mardi 24 novembre 2009

Tom Waits - Omerta chez les blogueurs

...
Top the Flops of the Pops of the Blogs : La Bête est revenue !


La nature n'aime pas le vide et la blogosphère, le consensus. Mettez cinq blogueurs dans une pièce. Faites un effort pour les mettre tous d'accord sur un disque. Puis, invitez-en un sixième. En moins de cinq minutes de discussion non seulement il aura énoncé l'exact inverse des cinq autres mais en plus, il sera parvenu à retourner au moins l'un d'eux. C'est à la fois la grande qualité et le pire défaut des blogs, surtout dans une activité comme le CDB ou les Battles des albums de la décennie : la blogosphère conserve tout pour l'éternité, soit... mais le blogueur, pour sa part, n'a pas de mémoire. Vous pouvez vous contredire cent fois en deux ans, personne ne s'en rendra compte car dans le fond, peu de gens se souviennent vraiment de ce que vous pensiez il y a deux ans de tel ou tel album (je peux vous dire que ça relativise vachement les fight de s'en apercevoir). Ceci pour dire que j'escompte bien que personne ne se souviendra de ce que j'ai pu écrire des derniers albums de Tom Waits, d'ailleurs pour être franc moi-même je ne m'en souviens plus. Sans doute du bien, vu que sous mes airs provocateurs et retorses, je suis comme vous tous un gros mouton décérébré.

Tom Waits justement : en voilà un qui fait très souvent consensus sur la blogosphère, ce qui le rend de fait suspect - de quoi éveiller les soupçons d'omerta. Tom Waits, j'ai rarement lu des choses déplaisantes à son sujet sur les blogs des copains. A se demander pourquoi, vu que le bonhomme n'a rien de bien consensuel. Rien de bien subversif non plus, mais il est vrai que lorsqu'on ne publie que très peu de disques, qu'on donne très peu d'interviews et qu'à vrai dire on a passé les dix dernières années à ne pas branler grand-chose à part un ou deux trucs avec Isobel Campbell, il est difficile d'être dérangeant.

"Le jour où Lanegan saura faire ça, là, on pourra nous comparer."


Tom Waits... c'est un peu une anomalie dans le paysage musical contemporain. Déjà, c'est un mec qui est devenu un classique presque involontairement, et quasiment sans que personne ne s'en aperçoive. Ce qui est tout de même une rareté. Un jour, il a sorti un disque, un journaliste des Inrocks a écrit que c'était un des plus grands artistes de tous les temps... et tout le monde l'a cru (la légende raconte que le gratte-papier en fut le premier surpris, vu qu'à l'origine il voulait juste faire un canular). Il paraitrait donc que Waits aurait publié quelques disques majeurs à une époque, mais personne ne s'en souvient vraiment parce que pour tout dire, à l'époque, pas grand monde ne savait qui il était. Demandez à quelqu'un qui avait trente ans dans les seventies s'il a jamais entendu parler de Tom Waits, il y a de fortes chances qu'il vous répondre "non". Dans les eigthies aussi, d'ailleurs. En fait, avant de débarquer sur les blogs, je crois que j'étais profondément convaincu d'être un des rares à considérer Tom Waits comme un mec extraordinaire, un mec vraiment important... un mec intouchable. Il est assez ironique qu'aujourd'hui j'en vienne à ainsi le fouler au pied. Mais il faut dire aussi que ça fait bien dix ans qu'un album de Tom Waits ne m'a pas intéressé (c'est ici que vous êtes priés de ne pas vous souvenir de ce que j'ai pu écrire à son sujet depuis dix ans). Il y a bien Alice... un album de titres remontant à 1992. Son binôme, Bloodmoney ? Franchement, je me demande qui écoute encore ce disque aujourd'hui. Et je ne vous parle pas de Real Gone. Hein ? Quoi ? Mais si, voyons ! Real Gone ! L'album que Waits a publié en 2004, son seul vrai bel album orignal des années 2000. Un opus (évidemment) encensé partout, dont plus personne ne se souvient aujourd'hui (au moins le titre était-il des plus pertinents).

Pourtant la pochette était voyante...

