jeudi 20 novembre 2008

Mark Olson & Gary Louris - Touchés par la Grâce

...
Mark Olson et Gary Louris… enfin.

Tout portait à croire que nous causerions cette semaine de Cardinology, le nouvel album de Ryan Adams, qui tournait sur la platine depuis déjà quelques semaines. Le disque était très bon, sans doute le meilleur de son auteur depuis longtemps. Le calendrier était plutôt dégagé. De plus c’était le dixième album (officiel) du songwriter – soit donc l’occasion d’un retour sur discographie tout à fait de saison. D’ailleurs la prise de notes avait déjà commencé – le titre était même d’ores et déjà arrêté : Ryan Adams – Dix albums plus tard (ou presque).

Il aura suffi de quelques mots échangés avec Thierry, notre confrère et néanmoins ami de Jazz, Blues & Co., pour totalement ficher en l’air le planning des semaines à venir. Qu’avait à dire Thierry de si exceptionnel pour faire basculer un calendrier aussi serré ? En substance : que l’album commun de Mark Olson & Gary Louris était prêt à paraitre.

Enfin.

Treize ans tout de même que les aficionados attendaient cela. Pas l’album, quoiqu’on l’ait attendu longtemps lui aussi. Les retrouvailles. Entre les deux membres fondateurs des Jayhawks, légendes folk initiatrices du courant alt-country, dont on ne lasse d’espérer le retour. Treize années écoulées depuis le chef-d’œuvre Tomorrow the Green Grass… treize années depuis le départ de Mark Olson, chanteur à la voix de velours, pour de nouvelles aventures au succès variable tandis que Louris tenait la baraque du mieux possible et tentait d’enrayer l’inévitable déclin du groupe.


Treize années et voici Ready for the Flood. Quelque part, c’est encore mieux qu’une reformation : tout à la fois le retour du fils prodigue et un nouveau départ. Un projet à part entière, sublime comme du Jayhawks tout en évoluant dans un registre différent, plus vraiment alternatif mais heureusement toujours aussi country. Et si l’on dit souvent que c’est que dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes soyons honnêtes : même tourné comme un compliment l’adage sonne souvent péjoratif. Manière polie de dire que tel artiste n’apporte rien de bien original, litote visant à laisser comprendre qu’il ne faut pas s’attendre à être surpris, que cette musique-là se joue à un autre niveau… etc. Mais dans le fond le chroniqueur est comme tout le monde : il a tendance à attendre des artistes qu’il aime qu’ils le surprennent. Même d’AC/DC ! C’est tragiquement humain.

Avec Mark Olson et Gary Louris, l’expression revêt enfin tout son sens : Ready for the Flood a le classicisme discret et élégant, la simplicité noble… à vrai dire il transpire l’humilité – à des années lumières de la prétention d’un Conor Oberst dont on se demande par quel miracle il peut être plus populaire que ces deux orfèvres-ci. Désormais quinquas à la crédibilité indiscutable et indiscutée, les deux compères sont devenus écœurants d’aisance (Cf. la fuidité d’un "Turn your Pretty Name Around" qui par n’importe qui d’autre aurait viré guimauve pour auditeurs de RFM), laissent délibérément de côté les fantaisies jayhawksiennes et se contentent de faire ce qu’il savent faire de mieux : se poser là, jouer, chanter… et toucher l’auditeur en plein cœur. Et ça marche – plutôt deux fois qu’une ; si Vagabond, l’album solo de Louris paru il y a six mois, a tendance à se tasser un peu sur la durée… Ready for the Flood, à coup sûr, restera à n’en pas douter l’un des grands disques de cette année qui s’achève. Une performance notable venant de deux artistes ayant un peu moins la cote depuis quelques années, et une quasi prouesse au terme d’une saison qui de Campbell / Lanegan en Giant Sand, de Calexico en Dale Petty… ne manqua franchement pas de pointures folk.

Le fait est que vous n’aurez probablement pas souvent l’occasion (en tout cas sur des albums folks contemporains) d’écouter des choses aussi délicates et sensuelles que "Saturday Morning on Sunday Street" ou "Black Eyes". Ce n’est pas sur le dernier Beck que vous trouverez une torch-song du niveau de Kick the Wood. Le nouveau Ryan Adams aussi bon soit-il ne recèle rien d’aussi sublime que "My Gospel Song for You". Aucunes voix ne se marient aussi bien que celles d’Olson et Louris sur "The Rose Society". Alliant à la maîtrise des vieux briscards qu’ils sont la fraîcheur et la spontanéité d’un premier album que Ready for the Flood est quasiment, le duo donne dès la première écoute l’impression de ne connaître dans le fond que deux états : la majesté et la grâce. Au gré d’un refrain imparable ("Chamberlain S.D."), d’un "Life Warm’s Sheet" évoquant le meilleur Iron & Wine, ou d’une superbe envolée roots ("Bloody Hands)"… les deux songwriters communient comme s’ils n’avaient jamais cessé de jouer ensemble et font mentir tous les vieux adages sur les come-back albums et autres reformations. Comment ces deux-là ont-ils osé laisser passer treize ans avant de réenregistrer ensemble ? Surtout : combien de temps faudra-t-il attendre pour les retrouver à nouveau ?

En tout cas après avoir publié le meilleur album folk de l’année 1995, ils viennent assurément de publier le meilleur album folk de l’année 2008 – voire peut-être de la décennie.

Si nos estimations sont exactes ils devraient théoriquement publier d’ici 2014… le meilleur album folk de tous les temps.


👑 Ready for the Flood 
Mark Olson & Gary Louris | New West Records, 2009

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).