samedi 27 avril 2013

[GOLBEUR EN SÉRIES] Semaines 30 & 31

Dans cet épisode : Borgia, Doctor Who, Parenthood, Veep... et les désormais incontournables bonus.

👍 BORGIA (saison 2) Le traitement du personnage de Lucrezia est d'une rare cruauté. Cruel pour le personnage, cruel pour la comédienne (Isolda Dychauk), et épuisant pour le spectateur. D'accord, on a bien compris : même chez ces tarés de Borgia, une femme reste une femme, il est donc tout naturel en ces temps reculés qu'elle passe 80 % de la saison dans une seule et même pièce, trimballée comme une petite chose souffretante entre les désidératas des uns et la concupiscence des autres. Il y a sans doute une forme de réalité historique là-dedans, même si l'on commence à désespérer que la Lucrezia de la série devienne jamais la figure baroque, lettrée et partouzarde que l'on était en droit d'attendre. Le problème, c'est qu'à la longue les intrigues du personnage deviennent incroyablement répétitives et fatigantes ; ce qui était pertinent dans la première saison, et permettait de mettre en lumière le conflit entre la foi et les pulsions de la jeune femme, est devenu désormais suffisamment fastidieux pour constituer le gros point faible d'une saison par ailleurs réussie. Il est vrai que celle-ci aura plutôt eu comme colonne vertébrale l’ascension de Cesare et son glissement progressif du rôle d'archevêque rongé par l'orgueil à celui de politicien psychopathe. Mark Ryder crève à ce point l'écran que même John Doman semble avoir été mis un peu en retrait, qui n'aura finalement eu que peu de scènes mémorables cette année. Il n'empêche qu'à la longue, la série finira par se heurter à un mur : la fascination que Lucrezia exerce sur les hommes en général et son frère en particulier étant l'un des axes incontournables de l'histoire de la famille Borgia, il faudra bien un jour ou l'autre qu'on la comprenne - à défaut de la ressentir. Jusqu'aux ultimes épisodes la saison, qui lui offre enfin une partition digne de ce nom, Lucrezia n'aura été qu'une gamine surexcitée et vaguement paumée. Difficile de comprendre que tant d'hommes soient prêts à risquer la mort, la torture ou l'excommunication pour un regard d'elle.

"C'est bon Thomas, la fille à poils a quitté le premier plan, tu peux balancer la photo."

👍 DOCTOR WHO (saison 7) Mine de rien, Steven Moffat est en train de se racheter une conduite. Solide, bien écrits et bien joués, les premiers épisodes de cette seconde partie saison témoignent sinon d'un bond qualitatif extraordinaire, à tout le monde d'un retour à la normale qui finissait par devenir inespéré. Pas de concept fumeux, un Doctor moins hystérique, un rythme moins effréné... l'institution britannique recommence tranquillement à raconter des histoires, souvent inspirées et sans ce sentiment de décadence mal maîtrisée qui prédominait depuis le début de la sixième saison. Quant à Clara, si elle n'a pas encore eu droit à son grand épisode (à vu de trailer ce sera sans doute celui de ce soir), elle est tellement impec' qu'elle rappelle presque à chaque plan à quel point les Pond, pourtant adorables au début, avaient fini par devenir incroyablement casse-burnes. Alors évidemment, reste cette backstory la concernant qu'on se trimballe depuis "Asylum of the Daleks", et dont on peut supposer qu'elle promet de raviver de mauvais souvenirs tant elle est aussi séduisante que farfelue. Wait and see. Et en attendant, signalons au passage que le trop rare John Barrowman a donné cette semaine une interview fleuve réjouissante à TV Addict. Attention, il y a un léger spoiler d'Arrow dedans.