Ceux qui s'en souviennent trouvent qu'il s'y auto parodie jusqu'à la limite du supportable, ce qui n'est pas peu dire vu que Tom Waits est depuis toujours, déjà et à la base, un artiste parodique : le jazzman préféré des rockers qui veulent faire sembler d'aimer le jazz, le rocker préféré des fans de Tim Burton voulant faire semblant d'aimer le blues sans savoir que c'est un rocker pour jazzeux avant tout (sinon l'inverse)... enfin rien que de saines références et pour tout dire : une belle escroquerie, mais une escroquerie qui fit illusion pendant très longtemps. Parce que Tom Waits est... (roulement de tambour)... CRÉDIBLE ! Et quand vous êtes un artiste crédible, vous pouvez tout vous permettre, même d'être repris par Scarlett Johansson (au sens figuré, hein). Il y aura toujours quelqu'un pour vous trouver génial. Même lorsque vous publiez un gros machin moche et à peine produit composé de faces B, de reprises et de chutes de studio - ce que Tom Waits n'a évidemment pas manqué de faire. Orphans : Brawlers, Bawlers & Bastards, ça s'appelait - et comme pour Real Gone il n'y a guère que le titre qui était bien. Le reste était chiant, caricatural, parfois grotesque (Tom Waits qui reprend les Ramones c'est quelque chose à entendre une fois dans sa vie, juste pour rire). C'était de la pure rentabilisation de patrimoine (comme tous les derniers disques du bonhomme hormis Real Gone). Résultat ? Omerta chez les blogueurs ! On a rarement vu une aussi bonne presse pour un triple-album, dont on rappellera à toute fin utile qu'il fallait au moins un Tom Waits pour rendre - tous en chœur : CRÉDIBLE... une expérience mégalomane synonyme partout ailleurs d'horreur absolue (eh oui : triple album de Saez, ça fait peur ; triple album de Tom Waits, ça excite... allez comprendre les lois de l'omerta...)

En même temps il a pas l'air baisant... tout ça sent l'intimidation à plein nez...

Horreur absolue ? Ah tiens : voilà encore un point qu'on a oublié de soulever en 2006, lorsqu'on était tous trop occupés à trouver fabuleux un triple-album qu'aucun d'entre nous n'a réécouté en entier une seule fois depuis 2007. Le côté horrible de la musique de Tom Waits. Parlons-en ! Dans les années soixante-dix, à une époque où il n'était pas crédible mais où ses disques avaient de la gueule, Tom Waits avait un charme fou, une présence animale et une voix de velours. Franchement, qu'en reste-t-il aujourd'hui ? Rien. Le charme fou ? Bof. Waits a l'air d'un vieux Géo Trouvetou crado sous tranxène - on a vu plus séduisant. La voix de velours ? Disons que le velours est sacrément élimé. Il paraît que ça fait classe. Moi, je trouve que ça fait moche. Ce qui est classe c'est la voix éraillée/blues moyenne, celle qu'il avait il y a trente ans. Ça, c'est classe. Rauque'n'roll, comme ils disent chez Télérama (merde, je m'a gourré de lien). Sa voix actuelle, c'est du foutage de gueule - et en plus du foutage de gueule dont on ne doit pas parler. Omerta chez les rockeux et les faux jazzeux ! Tom Waits a une super-voix et il est tabou de dire autre chose, par exemple... que sa voix est de plus en laide, laide et faiblarde, et que tout le monde s'en rendrait compte s'il était de bonne foi. Encore très bon en 1992, Waits n'est désormais plus qu'un braillard à faire rougir d'envie Soan (le simple fait que trois générations de gagnants de la Nouvelle Star l'adorent étant déjà en soi un indice, ah putain, ce que ça nous fait faire la CRÉDIBILITÉ), dont on est d'ailleurs pas sûr que ses compositions ne soient pas supérieures à celles du blueseux (sans mauvais jeu de mot) qui comme tous les grands imitateurs a fini par être frappé par le fléau du mimétisme : oui, Tom Waits ressemble au Loup-Garou comme Mark Lanegan ressemble à Tom Waits et ma femme, à PJ Harvey (je sais, ça dégoûte). Tiens d'ailleurs, encore un truc qu'on ne dit pas parce qu'il y a omerta chez les blogueurs : Mark, le fils de Tom (ça non plus on ne le dit pas, pourtant tout le monde le sait depuis quinze ans ! Mark Lanegan n'est autre que la Mazarine de Tom Waits), chante bien mieux que lui. Pas un hasard si les années 2000 l'ont vu devenir de plus en plus (un deux trois) CRÉDIBLE, pas assez sans doute, mais ça viendra. Encore quelques fix, quelques bourbons... C'est fou quand on y pense, cette manière que la presse et le public ont eu de pousser Tom à boire de plus en plus, à fumer de plus en plus, pour avoir une voix toujours plus décharnée et cadavérique. C'est presque malsain, cette surenchère. Avant Waits l'école rauque'n'roll c'était des mecs comme Johnny Cash, qui zavaient encore du coffre et ne donnaient pas l'impression qu'il avaient bâti leur carrière sur leur cancer de la gorge. Maintenant avec une référence comme Waits... c'est quand même un peu la porte ouverte à la mourouziation de la scène rock contemporaine (je laisse les blagues sur Bashung à Christophe (et j'en fais une belle dans la foulée, hop !)).

