jeudi 2 décembre 2010

Queens Of The Stone Age - Génial

...
C'était il y a dix ans. Un petit groupe bruyant, assemblé de bric et de broc au fin fond du désert californien, décidait sur un coup de tête ou quasiment d'amorcer sa révolution. Deux ans plus tôt, ils avaient déjà signé un premier album de stoner-rock euphorisant quoiqu'inégal, que peu avaient écouté. A présent, ce qui restait de Kyuss était en ordre de bataille, rasait les poils dépassant des chemises et troquat les trois-feuilles pour la coke, la clope et une bonne vieille bouteille de bourbon (liste des méthodes de défonces citées par l'album non-exhaustive).

La formule magique était imparable, et de fait personne ne sut contrer la machine de guerre du Général Homme et du Colonel Oliveri. Rated "R" n'était pas encore le titre d'un album de Rihanna. On ne savait d'ailleurs pas trop comment l'appeler, la mention Rated "R" ne figurant pas sur la pochette, dans la plus pure tradition des albums mythiques intitulés par les fans de la première heure. Il faillit s'appeler l'album bleu, mais c'était déjà pris par weezer et en plus la pochette du vinyle était rouge.


A un titre dispensable près, Rated "R" n'est pas loin d'être le meilleur album des Queens Of The Stone Age. C'est en tout cas le plus sauvage, le plus déjanté et celui qui trouve le plus parfait équilibre entre gros son et mélodies cristallines. C’est aussi celui qui a le mieux vieilli, peut-être aussi parce que, le succès étant encore modeste à l'époque, il fut moins usé par les matraquages radio (point de vue franco-français, bien sûr, puisqu'il eut tout de même un joli succès dans son pays d'origine). Rétrospectivement, ce vrai premier album du groupe peut légitimement être vu comme le véritable coup d'envoi du rock revival qui déferla sur le monde durant la dernière décennie. Ironiquement cela passa une fois encore, presque dix ans après Nevermind, par un groupe de hard-rock découvrant les joie de la pop, des refrains catchy et rendant les riffs de Black Sabbath glamour et sexy. Le simple fait que Rob Halford assurât les chœurs sur 'Feel Good Hit of the Summer' disait déjà tout. L'histoire du rock'n'roll n'est qu'un éternel recommencement.

En tant que plus grand groupe de rock de son époque, les QOTSA (prononcer "kwatza" si vous êtes un excentrique ou Guic' The Old) n'avaient pas le droit de foirer la réédition de ce qui reste pour les fans des débuts leur disque le plus incontournable, aussi bien parce qu'il est moins connu que parce que Nick Oliveri joue encore dessus. Outre les 'Better Living through Chemistry', 'Monsters in the Parasol' et autres 'Quick and to the Pointless' (le meilleur morceau inconnu du gang, brûlot hardcore à faire rougir Jello Biafra lui-même), cette deluxe édition à de quoi déclencher quelques érections dans les plus calmes de vos chaumières. Toutes les faces B y sont, à commencer par celle de 'The Lost Art of Keeping a Secret', 'Ode to Clarissa , sans doute l'un des plus grands titres des Queens. Un peu plus, même, puisqu'on y retrouve aussi Born to Hula', qui prenait la poussière sur le premier EP du groupe (qui était aussi accessoirement le dernier de Kyuss). Ces premiers instants d'extase passés, on se termine tranquillement à la bière et au son du concert de Reading 2000, une vraie belle rareté tant les bootlegs de qualité de cette période du groupe sont rares. Son discutable (Reading, quoi) mais set-list en béton armé, dont un 'Avon' à décorner les bœufs (encore plus que d'habitude) et un 'Millionaire' embryonnaire mais déjà génial. Si quelqu'un connaît une seule bonne raison, Noël approchant, de ne pas acquérir cette réédition, nous sommes preneur de tout argument.


Rated "R", des Queens Of The Stone Age (2000)

6 commentaires:

  1. Mettre un lien pour écouter ne serait pas trop compliqué...

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Aller le chercher sur deezer ou ailleurs n'est trop compliqué non plus. C'est à ce point crevant de taper le nom d'un groupe et le titre d'un disque sur google ?

    RépondreSupprimer
  5. Ahah. Dans le genre commentaire puant on fait pas mieux :-)

    Cela dit c'est vrai que d'habitude tu mets des extraits. D'ailleurs j'avais pas vu cet article, pourtant je viens tous les jours...

    RépondreSupprimer
  6. Simplement parce que c'est une archive de DLMDS que j'ai recollée pas plus tard que cet aprem. Les archives je les recolle à la chaîne, c'est assez long comme ça, je ne vais pas en plus passer une plombe à chercher des extraits.

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).