vendredi 22 avril 2011

The Fresh & Onlys - Presque pénible, à la longue

...
Tim, mon vieux, ça va plus du tout. Sérieusement : c'est quoi ce bordel ? Même plus le temps d'apprendre que tu as sorti un nouveau disque qu'un nouveau nouveau est déjà disponible. Tu étais déjà l'un des plus grands pisse-copies de ta génération dans la catégorie LP, voilà maintenant que dès que tu as cinq chansons en rabe tu nous fais un EP. Ton existence même raisonne comme une justification au téléchargement illégal !

Je déconne. Il paraît que certains le pensent vraiment. J'ignore comment on peut être assez con pour se plaindre qu'un artiste qu'on aime soit prolifique. Moi je te dis : continue comme ça. Sature le marché. Pisse sur les ruines de l'industrie du disque. Je ne t'aime pas que pour ça, mais je t'aime aussi pour ça.

Ton nouvel EP avec les Fresh & Onlys, sans doute le plus classe de tes projets, s'inscrit donc dans la droite ligne de votre excellent Play It Strange de l'an passé. Psychédélique, racé, luxuriant. En plus le titre est joli : Secret Walls, ça s'appelle. J'adore. C'est tout toi, ce genre de titre.

J'adore pas que le titre, hein. Je ne te révèlerai aucun scoop en te disant que dès les premières notes du titre éponyme, j'étais déjà conquis. J'ignore si tu es vraiment le plus grands pisse-copie de ta génération, ce qui est sûr c'est que tu en es l'un des plus grands songwriters, et que ces cinq nouvelles petites pépites témoignent s'il en était besoin que tu fais vraiment très, très peu de déchet ('Wash over Us', quel morceau !) Tu as inventé le garage-psyché développement-durable. Rien ne se perd, rien ne se crée, c'est toi qui te transforme.

Je t'ai dit que je t'adorais ?...


Secret Walls, des Fresh & Onlys (2011)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).