Reste que le plus navrant, chez Tom Waits, demeure le fait que personne n'ose dire ce que tout le monde sait très bien. Qu'il est navrant, au mieux une aimable parodie de lui-même. Sa musique suit une espèce de progression macabre dans la nullité et l'horreur depuis Bone Machine (dix-sept ans tout de même), mais tout le monde trouve ça génial, la voix est sublime et puis Tom est tellement créatif, il a un tel univers (truc qu'on entendait vachement moins dans le temps, parce que bon... le Tom Waits qui s'est coincé Through the Looking Glass entre les miches est finalement tout jeune, lui). N'importe qui ne le connaissant pas verrait en trente secondes que ce n'est qu'un vieux ringard régnant par la magie de sa CRÉDIBILITÉ sur une bande jeune dévots abrutis (pléonasme). Mais non. L'omerta continue de régner chez les blogueurs. Waits n'a rien enregistré de marquant depuis dix ans ? Pas grave, c'est Tom Waits, on va mettre tous ses disques des 2ks dans la liste des meilleurs albums de la décennie (tous sauf Ballad of the Broken Sea, allez comprendre). Fichtre diantre ! Qu'eût-ce été s'il avait publié au moins une chanson marquante ? On l'aurait mis premier sans discuter ! Bon au moins, comme ça, ça donnera à tout le monde l'occasion de redécouvrir ces quatre albums (même si je parie que personne n'en profitera pour écouter Orphans en entier, faut pas déconner non plus... mais poussez quand même jusqu'à son hilarante reprise de... Daniel Johnston, soit donc le seul gars culte encore plus surestimé que lui - et à la musique encore plus moche - ça vaut le détour, dans le genre expérience limite). Et puis Noël approche, ce sera toujours plus original qu'une rediff de Tim Burton, dont on notera que la carrière est dans le fond parfaitement parallèle.

113 commentaires:

  1. La vache... quand je vois ce que je suis en train de concocter, je la joue vraiment petit bras XD

    Nan mais Tom Waits, c'est avant tout un acteur qui joue dans des films qui n'intéressent pas grand monde, car s'il chante (meugle?), c'est pour se payer avant tout sa ration de vitriol (ses maigres cachetons en tant que comédien ne lui permettant qu'à moitié d'étancher cette soif de vivre), tord boyaux que son bel organe débraillé réclame tant (et ainsi satisfaire à l'occasion les attentes et les oreilles délicates de ses admirateurs) :-P

    RépondreSupprimer
  2. Oh là. Ca commence fort...

    RépondreSupprimer
  3. Ah ouais, le niveau est haut... et Tom Waits est une cible très très bien trouvée!!

    RépondreSupprimer
  4. Marrant de voir Tom Waits comparé à Tim Burton... Sachant que ce même Waits joue le diable dans le dernier Terry Gilliam, film qui, lui même ressemble par moment à s'y méprendre à du... Tim Burton ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Le pire étant que les fans de Tom Waits, dont je suis, sont bien trop intelligents pour vous insulter...

