vendredi 4 février 2011

... And You Will Know Us By The Trail Of Dead - Bien, comme toujours

...
Ce qui est toujours cool avec ... And You Will Know Us By The Trail Of Dead... je veux dire : encore plus cool que leur nom ou leurs abonimables pochettes, ce qui cool (donc) c'est qu'avec eux on est tranquille, on n'a pas trop besoin de se fouler pour la chronique du dernier album. Qui sera toujours, peu ou prou, la même que la précédente, avec une note variant légèrement et une apprécitation générale d'une rare constance. Non que ses disques soient tous rigoureusement identiques, mais depuis qu'il est acquis que les trois psychopathes du prog-rock-punk-pop-noise n'iront jamais plus loin que le chef-d'oeuvre Source, Tages & Codes (c'est-à-dire en gros depuis 2005 et l'album Worlds Apart, soit donc le suivant), celui-ci s'est reconverti en improbable machine à broyer les oreilles, d'une impressionnante régularité dans la qualité.


Tao of the Dead, septième disque de ces gens dont la fureur n'a d'égale que l'humour et le second degré, ne diffère donc en aucune manière de l'excellent The Century of Self, à ce détail près que sa pochette est encore plus navrante, ce qui n'est pas loin de constituer une incroyable prouesse. Il s'ouvre sur un intro d'un pompiérisme admirable, enchaîne en piquant un gros riff bien gras aux plus grands piqueurs de plans de tous les temps (Oasis, donc), puis commence à se promener sur des terrains cosmiques et à alterner, comme le veut le cahier des charges du groupe, refrains hyper catchy à la limite du skate-punk, guitares surpuissantes héritées de Led Zep ou des Pumpkins, breaks, changements de thèmes... etc, etc, etc. Pour eux, c'est quasiment la routine. Pour l'auditeur, une telle virtuosité dans la hargne, un tel funambulisme au-dessus du goufre du rock le plus emphatique... cela reste particulièrement impressionnant.

Et peut-être aussi, il faut le bien le dire, un poil frustrant. Parce qu'avec AYWKUBTTOD, contrairement à 99 % des autres groupes (sinon tous), on peine toujours avoir des certitudes. Déjà, on n'est jamais complètement certains que leurs excès relèvent de la plaisanterie (ou à l'inverse qu'ils soient sérieux, cf. "Cover the Days Like a Tidal Wave", qui évoque tout de même énormément Muse). Surtout, on ne sait jamais à quelle sauce on va être assaisoner quand un morceau commence. Vu qu'il y a des tonnes de parties dans chacun, il arrive assez régulièrement qu'on se dise "bof, pas terrible celui-là..." avant de réaliser qu'en fait, dans sa seconde moitié, c'est une pépite. C'est le cas par exemple, ici, de "Fall of Empire", qui ne dure pourtant que... deux minutes et vingt-sept secondes (toujours cette grande spécialité du groupe que d'être impressionnant et écoeurant de virtuosité sur des durées extrêmement condensées). Un véritable remède au zapping musical, et une torture délicieuse pour toute la génération shuffle/MP3 (qui constitue le plus gros de son public).

Bref, comme d'habitude, ... And You Will Know Us By The Trail Of Dead fait le taf, avec efficacité sonique et talent mélodique (bon courage à ceux qui voudront se sortir "Pure Radio Cosplay" du crâne). Peut-être un poil moins que sur The Century of Self (et beaucoup moins que sur Source, Tags & Codes), mais il est vrai que la concurrence a sacrément haussé son niveau de jeu depuis peu, notamment Cheveu, qui leur fait un peu d'ombre dans le genre baroque, barré, blast et foufou furieux.


Tao of the Dead, d'... And You Will Know Us By The Trail Of Dead (07/02/2011)

3 commentaires:

  1. Ah ! J'ai hâte d'entendre ça, moi ! Le single est très bon. Ils l'ont déjà sorti trois fois, mais il est très bon quand même ^^

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet article. Ce groupe est vraiment excellent et ce nouvel aussi comme d'habitude !

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).