jeudi 28 février 2013

[CDG2013] Le Grand raout de février

...
Personne n'ose le dire, mais février est le mois le plus long de l'année. Celui où subitement, tout le monde commence à se réveiller en se disant "au fait : j'avais pas dit que je sortais un album en 2013" ? Bref, après un mois de janvier relativement calme, le lecteur égaré a plus que besoin du CDG pour savoir dans quelle direction orienter sa boussole. Ça tombe bien : le CDG arrive, il est là, le voici.

👑 Electric - Richard Thompson

Il n'est plus tout jeune, a un look douteux, des fans auprès desquels je passerais pour un nouveau né et après plus de quarante-cinq ans de carrière, il est toujours infoutu de proposer une pochette d'un goût acceptable. Et pourtant, Richard Thompson est un héros. Un de ces types qui seront toujours là, qui ne désarment jamais et ont toujours quelque chose à nous raconter - même lorsqu'on pourrait croire qu'ils n'ont rien à dire. Un ami me dit un jour que Richard Thompson ne pouvait pas mourir, puisqu'il y avait déjà trente ans qu'il était mort. Nul mépris là-dedans : il voulait juste signifier que la musique de l'ancien leader de Fairport Convention n'était plus tout à fait de ce monde, et en tout cas assurément plus de cette époque. Ce rock celtique... ces envolées à la "So Ben Mi Ch'a Bon Tempo" (sur le CD bonus)... ce rockab un peu surrané ("Straight & Narrow")... ces titres de morceaux tout frippés ("Auldie Riggs Dance", "Will You Dance, Charlie Boy?")... qui oserait encore des trucs pareil en 2013 ? Voilà bien longtemps que le barde de Notting Hill boxe tout seul dans sa catégorie, ce qui a tendance à rendre ses ratés et ses mauvais albums très relatifs. Or cette année, voici qu'il sort l'artillerie lourde : un double album dans son édition limitée (mais non limitative), pétri de chansons sonnant comme des classiques dès la première écoute, et retrouvant ce feeling et ce formidable touché de guitare qui faisaient cruellement à certaines de ses dernières productions. Énergique, épique, optimiste... Electric est le genre d'album que l'on a perdu l'habitude d'attendre de la part d'un vieux héraut des sixties, empli de choses délicieuses telles "The Snow Goose" ou la touchante "Saving the Good Stuff for You". Le genre de disque si intemporel que ceux dont c'est le métier prennent rarement le temps d'en parler, sûrement qu'ils ont beaucoup mieux à faire avec la nouvelle hype à deux balles du moment - qu'ils soient partis pour l'encenser, la démollir ou plus probablement la démollir après l'avoir encensée trois semaines plus tôt. On se doute que Richard Thompson se fout de ce genre de chose, lui, le folk-singer ultime, qui à force d'évoluer dans un registre ancestral a fini par se fondre en lui. Chansons faussements simples, lyrics qui font mouche, humeur égale... Electric est un cadeau : une heure un quart de ce que sa Majesté Thompson sait faire de mieux, sans un seul temps mort.

Les Autres disques de février en une poignée de parce que...

[Amok - Atoms For Peace] Parce que j'ai beau savoir que je ne fais pas de bien à mon image en ces temps où le Radiohead-bashing est devenu un sport national, rien n'y fait : quand Thom Yorke verse dans le funk amphybien et l'electro frigide, je prends mon pied.

[Forever Endeavour - Ron Sexsmith] Parce que Ronnie est sur Le Golb comme chez lui, ce n'est un secret pour personne. Et surtout parce que, comme tous les deux albums, il vient de publier un de ses meilleurs opus, saupoudrant (comme tous les deux albums) sa folk-pop de cette pincée de soul la rendant inimitable.

[Heart & Soul in the Milky Way - Milky Wimpshake] Parce que j'avais failli chroniquer leur excellent précédent disque, et puis non, et que je le regrette : je l'ai plus écouté que plein de choses chroniquées en 2010. Parce que pour s'étiqueter lui-même punk-pop, le groupe se prive d'un public qui pourrait se repaître de sa garage-pop lo-fi. Parce que Milky Wimpshake, malgré des prods rustiques et un évident manque de charisme, est certainement l'un des meilleurs groupes inconnus des dix dernières années.

[Long. Live. A$AP - A$AP Rocky] Parce que c'est le premier vrai bon album de rap que j'entends en 2013. Et parce que l'excellente "1 Train".

[No Elephants - Lisa Germano] Parce qu'un de ces quatre, Lisa Germano publiera un mauvais album et que ce jour-là, promis, on vous préviendra. En attendant, vous savez ce qu'il vous reste à faire, comme à chaque album de l'Américaine.