    BBB.

    RépondreSupprimer
  6. Doc >>> petit joueur ? Toi ? J'y crois pas une seconde !

    Serious & Xavier >>> c'est marrant, j'avais pas l'impression d'avoir tapé si fort...

    Guic' >>> en fait c'était volontaire ;-)

    BBB. >>> c'est dommage, ça tue le côté résolumment SM de l'exercice (on est sadique quand on écrit l'article, puis maso pour les coms) !

    RépondreSupprimer
  7. Merde je crois que je pourrai écrire le même article mais en remplaçant Tom Waits par Nick Cave...

    RépondreSupprimer
  8. Ah non, benjamin, ça, c'est ce que je suis en train de faire ;-)

    A noter un truc, Thom, cette splendide coquille surement un brin méchante: "Mark Lanegan ressemble à Tom Waits et à ma femme" :-)

    RépondreSupprimer
  9. Merci beaucoup.
    Je ne connaissais pas ce Tom waits.
    Je vais écouter et je donnerai mon avis après...

    RépondreSupprimer
  10. Très bien vu !

    C'est vrai qu'il y a une génération de gens qui ont découvert Tom Waits dans les années 90 et qui dans les années 2000 ont passé leur temps à vénérer le moindre de ses rots...

    RépondreSupprimer
  11. Benjamin & Guic' >>> Nick Cave... c'est légèrement différent, ne serait-ce que parce que dans le CDB son dernier album s'est carrément fait allumer. En fait Nick Cave, qu'on aime ou non ses derniers opus, a au moins pour lui d'avoir pris des risques, opter pour des directions musicales ambitieuses (qu'il s'agisse de son virage crooner-dark à la fin des années 90 ou de son virage heavy-rock 70s à la fin des années 2000). Alors que Tom Waits, lui, n'a vraiment fait que capitaliser sur son succès et passé le plus clair de son temps à ressortir des vieux trucs.

    Marsu >>> commence par les vieux, alors :-)

    mika >>> c'est l'impression que j'ai... mais il est vrai aussi que j'appartient à cette génération, puisque j'ai découvert Waits avec Bone Machine. Mais c'est vrai aussi qu'avant Mule Variations je n'ai pas le souvenir d'avoir jamais lu que Tom Waits était un artiste majeur....

    RépondreSupprimer
  12. Faut vraiment que je prenne un médoc anti-fautes de frappe...

    RépondreSupprimer
  13. Mais de toute façon les albums 2000 de Waits ne sont que des sous-Mule Variation (album génial pour sa part)

    RépondreSupprimer
  14. Cible rêvée en effet ! Bien balancé, et le pire c'est que tout cela est assez juste...

    RépondreSupprimer
  15. connais pas (encore) Waits mais, en remplaçant son nom par Neil Young, on peut reprendre une bonne partie de l'article ;)

    RépondreSupprimer
  16. Bon pas d'accord du tout (Real Gone est un de mes albums préférés tout court) mais article intéressant.
    Juste un truc: omerta, ça veut dire loi du silence.
    Et du coup bah je vois pas le rapport là ???

    RépondreSupprimer
  17. loi du silence dans les rangs sur les qualités supposées de Tom Waits, que personne n'écoute vraiment mais que tout le monde trouve GE-NIAL

    RépondreSupprimer
  18. Joli !
    Tu pouvais aussi impliquer Kathleen Brennan dans l'affadissement de son mec (bon, d'accord, ça fait 30 ans qu'ils sont ensmeble, mais c'est pas grave). Dire que personne ne soulève ce grave point, c'est honteux ! :-)
    Ceci dit, faut bien reconnaître qu'il faut un sacré courage pour se cogner tout le "orphans"…

    RépondreSupprimer
  19. Moi, j'ai découvert Tom Waits par le biais de Springsteen et sa magnifique reprise de "Jersey Girl" (sur le triple live de 85) Et je suis rentré dans la disco de Tom avec son propre live "Big Time" en 88 avant d'écouter tous les albums précédents. C'est en effet après "Bone Machine", à partir de "The Black Rider" (93) que j'ai décroché pensant comme toi qu'il se complaisait dans l'auto-parodie.

