lundi 26 octobre 2009

Son dernier coup d'archet...

...





J'ai toujours nourri une relation ambiguë avec Murder in Canton, dernier tome des aventures du Juge Ti (qui d'ailleurs n'est plus juge, mais Président Ti entre nous... ça sonne assez mal). Et cette énième relecture n'y changera pas grand-chose (je pense même qu'à chaque fois que je le relis je revois mon appréciation un peu plus à la baisse...).

En fait j'aime beaucoup le début et j'adore la fin. Entre les deux hélas je trouve qu'on a connu Robert Van Gulik en bien meilleure forme. Et que penser de cette manière dont son héros décide finalement de cesser de mener des enquêtes ? Oui, aussi abruptement que cela. Ca fait quand même un peu Demain, j'arrête... sauf qu'en général ceux qui disent ça n'arrêtent jamais, ou du moins ont toutes les peines du monde à le faire. Ti, lui, chasse son naturel avec une aisance déconcertante qui tout de même ternit un peu le mythe. A moins qu'il faille y voir une allégorie de la propre envie de l'auteur de mettre un terme à ses travaux ?...

Car le véritable problème de ce tome, c'est surtout que son intrigue n'est pas très palpitante. Rythmée, efficace... oui, sans aucun doute. Pourtant il manque un petit quelque chose pour qu'on se sente réellement passionné - et le fait de savoir que c'est la fin n'aide pas beaucoup. L'absence de Ma Jong joue probablement son petit rôle (la paire Tsiao Taï/Tao Gan est sans doute la combinaison de lieutenants la moins intéressante qui soit), moins cependant que cette impression que le coeur n'y est plus vraiment. Comme tous les derniers tomes (chronologiques) de la série, celui-ci est particulièrement sombre, mais ce n'est que dans les toutes dernières pages qu'on retrouve le côté crépusculaire de The Chinese Nail Murders ou de The Willow Pattern. Dans l'ensemble, la sensation est plutôt celle d'une grosse gueule de bois, avec un Ti plus fatigué que jamais (il est vrai qu'il n'est désormais plus tout jeune) - voire carrément à bout de souffle lorsqu'arrive le dénouement. Ce pourrait être remarquable si, hélas, cela ne déteignait pas un peu sur le lecteur. D'une certaine manière Murder in Canton n'est pas un roman à part entière - c'est juste l'épilogue de la série. C'est d'ailleurs sans doute le seul qui ne présente aucun intérêt si on le lit en dehors de cadre donné (les éléments relatifs à l'arc principal y étant innombrables) : il n'a de raison d'être qu'en tant que dernier volume et présente assez peu des qualités des autres livres (notamment dans les atmosphères et l'aspect historique). Mais j'imagine que je serai le seul ronchon et que comme d'habitude, les avis de yueyin et Xavier seront nettement plus enthousiastes !

A noter - pour ceux que cela intéresse et en admettant qu'ils existent - que le Judge Dee Golden Challenge n'est pas encore tout à fait fini puisque nous évoquerons par la suite les deux recueils nouvelles consacrés au Noble Juge (TM).


Murder in Canton, de Robert Van Gulik (1966)


...

8 commentaires:

  1. C'est celui-ci, le dernier ?
    Je ne le savais même pas...

    RépondreSupprimer
  2. "cette impression que le coeur n'y est plus vraiment"
    oui, c'est exact... en meme temps, cela participe de l'évolution du personnage Ti, ca le rend plus crédible que la plupart des infaillibles héros que l'on croise dans d'autre séries...

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai que le Juge Ti est plus humain que la moyenne des grands détectives. Néanmoins je reste quand même assez insatisfait par ce final...

    RépondreSupprimer
  4. Oui mais le final, le final... grandiose quand même, j'en suis encore toute retournée (pour la quarantième fois et demi) alors peut être que ça sent la fin oui, fatigué tout ce petit monde mais en même temps il reste quelques beaxc personnages et quelques chouette passage et puis c'est notre juge quoi ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Oui et d'ailleurs, notre juge, on le partage avec personne. La preuve :-)

    RépondreSupprimer
  6. oui d'alleurs à ce sujet, si même toi (TOI), tu ne viens plus commenter quand je vais un billet sur le Juge Ti, c'est un tout petit peu la fin des haricots tu sais :-D

    RépondreSupprimer
  7. Bah désolé hein !!! Y a pas que le Juge Ti, dans ma vie :-)

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).