[No More Heroes - Soror Dolorosa] Parce que je n'ai jamais eu l'occasion de dire le bien que je pense de leur précédent album, clou new wave que le cru 2013 enfonce avec panache. Les Sisters disent "merci".

[Nouvelle fraîche - Laurent Lamarca] Parce qu'il a bien failli m'avoir, Lamarca, avec sa pochette toute moche et kitsch. Et parce que du coup, je suis obligé de faire circuler la nouvelle de peur que d'autres moins retors ne se fassent avoir : c'est un chouette album de pop-en-français-dans-le-texte, qu'il vient de nous sortir.

[Ores & Minerals - Mazes] Parce que des fois, ton pote qui n'écoute que de l'indie-rock chiant et du math-rock relou (tout en crachant sur le prog) peut accidentellement te faire découvrir un super bon disque.

[From the Inside - Shaolin Temple Defenders] Parce que les titres qui annoncent la couleur, c'est cool. Et qu'avec des intitulés comme "Temple of Soul" ou l'excellent (et pas que le titre) "Super Nacho Funk", les Bordelais ont le mérite de ne voler personne sur la marchandise : rien de très original, mais une soul groovy à tomber et d'une grande efficacité.

[Krieg und Frieden (Music for Theatre) - Apparat] Parce que... je ne sais pas trop, à vrai dire. Il est toujours délicat d'évoquer ce qui n'est que le fragment d'un projet plus global, mais je me suis aisément laissé happé par cette œuvre atmosphérique, cet ambient à cordes qui économise ses montées en puissance pour mieux aller chercher l'auditeur par derrière. Pas sûr que je sache exactement POURQUOI c'est un très bon disque, mais ça l'est assurément.

[Like Rats - Mark Kozelek] Parce que même lorsqu'il se lance dans l'exercice souvent facile et anodin de l'album de reprise, Mark Kozelek est d'une classe ébouriffante. De quoi patienter en bonne compagnie en attendant le prometteur split The Album Leaf/Sun Kil Moon.

[Shining the Shit - Waylon Thornton] Parce que toute personne composant un morceau intitulé "Pizza Pimp" ne peut être foncièrement mauvaise. A fortiori quand son EP rappelle les meilleurs Cramps à votre bon souvenir.

[Temperamental - Don Cavalli] Parce que pour une fois, les mauvais critiques ne penseront pas à utiliser l'adjectif seminal. Parce que pour une fois, ils auraient pu. Parce que cinq ans après le brillant Cryland, Temperemental a des allures de voyage au centre de la Terre - donc du blues, donc de la soul. Et que la route est longue pour en revenir.

[Thumbstacks & Glue - Woodpigeon] Parce qu'Iron & Wine est devenu chiant, que Death Cab se répète et que Grizzly Bear se la pète. Parce que Woodpigeon est le chaînon manquant bizarroïde entre tout plein de trucs que Le Golb adore (Grandaddy, les Jayhawks, Elliott Smith...) Parce que ne fût-ce le grand Richard Thompson, le spotlight du mois était promis à ce remarque ouvrage pop.

[Wonderful, Glorious - eels] Parce qu'il était temps, après un disque moyen (End of Times), un autre grotesque (Tomorrow Morning), et une autobiographie pathétique, de rappeler qui est le boss du club des Grands Dépressifs Contemporains. Welcome back, bro.

28 commentaires:

  1. Ben dis, en février on a eu des articles sur Nick Cave, MBV et maintenant Richard Thompson album du mois... putain ça devient vraiment un blog de vieux Le Golb! :)

    Heureusement qu'il y a eu Frustration aussi (enfin ils ont bien 40 balais au moins non ? :D)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu, tiens. Peut-être une envie de revenir aux fondamentaux. Quoique...

      Supprimer
    2. Enfin en attendant tu fais passer r&f pour un canard jeuniste ;)

      Supprimer
    3. Oui, m'en parle. Tout pour la hype ce journal ^^

      Supprimer
  2. Effectivement, il y a de la matière !

    Je n'ai écouté de tout ça que Asap (très bien) et Mazes (excellent). Beaucoup de trucs m'intéressent moyen à part ça mais tu as ouvert mon appétit avec Waylon machin :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi ? Tu n'es pas du genre à kiffer Laurent Lamarca ? ^^

      Supprimer
    2. Mais j'ai rien contre la chanson-pop en français quand c'est bien fait. Genre JP Nataf, ou le dernier Schoos qui était vraiment excellent. C'est pas ce que j'écoute en général mais je sais apprécier simplement sans préjuger de Lamarca ce n'est pas un truc vers quoi je me dirige en premier :--)

      Supprimer
    3. Ou Daniel Darc justement et hélas (enfin période Taxi Girl parce que ses solos bon...)