    Je me permets d'ailleurs de préciser que sur notre blog (Next), mon pote Daniel a depuis longtemps brisé cette "omerta" (bien réelle) et ce, à de multiples reprises... Juste un court exemple :
    http://next.musicblog.fr/834581/A-voir/

    RépondreSupprimer
  20. Mais je love cet article !!!! des les premieres lignes j'ai été total happé :)

    kiffage total. Bravo koopin.

    RépondreSupprimer
  21. La Buze: excellent, tout à fait d'accord!

    JP: ouais, mais Daniel a brisé l'omerta sur à peu près tout les artistes qui ont des fans...

    Thom: désolé d'avoir répondu à votre place patron... je l'f'rai pu!!

    RépondreSupprimer
  22. @ Xavier : Je m'empresse de préciser que Daniel et moi avons été nous-mêmes de grands fans de Nick CAVE et de Tom WAITS ! Force est de reconnaître cependant que leur musique nous touche beaucoup moins depuis le milieu des années 90, même s'ils ont toujours la cote dans le milieu indé-branché-bobo.

    RépondreSupprimer
  23. Là, je sens que l'opinion des blogueurs est en train de s'inverser. Ou bien qu'elle n'avait jamais été celle qui présuppose l'article de La Buze. Tout le monde détestait Tom Waits, mais personne n'osait le dire!

    En toute logique, s'il y a Omerta comme décrit au début, elle va donc elle aussi s'inverser. Qui osera la briser et dire à quel point ce type est génial? Ce sera le défi de l'année prochaine (l'autre étant d'être aussi érudit que l'auteur de cet article-ci).

    Non, sans rire, personnellement, je dois bien dire que les icones Tom Waits, Nick Cave et Neil Young (et déjà un peu aussi Sufjan Stevens) me laissent assez indifférent. Donc, chapeau à ce talentueux coup de pied dans la fourmilière (quoi qu'en France, on fasse ça aussi à la main). Ca fait du bien où ça pique...

    ;-)

    RépondreSupprimer
  24. @Marc "Qui osera la briser et dire à quel point ce type est génial? Ce sera le défi de l'année prochaine" En fait je pense que Thomas récrira le même article l'année prochaine mais pour dire l'inverse :p

    RépondreSupprimer
  25. Alors...

    1. merci à tous... de n'avoir pas relevé les fautes de frappe (c'est peut-être par paresse remarquez, vu le nombre). J'ai écrit ça à la va-vite ce matin, ce qui ne m'arrive jamais... on voit le résultat !

    2. personne pour m'insulter ? Vous déconnez ? :)

    Lil' >>> je pourrais difficilement dire que je ne suis pas juste... vu que je commence par avouer que je suis le premier à céder à cette tentation. Quoiqu'en fait pas tellement. Par ex je n'aurais pas pu faire ça sur Nick Cave (pour reprendre l'exemple de Benjamin ), lui, c'est vraiment quelqu'un que je chérie... Tom Waits, je chérie ses vieux disques, mais je ne suis vraiment pas du genre à sauter sur son dernier album... d'ailleurs en fait, Tom Waits, je ne le hais pas du tout, même pas ses disques récents... j'en ai juste rien à foutre, en général je les découvre un an après tout le monde... mais je comprends évidemment, pour le vivre avec d'autres artistes, ce phénomène qui amène chacun, un jour, à être très tolérant vis-à-vis d'un artiste qu'il adore.

    La bUze >>> d'autant plus vrai que j'aurais pu faire la même chose avec Young. Avec lui aussi, je suis le premier à être parfois très complaisant. Mais j'ai le sentiment qu'il est moins populaire dans la blogosphère, l'exercice était donc moins marrant.

    Valoche >>> drgbs t'as répondu avant moi ^^ D'ailleurs, la meilleure preuve qu'il y a une "omerta" (petite et sympathique)... c'est que finalement, peu de voix s'élèvent pour dire que cet article c'est n'importe quoi (alors que pourtant je force le trait à fond, d'ailleurs j'aime beaucoup Alice, qui est bel et bien un album publié par Waits cette décennie ;-)

    Fabrice >>> en fait je trouvais que parler de sa femme après avoir tapé sur son physique, c'était vraiment trop salaud ! :-) Mais je suis assez d'accord, encore plus sur Orphans. La première fois que je l'ai entendu j'ai vraiment eu le sentiment d'être un dangereux masochiste !