👍 PARENTHOOD (saison 4) Je mets saison 4 entre parenthèses histoire qu'on situe où nous en sommes, mais qu'il soit dit que cela n'a qu'une importance secondaire. De loin en loin et depuis (donc) quelques années maintenant, on suit les aventures de la famille Braverman du coin de l’œil, parfois en se passionnant pour elles (cette dernière saison notamment est d'excellente facture) - le plus souvent distraitement mais avec un plaisir non-feint. La vie étant mal faite et alors que je me disais depuis plusieurs semaines qu'il fallait que j'en parle, j'apprends pile au moment d'écrire ces mots qu'il y a de fortes chances pour que NBC lui mette le coup de grâce dans les jours/semaines à venir. Cela me rend bizarrement triste. Parenthood n'était pas une très bonne série (elle s'était d'ailleurs un peu faite allumer dans ces pages) mais elle avait pour elle, et je n'ai peut-être pas assez insisté dessus à l'époque, d'être réellement différente de tout le reste de la production contemporaine, aussi bien dans son approche formelle que dans un ton de plus en plus fin au fil des épisodes. Trop différente, peut-être, pour jamais avoir le succès qu'elle aurait mérité. Un peu le cul entre deux chaises, sans aucun doute, à la fois fresque familiale et délice intimiste, œuvre quasi naturaliste et totalement invraisemblable dans le même temps. Je l'ai rarement retrouvée avec enthousiasme depuis ses débuts mais, paradoxalement, si elle venait à être annulée, je la regretterais sincèrement. Des séries de Network aussi sensibles et intelligentes, il y en a eu peu - très peu ces dernières années. Quels que soient ses défauts par ailleurs, cela crée inévitablement des liens. [EDIT : cet article n'était pas en ligne depuis deux minutes que j'apprenais que finalement et contre toute attente, Parenthood a été renouvelée dans la nuit. Je vais donc pouvoir recommencer à râler après comme si de rien n'était.]

"Excusez-moi de vous importuner : vous ne seriez pas Luke de Friday Night Lights, par hasard ?"

VEEP (saison 2) Toujours un peu partagé devant le faux-vrai-faux-putainjenesaisplus-auto-remake dans lequel s'est lancé Armando Iannucci. Si tout est en place et si Julia Louis-Dreyfus régale quasiment à chaque scène, il reste assez difficile de ne pas se dire qu'il s'agit d'une version décentralisée - et bien moins percutante - de l'incontournable The Thick of It. Rien n'est réellement fait d'ailleurs pour laisser penser le contraire, ou alors avec bien peu de conviction. Or le problème, c'est que si The Thick of It n'a jamais été le show le plus drôle du monde, il compensait cette - très relative - faiblesse par une véhémence et une cruauté devenues depuis des références. Veep n'est pas beaucoup plus amusante, mais elle est bien moins sanglante. Comme en plus on a tendance à avoir vite fait le tour de ses personnages, on s'ennuie parfois un peu en la regardant. Souvent, même.

À part ça...

... Game of Thrones a atteint son rythme de croisière (comprendre par-là qu'elle en a fini avec les scènes d'expositions annuelles) ; en un mot : c'est vachement bien et même mieux que cela quand les scénaristes (lecteurs assidus du Golb, de toute évidence) s'autorisent enfin quelques menues - mais vraies trahisons. Pas facile de s'attaquer à une mythologie que l'on n'a pas conçu soi-même, c'est une évidence. Les mecs de Hannibal en savent quelque chose, et eux aussi s'en sortent foutrement bien - dans un registre on ne peut plus différent. Semaine après semaine, leur show s'impose comme celui qu'il faut voir, tout simplement. Le vrai bon show de Network qu'on désespérait de voir cette saison, le divertissement intelligent et remarquablement fait qui manquait de plus en plus cruellement à l'exercice en cours. Le pire, c'est que les audiences sont dégueulasses. Ces abrutis d'Amerloques ne méritent vraiment pas leurs séries.

26 commentaires:

  1. Je reste sceptique sur GoT. On arrive à la moitié de la saison, et on dirait qu'elle vient juste de commencer.
    Par contre, je valide pour DW. Enfin un peu de simplicité, et même d'émotion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu es toujours ronchon, sur Game of Thrones ;-)

      Moi j'ai fini par accepter que la série fonctionnerait quoiqu'il arrive sur cette écriture éclaté et assez frustrante, je la prends donc désormais pour elle-même et force est de reconnaître que les deux derniers épisodes étaient excellents.

      Supprimer
  2. La digression sur Parenthood n'aura pas été vaine, puisque dans le même temps j'apprends qu'elle a failli être annulée et qu'elle ne le sera pas :)

    RépondreSupprimer
  3. Vraiment une série étonnante, Hannibal. Ça ne va jamais dans la direction à laquelle on s'entend. Et puis, cette ambiance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étonnante... oui et non... il y a toujours pas mal de rebondissements assez téléphonés sur la partie thriller. Mais elle en dévie de plus en plus pour se focaliser sur les interactions entre personnages, après seulement quelques épisodes, c'est-à-dire qu'elle fait exactement ce que la plupart des séries procédurales ont tendance à négliger depuis quelques années. Et sur ces relations tortueuses entre les héros, là, elle est en effet souvent surprenante de complexité et d’ambiguïtés.