      Supprimer
    4. Je sais bien, je te taquinais.

      Supprimer
  3. Voilà, Le Golb que j'aime !

    "qui oserait encore des trucs pareil en 2013 ?"

    Mais qui oserait encore, en 2013, mettre Richard Thompson en "album du mois" (à part country-bluegrass-breizh magazine) ?

    ;-)

    BBB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien ce que je dis :D

      Supprimer
    2. Vous rigolez, mais en fait je me sens plutôt fier quand je lis ça...

      Supprimer
    3. Je ne suis pas certain pour Serious Moon, mais dans ma bouche, c'est ainsi qu'il fallait le prendre.

      BBB.

      Supprimer
    4. C'est comme ça que j'ai le pris, rassurez-vous.

      Supprimer
    5. que "je l'ai pris", pardon....

      Supprimer
  4. EXCELLENTE sélection, dans tous les styles et compartiments. A part Atoms For Peace (j'ai un jeu de mots mais...), rien que du bon.

    RépondreSupprimer
  5. Pochette affreuse, disque extraordinaire. J'ai envie de citer toutes les chansons, chaque couplet, chaque solo, mais c'est vraiment ce terrible "Saving The Good Stuff For You" qui remporte la palme. :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord. Même en comptant l'édition limitée, il doit y avoir tout au plus un morceau que je n'aime pas (et encore, c'est juste qu'il ne m'a pas marqué et qu'il ne me vient pas spontanément). J'aurais moi aussi eu envie de citer TOUS les morceaux.

      Supprimer
  6. Effectivement, pas si mal cet album d'Atom for Peace, même si je lui préfère le dernier Radiohead (pas le dernier Red Hot par contre, je reste très conventionnel là dessus). J'aurais aimé en lire plus de ta part sur cet album, parce que nos avis ont beau diverger sur Thom Yorke, ça devient de plus en plus difficile de trouver une bonne chronique d'un projet de Thom Yorke sur Internet tant chacun a déjà défini sa posture depuis plusieurs années. Ceux qui ne veulent pas en entendre parler, ceux qui écoutent d'une oreille et le déclarent ennuyeux dès la première note de chant sous prétexte qu'il devrait révolutionner la musique tous les trois albums (au bas mot) ou ceux qui adorent sans retenue (groupe dont je ne fais pas partie, même si je dois avouer qu'il y a peu de choses que je n'aime pas chez les projets Yorke/Godrich).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    2. Eh bien ce n'est vraiment pas de chance car figure-toi que j'avais commencé à écrire un "vrai" article sur ce disque, et que j'ai changé d'avis à la dernière minute (précisément pour les raisons qui faisaient rigoler SERIOUS plus haut ; à savoir que je me suis dit qu'après avoir enchaîné MBV et Nick Cave et juste avant un truc sur Richard Thompson, j'allais peut-être essayer de garder une petite place pour des trucs moins vieux et/ou moins mainstreams).

      Je ne savais pas que nos avis divergeaient sur Thom Yorke (tu m'as l'air bien informé ^^). D'ailleurs je me sens plutôt d'accord avec ton commentaire. Ce n'est pas pour rien que j'ironise plus haut sur le "Radiohead bashing", qui a vraiment atteint des proportions ridicules depuis deux ou trois ans (mais sans doute équivalentes au statut de génie intouchable que Yorke s'est traîné pendant des années). Quelque part je ne serais pas surpris que le fait de sortir cet album (qui est clairement un album solo de Thom Yorke, tout comme l'était King of Limbs quoiqu'il en dise) sous un autre nom ait un lien direct avec ces réactions épidermiques.

      Supprimer
    3. Nos divergences concernaient principalement le dernier album de Radiohead à vrai dire. Ce qui me gêne avec cet album en fait c'est qu'on a le sentiment qu'il aurait dû sortir en 2008/2009, après The Eraser/In Rainbows, mais avec King of Limbs, tellement toutes les chansons semblent succéder directement à ces deux albums, mais pas du tout au dernier...

      Et oui, j'ai également l'impression que Thom Yorke essaie de se lancer dans des projets pour se déconnecter du passif de Radiohead (ce qui est une bataille perdue d'avance à mon sens).

      Supprimer
    4. On peut pousser jusqu'à dire qu'il pisse dans un violon (finalement, ce York est un grand naïf ^^)

      Supprimer
  7. Ben ça alors... très étonné par l'absence du très bon album de Johnny Marr !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ça doit être parce que je ne le trouve pas "très bon", mais tout au plus sympa. Et très anecdotique, tout comme l'était son disque avec les Healers il y a dix ans.

      (comme quoi je ne soutiens pas tous les vieux ^^)

      Supprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).