour le plaisir)^^

    Bon, sinon, heureux de voir (mais tu l'avais déjà dit par ailleurs) que le Clipping t'a plu, et tout à fait d'accord avec toi sur Sallie Ford, Suuns, et Low... mais pas sur Suede. Alors sûr que Suede, c'est pas vraiment mon truc, mais je leur reconnais(-sais) des qualités, un certain talent mélodique... qualités que je ne retrouve pas du tout sur ce dernier album... il y avait une certaine finesse chez Suede, même s'il y avait aussi de l'emphase... là, j'ai surtout l'impression d'être face à un gros machin indigeste et en roue libre. Je lui donnerais peut-être une 2° chance, parce que ce que tu en dis m'intrigue, c'est pas l'effet qu'il m'a fait... mais celui-là, me demande pas de l'écouter une cinquantaine de fois, je crois que je n'y survivrais pas^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non, Suede a toujours été très (trop) affecté, parfois lourdingue dans ses arrangements (presque tous ses albums sont très mal (sur)produits), même leur androgynie m'a toujours paru manquer de subtilité ^^ En fait pour être honnête avec toi, je n'ai même jamais compris pourquoi j'aimais tant ce groupe qui a toujours proposé tant de choses ou de postures que je déteste... encore moins pourquoi j'ai continué à l'aimer au fil des années quand je rougis maintenant de pas mal de trucs que j'adorais à l'époque... la qualité des chansons, sûrement, et de ce point de vue je ne vois pas vraiment ce que celles du dernier ont à envier à certaines des premiers albums. Ah si, comme dit MIKA en-dessous, à 40 balais on porte moins bien le futale en cuir :D

      Sinon tu remercieras GT de ma part pour Clipping ;-)

      Supprimer
  7. Hé,hé,hé, bien résumé pour Low. C'est le plus Low de tout ce qu'à fait Low depuis Things we lost in the fire et c'est vraiment pas ce à quoi s'attendait^^

    Le Suede retrouve un feeling qui avait complètement disparu sur les albums de ses membres après j'aime moins, je trouve que c'est une musique que tu peux pas faire à 40 balais en étant crédible. Mais il y a de bon titres. Sinon je suis le seul à trouver qu'Ed Buller sur ce disque pompe la production de Head Music (qu'il avait pas produit)?

    Claire Diterzi bon album aussi. J'ai vraiment pas aimé à la première écoute mais plus j'y viens, plus je le trouve réussi et super arrangé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, tu as totalement raison concernant la production. L'album a été annoncé comme un mélange des deux premiers, alors qu'il sonne exactement comme un mélange des deux suivants, le style de Coming up avec la production ultra-clinquante (et ultra classe) de Head Music. Cela dit je crois que c'est moins du fait du retour d'Ed Buller (qui est un horrible producteur) que du fait du retour de Neil Codling. Tout le monde s'est demandé lequel de ses deux guitaristes historiques le groupe allait prendre pour sa reformation, mais dans le fond on s'en fout un peu, le vrai binôme de Brett Anderson sur Coming up et Head Music, ce n'est pas Oakes mais Codling.

      Supprimer
  8. Bon, je n'ai plus qu'à écouter le Suede dont j'ignorais qu'il venait de sortir !
    Et sur Low que j'aime beaucoup, tu as raison, ça ressemble à des albums plus anciens, mais rien de bien neuf n'en ressort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi ? Comment tu pouvais l'ignorer, je me rappelle qu'on en a discuté sur Facebook il y a quelques semaines !

      Supprimer
  9. On avait surtout parlé du Bowie. Et de Suede par la même occasion. Mais je n'avais pas saisi qu'un nouvel album sortait aussi pour Suede.

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).