jeudi 9 mai 2013

Speed Trials (L4)

...
👑 Ce pays qui n'aime pas le foot, de Joachim Barbier (2012)

Quelques semaines avant le dernier Euro, l'affaire Nasri, la polémique bidule et l'effet domino qui conduira au pathétique M'Vilagate de l'automne... paraissait ce petit bouquin intelligent et prophétique qui, s'il ne m'était pas tombé entre les mains durant la brÚve retraite du Golb, aurait assurément inspiré un article de cinq pages. La paresse de le relire aidant, il faudra se contenter de ma bonne poire lorsque je vous annoncerai qu'il s'agit probablement d'un des ouvrages les plus pertinents jamais écrits sur le foot, la France et le foot en France. Sans doute son auteur dessert-il involontairement son propos en voulant tout à la fois faire dans le pamphlet, l'analyse sociologique sérieuse et l'objet pop non identifié ; cet aspect hybride en fait aussi cependant une lecture agréable, addictive et - c'est si rare dans le registre documentaire - exempte de tout poncif. Bien sûr, le vrai fan français de foot n'y apprendra sans doute pas grand-chose. Mais il est parfois si pesant pour lui de vivre dans un pays qui n'aime pas le foot qu'il en sortira avec un sentiment de sérénité : non, petit, tu n'es pas tout seul à penser que la France ne comprend rien au ballon rond, à sa culture, à sa mythologie. Amen.




👍👍👍 La MalĂ©diction d'Old Haven, de Fabrice Colin (2007)

Six-cent-trente-cinq pages de bonheur. Soit donc bien plus que le tarif en vigueur pour la plupart des livres. Tellement plus qu'Ă  vrai dire, je ne me rappelle plus Ă  quand remonte la derniĂšre fois que j'ai rĂ©ellement ressenti du bonheur ou un plaisir intense Ă  la lecture d'un roman, français de surcroĂźt, fantasy-ou-assimilĂ© de sur-surcroĂźt. Ce pourrait ĂȘtre un roman comme un autre, pourtant. Une histoire de chasse aux sorciĂšres (une de plus), mĂ©langeant tellement les genres (steampunk, fantastique, picaresque) que l'on Ă©carquille souvent les yeux Ă  la lecture, façon Non, quand mĂȘme pas ?... ah bah si. Mais le tout, pĂ©tri de rĂ©fĂ©rences (Lovecraft, Hawthorne, Irving...), est tellement gonflĂ© et transpire Ă  ce point l'amour des contes que l'on se laisse aisĂ©ment entraĂźner. C'est romanesque, Ă©chevelĂ©, inventif, malin... enfin, c'est un bonheur, disais-je.



👍 The Knight of the Swords, de Michael Moorcock (1971)

C'est du Moorcock jusqu'au bout des moisissures de l'exemplaire. C'est sans doute pourquoi j'ai eu dans un premier temps autant de mal Ă  rentrer dedans. Cela faisait un moment que je n'avais plus ouvert un de ses livres, et que je me gardais Corum (dont je n'ai lu que quelques Ă©pisodes dans le dĂ©sordre il y a cent ans) pour les longues soirĂ©es d'hiver. Chaque fois, j'oublie comme cet auteur formidable est une nullitĂ© dans le registre de l'exposition. Je songe donc chaque fois Ă  m'arrĂȘter au bout de cinquante pages, pour toujours repartir de plus belle lorsque je m'aperçois que... c'est du Moorcock. Entre l'extermination de non pas une, mais DEUX races en l'espace de quelques chapitres, les amputations Ă  qui mieux mieux, les plans aussi innombrables que les pĂ©rils et la princesse sexy-hĂ©roĂŻque-chtarbĂ©e de rigueur, le premier volet des (mĂ©s)aventures de Corum a le mĂ©rite - pas toujours trĂšs rĂ©pandu chez l'auteur anglais - d'entrer dans le vif du sujet. Miam : c'est la fin du monde.


Some Kind of Fairy Tale, de Graham Joyce (2012)

Certains livres sont difficiles Ă  synthĂ©tiser. D'autres ne demandent que huit secondes et une seule phrase : Some Kind of Fairy Tale est un roman de Graham Joyce oĂč tout ce que l'on apprĂ©cie gĂ©nĂ©ralement chez Graham Joyce semble avoir Ă©tĂ© volontairement mis Ă  l'amende. Un rĂ©cit fantastique ne cherchant pas Ă  ĂȘtre autre chose, qui n'est pas malsain, qui n'est pas troublant, qui ne mĂ©nage aucune ambiguĂŻtĂ© particuliĂšre (sinon dans sa chute, et encore laisse-t-elle plus perplexe qu'elle ne perturbe rĂ©ellement). Pourtant, c'est bien. Enfin : ce n'est pas mauvais. TrĂšs bien Ă©crit, trĂšs bien rythmĂ©. On l'avale vite et bien, mais on a souvent le sentiment de lire le livre d'un autre. Un proche de Graham Joyce qui saurait remarquablement singer son style, pourtant trĂšs particulier, mais n'aurait qu'une vague idĂ©e de ce qui fait le charme pervers de ses meilleurs textes. Bizarre.




