lundi 25 avril 2011

Favez - The Nerd inside Me

...
Silencieux la plupart du temps, proprement enfermé dans un casier au fond à droite de mon cerveau, le nerd en moi se réveille une fois par an environ, sort de sa torpeur et essaie de draguer une fille beaucoup trop jolie pour lui. Je pourrais bien sûr l'en empêcher, mais j'ai une certaine tendresse pour ce petit nerd, qui m'a accompagné durant si longtemps, avec lequel j'ai partagé tant d'échecs et de déceptions et d'albums de weezer... je ne peux tout simplement pas lui faire un coup pareil. Je le laisse donc, chaque fois, se prendre un vilain râteau, et s'envoyer de la bonne grosse power-pop de nerd pour noyer son chagrin.

Becky était très blonde, très belle et très en terminale, aussi n'a-t-elle pas manqué d'envoyer méchamment bouler mon nerd, qui pensait pourtant on ne peut plus sincèrement qu'elle était la bonne, the one, la femme de ses rêves enfin incarnée. La chute fut brutale. Comme toujours. Et la perte du pucelage remise à plus tard. Sévèrement ébranlé, mon nerd s'affala sur son lit, entama un paquet de chips qui traînait sur sa table de nuit, et enfourcha ses écouteurs. Chris Wicky se mit immédiatement à brailler comme s'il allait bouffer le monde, et mon petit nerd commença de se sentir un peu mieux. Une chips, une autre, une gorgée de Coca et voici qu'il se sentit pleurer, un peu chamboulé par "Living in the Past", ce morceau si emporté et si mélancolique à la fois, ce morceau qui lui rappelait tant de bonnes choses et d'autres pas si terribles, et Becky bien sûr, tous ces souvenirs avec Becky. Bon ok, il ne la connaissait pas jusqu'à la dernière rentrée scolaire, mais il avait rapidement eu le sentiment qu'il l'attendait depuis toujours. Vous savez comment sont les nerds.


Et donc c'est ainsi chaque année. A part la Coupe de la Ligue et les romans d'Amélie Nothomb, il n'est rien de plus régulier que les réveils ponctuels de mon nerd, son annuel râteau et son disque power-pop triple épaisseur que je n'arrive plus à m'enlever du crâne. L'an passé, c'était le Someone Still Loves You Boris Yeltsine. L'année d'avant c'était fête, puisque Rivers Cuomo avait sorti un album solo. Et cette année, donc, c'est au tour du dernier album de Favez, groupe de vétérans suisses dont j'avoue ne quasi rien savoir hormis qu'ils sont vétérans. Et suisses. A ma décharge mon nerd ne se réveille qu'une fois par an, nous n'avons pas forcément toujours le temps de causer musique. Pourtant je préfère - je suis complètement largué quand il se met à me parler jeux vidéo.

Allons donc pour Favez, dont En garde !, il faut le préciser, est une véritable pépite de ce genre injustement honni qu'est la power-pop-de-nerd (ce qui à un Big Star ou deux Teenage Fanclub près n'est de toute façon pas loin d'être une formule pléonastique), particulièrement bien fichue (c'est Andrew Scheps qui produit... pas tout un fait le premier péquenot venu, puisqu'il est l'un des plus fidèles acolytes de Rick Rubin et a - excusez le peu - enregistré et mixé The Man Comes Around, de Cash) et remarquablement écrite. Vous me direz, c'est le minimum syndical pour supporter ce genre de truc. Il est certain que Favez évolue dans un style où la pièce peut facilement retomber du mauvais côté (celui de la soupe FM) et où les fautes de songwriting coûtent sans doute un peu plus cher qu'ailleurs. Mais à part sur une pompe un peu surprenante des Queens Of The Stone Age ("On") et une autre - plus diluée - des Ramones ("The Kids"), Favez s'en sort avec les honneurs, arrivant presque toujours à arracher une émotion brute, y compris dans les ballades (oui parce que ces fous font des ballades, en plus, et pas des mauvaises en ce qui concerne "Under the Sun" - vous comprenez pourquoi mon nerd les adore). Le vrai bémol de l'album, c'est plutôt qu'il donne tout dans les deux premiers tiers et n'a plus grand-chose à dire dans le dernier (les nappes de synthé à la Liquido sur "The Kids" faisant un peu figure d'aveu de faiblesse power-pop par excellence). Difficile en revanche de trouver quelque chose à reprocher aux huits premiers morceaux, d'une efficacité et même d'une classe impeccables (enfin si on apprécie le genre).

Hein ? Quoi ? Ah oui... oui, je sais... j'ai cité Liquido dans un papier. Je sais ce que vous vous dites, on touche le fond et je suis perdu pour le rock'n'roll. En même temps ce n'est pas ma faute, je suis victime des circonstances. Quant à mon nerd, il me dit de vous dire qu'il vous emmerde. Merci de ne pas lui faire trop de mal quand vous lui passerez les attributs au cirage.