      Supprimer
    2. Et il y a ce casting, aussi. Dans le dernier épisode, tout le monde était BRILLANT. Voilà longtemps qu'on n'avait pas vu Fishburne aussi bon!

      Supprimer
  4. Le problème de Borgia c'est un peu le même que Game of Thrones, pour moi : trop de personnages, trop d'intrigues, et le résultat est un peu décousu. Mais les deux restent bien.

    Par contre Veep, je n'aime vraiment pas du tout. Je n'ai pas vu The Thick of It mais en dehors de cela, j'ai vraiment l'impression d'avoir vu cette série 100 fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un peu de ça dans Borgia, c'est vrai. Mais dans une bien moindre mesure tout de même.

      Supprimer
    2. Oui, mais il y a même le côté décousu, au final, avec des intrigues qu'on peine un peu à rattacher les unes aux autres...

      Supprimer
  5. Je ne sais pas tu l'as déjà vu, mais excellent épisode du Doctor Who ce week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'irai peut-être pas jusqu'à excellent, j'avoue que j'ai été étonné par le manque de poésie de ce voyage au centre du Tardis, je m'attendais à quelque chose de plus barré. Et j'ai préféré ne pas trop réfléchir à la cohérence du dénouement tant ça m'a paru n'avoir ni queue ni tête. Cela dit, c'était un bon épisode, plutôt prenant et parfaitement joué et rythmé, ce qui est sans doute suffisant.

      Supprimer
    2. Ah, merci! J'ai bien senti qu'il y avait quelque chose de pas clair mais comme je ne comprends rien aux histoires de voyage dans le temps, je me suis dit que je n'avais rien compris :)

      Supprimer
    3. @thomas : je comprends la remarque, mais ce n'était pas le plus important, pour moi.
      @marion : je te rassure, ce n'est pas toi le problème, mais bien l'épisode :) De toute façon, DW a toujours été très élastique avec les règles du voyage dans le temps.

      Supprimer
    4. Enfin là ce n'est pas une question de règles, c'est juste que le scénario n'a ni queue ni tête. La boucle temporelle qui réinitialise le temps, fallait le trouver. J'aimerais bien coincer le scénariste dans un coin pour qu'il m'explique comment le Doctor a pu s'envoyer à lui-même le switch si le temps a été réinitialisé et que, par conséquent, tout l'épisode n'a jamais eu lieu, scène où il a l'idée de s'envoyer le switch incluse. Tu vois MARION, tu n'es pas si bête que ça ;-)

      Supprimer
    5. Guic'the old30 avril 2013 à 14:50

      L'episode partait pourtant bien, avec le debarras de souvenirs, les voix du Tardis, la bibliotheque... puis on retombe dans les travers de la saison 6 d'un coup :-/.
      Moffat, apres avoir ecrit une des meilleures boucles temporelles qui soit, filme les pires maintenant. On dirait.Marrant, depuis le retour, j'etais rejoui, maintenant j'ai peur... entre autres du retour probable de River Song.

      Par contre, je suis le premier surpris - et neanmoins ravi - du fait que Clara m'ait si aisément fait oublier Amy.

      Supprimer
    6. Quand tu parles de River Song c'est une intuition, une crainte, ou c'est juste que tu as déjà lu qu'elle revenait dans le final de la saison ? ^^

      (quel gâchis, ce personnage... il était tellement génial... et on en est réduit à craindre ses apparitions...)

      Supprimer
    7. Non, je l'avais pas lu, mais c'était ... prévisible. (Elle est de toutes les fins et moitié de saison depuis que Moffat a repris)
      Ce qui montre bien le gâchis.

      Supprimer
    8. @thomas : niveau incohérences temporelles, j'ai trouvé l'épisode, quand même, très soft par rapport à The Angels Take Manhattan, par exemple.

      Supprimer
    9. GUIC >>> ou tout simplement le manque d'inspiration. D'ailleurs ce serait sympa de trouver des personnages récurrents pour la période Clara...

      BLOOM >>>> en fait le pire du pire du pire, je crois que ce sont les épisodes finaux des saisons 5 et 6...

      Supprimer
    10. Non, c'étaiet le dernier avec les anges. Il n'obéissait plus à aucune règle, y compris aux règles des anges eux-mêmes. L'image-choc avec la statue de la liberté était tellement conne...

      Supprimer
  6. les interpretes de la serie Hannibal sont a un tel niveau par rapport aux autres séries , c'en est presque choquant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord. Enchaîner Hannibal et n'importe quelle autre série de Network est un sacré choc.

      Supprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).