    J-P >>> je sais, et d'ailleurs mon "rarement" renvoyait à vous... mais vous êtes bien les seuls (enfin plus maintenant).

    Rod >>> merci :-)

    Xavier >>> y'a pas d'mal, un jour j'te confierai p'tête la caisse !

    Marsu >>> comme je le disais plus haut... je serais moins définitif sur Cave... bon ok, c'est peut-être parce que je l'adore bien plus que les autres ^^ Mais j'ai réellement le sentiment qu'il tente des trucs, alors que Waits ou Young (une de mes idoles, pourtant), par contre, on dirait vraiment un vieux ronronnement familier...

    (et la remarque sur l'omerta est très juste) (d'ailleurs je suis le premier surpris par ces commentaires)

    KMS >>> que je l'aime, ce salaud (mon côté maso, disais-je). En même temps il n'y a pas réellement de contradiction, et je suis assez content de m'en apercevoir. Et puis je suis jeune, je peux aussi dire que mon point de vue a évolué (c'est une arme terrible, ça, l'évolution ^^)

    RépondreSupprimer
  26. ouch

    don't touch .....

    Tom Waits, je le connais assez pour être complètement fan et bien trop peu pour revenir sur cette décision. Quoiqu'il fasse (va falloir que je me mette à jour quand même ), il restera ce qu'il a été (car, on efface pas le passé, ha mais ..) Et c'est un clown magique et sombre.Il chante mal ? Il s'étiole ? Il s'effrite ? Il vieillit mal ? tant pis, je resterai jeune, voilà ..

    RépondreSupprimer
  27. Ah, mais il y a Dylan aussi, on peut faire le meme truc avec lui qu'avec Young et Waits. (ah non,lui il y a quand meme moins l'omerta...)

    RépondreSupprimer
  28. S'il faut vraiment vous insulter, je veux bien le faire, mais pour quoi dire ? Je suis trop honnête, je sais trop faire la part des choses, je ne suis pas assez bas du front. Sauf à être d'une grande mauvaise foi, votre article est imprenable, parce que reposant sur un procédé (subtil, et que vous utilisez souvent) d'exagération de la vérité. Rien n'y est juste, mais tout y est vrai. C'est souvent le cas quand vous jouez les provocateurs...

    Allez, bonne soirée.

    BBB.

    RépondreSupprimer
  29. Idothée >>> tu crois que tu vas pouvoir rester jeune et continuer à l'aimer ? :-D

    Xavier >>> Dylan c'est presque trop facile...

    BBB. >>> nananinanè-RE !

    RépondreSupprimer
  30. C'est quand même dingue.
    Je trouve Real Gone très bon et Alice vraiment pénible (presque autant que Bloodmoney).

    - au passage, ici comme souvent ailleurs, le lieu commun de l'article "défricheur" des inrocks qui dicterait l'attitude bienséante ... trop facile -

    RépondreSupprimer
  31. Oui, c'est facile. Mais en l'occurrence, d'une c'est un peu vrai et de deux, ça reste une grosse blague. Je t'accorde donc ce lieu commun si ça peut te faire plaisir... reste que les lieux communs qu'on lit au sujet de Tom Waits sont plutôt qu'il est génial, parfait, irréprochable, que ses albums sont extraordinaires, son univers unique et sa voix merveilleuse (encore lu tout ça dans Libé il y a quoi ? une semaine ?)... je ne crois pas que cet article verse dans le lieu commun.

    RépondreSupprimer
  32. En plus faire ça le lendemain du jour où je mets un truc sur Tom Waits quand même c'est pas sympa.

    RépondreSupprimer
  33. Mouais finalement ça s'apparente à un processus classique.

    J'aime un truc: je lui trouve plein de qualités et ceux qui l'aiment sont géniaux. Je suis de mauvaise foi, j'utilise plein d'arguments bidons pour prouver à quel point cet truc est génial.