En garde !, de Favez (2011)

20 commentaires:

  1. Ah ouais. Le titre est pas volé, c'est de la bonne grosse power pop de nerd :D

    Plutôt sympa mais bon, c'est pas mon truc.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai une réputation à tenir, moi ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Tss tss tss, t'es pas un nerd toi, t'es plus cool que ringard et t'as un physique suffisamment avantageux :D

    RépondreSupprimer
  4. Chuuuuuut, chéri, pas en public ^^

    RépondreSupprimer
  5. Ne me remercie pas pour affoler tes lectrices ;)

    RépondreSupprimer
  6. Encore faudrait-il qu'elles lisent les articles sur la power-pop de nerd :-D

    RépondreSupprimer
  7. L'introduction m'a bien fait marré ; la vie de nerd c'est effectivement souvent décevant comme un album de Weezer.

    En revanche ce "En Garde !" est une incroyable déception ! Outre le fait qu'il s'agisse de l'album le plus faible de Favez, il prouve surtout que le groupe en a finit avec sa période post-fugazi pour tomber dans une power-pop souvent faiblarde. Du coup le gouffre entre l'excellent Bigger Mountains Higher Flags et celui-ci laisse coi.

    RépondreSupprimer
  8. Assez dac avec Benjamin sur la déception, par contre euh, Bigger Mountains = post-fugazi ??

    RépondreSupprimer
  9. @El-Jam : Bigger Mountains Higher Flags s'ouvrait déjà énormément mais sans jamais se compromettre. Après oui Favez s'est toujours revendiqué de la vision de Fugazi même s'ils ont toujours eu une approche mélodique plus tranchée.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne connais vraiment pas bien Favez, cela dit je dois dire que pour moi les différences entre BMHF et En garde sont tout de même assez minimes, il y a déjà sur le premier des passages très "power-pop rutilante" ^^. Je trouve même que les mélodies sont plus percutantes sur En garde. C'est dire si je suis perdu pour la bonne musique :-D

    RépondreSupprimer
  11. @Thomas : Tout ça est une excellente nouvelle pour toi ! Si tout se passe bien, ça te laisse pas mal de très bons albums à découvrir avec ce groupe ! Commence éventuellement avec Gentlemen Start Your Engines :)

    Pour BMHF c'est peut-être une question de ressenti mais je n'ai jamais eu l'impression qu'il mettait de l'eau dans leur vin dessus, je trouve qu'il s'inclue naturellement dans leur discographie... Peut-être faudrait-il que je retente le coup avec "En Garde !" mais là je suis à deux doigts de pointer du doigt les claviers :)

    RépondreSupprimer
  12. Benjamin --> peut-être enfin, ils peuvent toujours s'en réclamer ils sont quand même beaucoup plus proches des Foo Fighters ou de Weezer ^_^ Enfin bref, je me contentais juste d'être étonné et surtout je ne voulais dire que je ne vois vraiment pas de changement de direction avec En garde.

    RépondreSupprimer
  13. Je voulais dire et pas "ne voulais", oh la :-)

    RépondreSupprimer
  14. Ouais bon, du coup je suis en train de réécouter BMHF (c'est malin, j'avais que ça à foutre :-)). Et donc, verdict ?... eh bien... c'est tout de même très proche, je ne me sens pas dépaysé et je n'ai pas le sentiment de découvrir un groupe radicalement différent (ni radicalement meilleur) que sur En garde ! Peut-être des mélodies un poil moins catchy, mais j'ai vraiment l'impression que cela se joue à la marge...

    RépondreSupprimer
  15. @El-Jam : Le côté "Foo Fighters" c'est vraiment depuis Bigger Mountains Higher Flags. Sur Old and Strong in the Modern Times qui a pourtant ses grands moment d'envolés, on n'est plus dans le rugueux que dans la power pop. Mais oui il n'y a pas de changement de direction entre Bigger Mountains Higher Flags et celui-ci. C'est juste que la nouvelle orientation sur le précédent ne m'avait pas autant paru raté en comparaison avec les autres.

    RépondreSupprimer
  16. C'est quand même beaucoup de commentaires pour une B.O. de teen movie non ? :D

    RépondreSupprimer
  17. Tient la chronique sur Mowno résume bien ce que j'en pense : http://www.mowno.com/disques/favez-en-garde/

    RépondreSupprimer
  18. Oui alors c'est sûr qu'après si tu compares avec des albums vieux les différences sont plus marquées. Cela dit pour moi Favez a toujours été plus ou moins un groupe de power pop plus ou moins assumé, malgré tout.

    RépondreSupprimer
  19. mika >>> merci pour le fou rire :-)

    Ben & EL-J >>> bon, là vous dépassez largement mes compétences. Tout ce que je peux dire c'est qu'en découvrant En garde ! sans a priori, je l'ai trouvé très chouette et efficace. Et quelque part, c'est peut-être pas plus mal...

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).