Rien ne s'oppose Ă  la Nuit, de Delphine de Vigan (2011)

Laisser passer les emballements mĂ©diatiques et prendre les choses Ă  tĂȘte reposer. C'est la nouvelle politique de ce blog depuis sa rĂ©surrection, et elle paie. La preuve ? A sa sortie, je me serais probablement senti obligĂ©, face Ă  4000 articles dithyrambiques, d'Ă©crire un article de deux pages pour hurler Ă  la face du monde pourquoi ? Mais POURQUOI ce livre-lĂ  et pas un autre ?. Aujourd'hui, une phrase me suffit. Non que Rien ne s'oppose Ă  la Nuit (le plus beau titre de roman qu'on ait entendu depuis longtemps, dommage qu'il ne soit pas de l'auteure) soit un mauvais roman. Il est plutĂŽt bien Ă©crit, plutĂŽt touchant, plutĂŽt plein de choses. Mais impossible de ne pas le refermer avec le dĂ©sagrĂ©able sentiment de l'avoir lu plein de fois auparavant. Notamment dans les passages (assez irritants) ou l'auteure s'Ă©carte de son rĂ©cit familiale et se lance dans de trĂšs longs apartĂ©s pour expliquer sa difficultĂ© Ă  Ă©crire sur ce texte, passages dont - sauf son respect - on se fout complĂštement. On entend bien que c'est la pudeur, et non un Ă©go mal dĂ©grossi, qui la fait ainsi tourner autour de son sujet pour n'oser s'y confronter violemment qu'un chapitre sur deux ou trois. Mais le rĂ©sultat est malheureusement le mĂȘme : le lecteur sort Ă  plusieurs reprises du rĂ©cit et Ă  chaque fois un peu plus de peine Ă  y retourner.


Saints of New York, de R.J. Ellory (2010)

Un peu fatiguĂ©, Roger Jon, dans ce roman qui retrace l'Ă©popĂ©e de la mythique brigade anti-mafia new-yorkaise. Tout y est, mais tout sonne faux, Ă  commencer par le style parlĂ© de son personnage principal qui frise le maniĂ©risme, et la construction bizarrement didactique du rĂ©cit. Bizarrement car Ellory a fait sa marque de fabrique des ouvrages Ă  tiroirs dont les petits faits divers souvent sordides permettaient d'explorer les zones d'ombre de la Grande Histoire. L'idĂ©e est fondamentalement la mĂȘme dans Saints of New York, mais la construction narrative est si simpliste et transparente qu'on a du mal Ă  croire qu'il s'agisse du mĂȘme auteur. D'un autre cĂŽtĂ©, c'est bien aussi de savoir que le type est faillible...



👎 Lost - Fiction vitale, de Sarah Hatchuel (2013)

Un bouquin sur Lost ? Super idĂ©e ! 150 pages aux PuF ? Mouais, et aprĂšs quoi ? La ComĂ©die Humaine en trente tweets essentiels ? Tout le problĂšme est lĂ  : si l'auteure tient  incontestablement un excellent sujet, elle a Ă  peine le temps de le dĂ©rouler que le moment de conclure approche. De par son format, l'analyse est condamnĂ©e de facto Ă  la superficialitĂ© si ce n'est au raccourci grossier, et l'auteure de passer la majeure partie du temps Ă  enfoncer des portes ouvertes sans visiblement savoir sur quel pied danser. Trop "pointu" pour une personne ne connaissant pas bien la sĂ©rie, beaucoup trop lĂ©ger pour n'importe qui s'Ă©tant un peu passionnĂ© pour elle, globalement trop appliquĂ© et acadĂ©mique pour rendre hommage Ă  cette formidable machine Ă  fantasmes... l'ouvrage passe finalement le plus gros de son temps Ă  dĂ©cortiquer des Ă©vidences, tant et si bien qu'on voit mal qui pourra bien y trouver son compte.

12 commentaires:

  1. Oh ! des livres ! Ça faisait longtemps, dis.

    Évidemment, je n'en ai lu aucun. A part celui sur le foot. Tu me crois ? ;)

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Bien sûr. Pourquoi je ne te croirais pas ? ;-)

      Supprimer
  2. Je n'en ai lu aucun non plus, mais j'ai aussi Ă©tĂ© assez sĂ©duite par un roman de Fabrice Colin, Blue Jay Way. Par contre le cĂŽtĂ© "pĂ©tri de rĂ©fĂ©rences" doit ĂȘtre sa marque de fabrique !

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Oui, on peut dire ça en effet. Cela dit c'est plus ou moins prononcé (et digéré) selon les livres.

      Supprimer
  3. Old Haven est, en effet, un superbe roman, qu'on a beaucoup de mal Ă  lĂącher.

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Oui, tu me l'avais conseillé il y a longtemps, d'ailleurs.

      Supprimer
  4. Tu es d'une grande gĂ©nĂ©rositĂ© avec le machin sur Lost, j'ai mĂȘme pas Ă©tĂ© au bout tellement j'ai trouvĂ© ça sans intĂ©rĂȘt et bourrĂ© de lourdeurs.

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Je l'aurais peut-ĂȘtre laissĂ© tomber dans d'autres circonstances, mais je l'ai lu le temps d'un trajet en train et je n'avais pas grand-chose d'autre sous la main. Finalement j'ai bien fait car si les premiĂšres pages m'ont horripilĂ©, j'ai tout de mĂȘme trouver quelques passages intĂ©ressants (quoique assez superficiels) par la suite.

      Supprimer
    2. Je le saurais donc jamais ^^

      Supprimer
  5. Hello there! Do you know if they make any plugins to safeguard against hackers?
    I'm kinda paranoid about losing everything I've worked hard on.
    Any suggestions?

    Look at my blog ... dry Scalp treatments

    RĂ©pondreSupprimer
  6. J'ai adoré le bouquin de Barbier et pourtant je lis pas beaucoup de bouquins. Mais celui-là je l'ai dévoré!

    RĂ©pondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas trÚs clair, il faut le reconnaßtre).