mercredi 25 mai 2011

The Cape - Mais que fait la police ?!

...
"Vous êtes quoi, au fait ? Un genre de justicier ? Un superhéros ?
- Je suis la Cape.
- La Cape ? Vous ne portez pas de Cape.
- J'en ai bien conscience.
- Ce n'était pas une critique.
- Aucun problème.
"


La vie de chroniqueur est franchement crevante. Surtout depuis que les séries ont acquis leurs lettres de noblesses. Elles sont de mieux en mieux, donc de plus en plus sérieuses - donc de plus en plus fatigantes pour les neurones. Alors des fois, c'est humain, on a envie de se faire un petit plaisir coupable, régressif, bébête mais agréable. Et quoi de mieux pour ce faire - je vous le demande ! - qu'une bonne vieille série de superhéros ? Et de NBC, qui plus est, chaîne qui eut le courage (et nous fit donc le plaisir) de maintenant Heroes en coma artificiel bien longtemps après la mort cérébrale de son équipe de scénaristes. Et encore une série annulée par NBC, ce qui à lumière du rappel énoncé en phrase précédente autorise les plus grands espoirs : si même NBC ne l'a pas diffusée en entier, c'est que The Cape doit vraiment être quelque chose.

Quelle ne fut pas ma déception, hélas, de découvrir que le nanar promis et espéré était en fait une série de bonne tenue, avec pas mal de trouvailles, des dialogues piquants et un casting régalant, de Keith David à Summer Glau en passant par un Richard Schiff toujours aussi droopyesque, et un James Frain encore plus déchaîné que d'accoutumée en génie du mal. Ils sont chiants, ces Américains ! Si on ne peut même plus compter sur leurs séries de superhéros pour être mal jouées et régurgiter n'importe comment Batman, à qui se fier ? Heureusement que l'acteur principal, David Lyons, est fidèle aux codes du genre (beau gosse et fade). Enfin : malheureusement, car c'est bien entendu son étonnante qualité qui a entraîné l'annulation de The Cape. Nous ne leurrons pas : le public n'est pas prêt pour une série de superhéros bien jouée et (relativement) bien écrite, avec des épisodes franchement réussis (celui du bal masqué dans le train est un régal), des seconds rôles hauts en couleur (ah ! ce Carnaval du Crime !) et une réflexion pertinente sur les sociétés sursécuritaires dans lesquelles nous vivons et/ou la violence qui habite chacun d'entre nous (on a dit pertinente, pas pénétrante, hein...). Sans parler de l'élément clé de l'affaire, cette cape d'illusionniste que le héros revêt non pour combattre le crime, mais pour réaliser enfin son rêve de... désobéiance civile. Non vraiment, NBC a bien fait d'arrêter les frais au bout de neuf épisodes. Plus, c'eût été du vice. Le spectateur eût risqué d'y prendre goût. Heureusement qu'il existe des programmateurs pratiquant l'obéissance civile.


The Cape, créée par Tom Wheeler (NBC, 2010-11)

3 commentaires:

  1. Pareil, ça m'a assez agréablement surpris.

    RépondreSupprimer
  2. "...donc de plus en plus sérieuse(s)", ça c'est un synonyme de "de plus en plus chiantes"; franchement, moi qui suis un âne, j'attends toujours d'en rencontrer un qui en sache plus que moi....donc vraiment pas de quoi se prendre au sérieux^^

    RépondreSupprimer
  3. Je n'aurais pas été jusqu'à "de plus en plus chiantes" (en tout cas pas en généralisant). Mais c'est certain qu'il nous arrive à tous d'avoir juste envie de se détendre, c'est humain.

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).