    Je n'aime plus (le truc m'a déçu, trahi, j'ai changé, évolué): Plus de qualité et ceux qui aiment n'ont pas de goût (ou n'aiment pas vraiment). Je suis de mauvaise foi, j'utilise plein d'arguments bidons pour prouver à quel point cet truc est minable.

    On ne brûle bien que ce que l'on a adoré.

    RépondreSupprimer
  34. Le top of the flops, c'est de la merde... parce que taper de la sorte sur un des rares musiciens actuels qui ne le mérite pas, c'est n'importe quoi...

    Tom Waits fait... du Tom Waits (phrase du jour). Après, on aime ou pas, il est parfois très inspiré, d'autres un peu moins, ça arrive à tous les artistes, même aux meilleurs. Mozart n'a pas fait que des chefs-d'oeuvre, beaucoup de ses oeuvres sont très dispensables...

    Il fait sa musique sans racolage, sans la ramener, sans emmerder personne, sans ne rien sacrifier aux modes, c'est un des plus grands artistes dans le monde de la chanson de ces 40 dernières années... et, franchement, même dans la blogosphère dont tu dis qu'elle serait à genoux devant lui, on ne lit pas des tonnes d'articles sur Tom Waits, loin de là...

    Un Tom Waits moyen, c'est toujours 10 fois mieux qu'un pseudo "bon album" de tous les nouveaux groupes de morveux en "The" de la décennie. Et Real Gone est très bon. Pas le meilleur Tom Waits, sûrement, mais un très bon album. Quant à Orphans, c'est ni plus ni moins qu'un des meilleurs albums de la décennie pour moi.

    Alors certes, c'est le top of the flops, daut prendre ça avec "second degré", c'est du défouloir etc, etc... il n'empêche que j'ai la plus grande admiration pour Tom Waits, dont je peux écouter et réécouter ses albums, les vieux comme les nouveaux, sans me lasser, sans ne jamais avoir l'impression que tel ou tel a trop vieilli... et quand on voit à côté le nombre de groupes rock qui, au bout d'une dizaine d'années font, eux, vraiment de la merde, des trucs sans âme, consensuels et purement commerciaux... bref, je le dis très franchement, cet article totalement injuste m'a fait mal - je suis une petite chose sensible... - alors si le but était de donner envie aux fans de Waits - même à ceux qui comme moi ont le plus grand respect et la plus grande amitié pour toi - de te filer une bonne paire de baffes, c'est très réussi, bravo !

    Bon, tu voulais que quelqu'un te dise que cet article c'est "n'importe quoi" pour faire la preuve de l'omerta sur Tom Waits, c'est fait...

    RépondreSupprimer
  35. Aïe ! Pourquoi Mozart sert-il toujours de mètre étalon ?

    RépondreSupprimer
  36. KMS >>> j'avais même pas vu... et puis bon, ça n'a rien à voir, tu parles de Blue Valentines... un des disques qui ont le plus compté dans ma vie !

    Valoche >>> très drôle et plutôt bien vu... on pourrait d'ailleurs poursuivre ton raisonnement avec sa réciproque : le gars qui adore un artiste, même devant l'évidence, même en face d'arguments massue... trouvera de toute façon ces arguments bidons (l'inverse étant aussi valable) avec une rare mauvaise foi.

    Bon ceci dit... tu me fais dire quelque chose que je n'ai pas dit. Je n'éprouve pas plus de mépris pour quelqu'un qui vénère Tom Waits que d'admiration pour quelqu'un qui le déteste (ni l'inverse). Je m'en tape, de l'auditeur, les œuvres m'intéressent toujours, même ratées. Ceux qui les aiment... m'intéressent aussi bien sûr, mais pas au même titre. Regarde, BBB.... il adore Tom Waits, même dans les années 2000... il n'en demeure pas moins l'une des personnes pour qui j'ai le plus d'admiration parmi toutes celles que j'ai rencontrées dans ma vie ^^ Les seules personnes dont je me moque vraiment, dans cet article, sont plutôt des gens (certains journalistes en tête) qui foncièrement n'aiment plus ce que fait Tom Waits, ou pas plus que ça, et continuent de l'encenser juste pour le principe, parce que c'est devenu un lieu commun de considérer Tom Waits comme un demi-Dieu. Mais les gens qui aiment sincèrement Tom Waits, je n'ai pas de problème avec eux ^^

    Mais effectivement, on ne brûle bien que ce qu'on a adoré. Ne serait-ce que parce que, le cas échéant, je connais quand même, et quoique j'en dise et quoique j'en écrive... tous les albums de Tom Waits par cœur :-)

    GT >>> c'est justement parce qu'objectivement il ne le mérite pas... qu'il le mérite. C'est un peu le principe du TOTF. Si les Beatles, Joy Division, Led Zep... des artistes autrement plus essentielles dans l'histoire de la musique ont mangé des TOTF... il n'y a aucune raison pour que Tom Waits soit épargné. D'ailleurs je suis assez surpris, à lire la majorité des commentaires, de voir que j'ai touché quelque chose et que certains se retrouvent dans cet article (là où c'est embarrassant c'est quand certains se retrouvent au premier degré dans des parties voulues pour être au second ^^). Maintenant si je t'ai fait mal... je ne m'excuserai pas plus que tu ne t'es excusé auprès des tas de pauv' gars à qui "Le Rock c'est d'la merde" (article autrement plus violent) a fait mal. C'est un peu le camembert qui dit au roquefort "tu pues", comme on dit par chez moi... d'ailleurs j'ai beaucoup mal de à y croire, tu es bien trop intelligent et subtil pour ne pas noter que cet article gavé de mauvaise foi et de grosses blagues, dans le fond, est très gentil, et que quelqu'un qui aurait réellement et profondément détesté Tom Waits (ça existe) aurait été bien plus violent. Dans le cas contraire je serais sincèrement navré... mais très fier d'avoir écrit un grand chef-d'œuvre de mauvaise foi rock'n'roll ;-)

    RépondreSupprimer
  37. Oeureka >>> désolé on s'est croisé. Tu poses une bonne question ^^ Je crois qu'il est communément admis que Mozart est le plus grand génie de toute l'histoire de la musique (enfin il paraît :-). Mais je laisserai à GT te répondre, puisque c'est lui qui en parle.

    RépondreSupprimer
  38. @Thomas Mon commentaire est comme ton article: un peu de mauvaise foi avec un peu de vrai dedans.
    Ah la mauvaise foi, que ferait-on sans elle.

    Je maintiens que l'article est interessant. Surement parce qu'il est bien écrit héhéhé.
    Allez je vais me réécouter Real Gone tiens.

    RépondreSupprimer
  39. Mais si j'ai écrit "le rock c'est de la merde", c'est justement parce que, comme je l'exprimais dès les débuts du top of the flops, le procédé me dérange... je n'aime pas cette dérive de la critique qui consiste à "se faire un artiste, une oeuvre", pour faire le malin... si on trouve l'oeuvre vraiment mauvaise et qu'elle le mérite, oui, mais pas juste comme "exercice de style", sinon, c'est mesquin... écrire "le rock c'est de la merde", c'était une manière de répondre à ceux qui tapaient sur tel ou tel album que je vénère "mouais, si on va par là, on peut autant dire que TOUT dans le rock, est de la merde"... et après, on fait quoi ?
    Je n'ai rien contre la mauvaise foi, loin de là... encore faut-il, pour moi, qu'elle serve une "bonne cause"... comme le fait de ridiculiser un groupe totalement surestimé (même s'il n'est pas non plus aussi minable qu'on le dit), ou de mettre en valeur le classique (comme je l'ai fait dans le rock c'est de la merde).
    Là, le truc qui me gêne, c'est que je ne vois pas de "bonne cause", tu te "fais" Tom Waits, et c'est tout... bon, c'est ton droit, si ça te fait du bien, si tu n'aimes vraiment pas le Tom Waits des années 2000, si ça en amuse certains, tant mieux, mais - je t'assure que je suis moins intelligent et subtil que tu ne le crois- je ne trouve pas du tout cet article au fond "très gentil"...

    je viens de réécouter Real Gone pour voir ce qu'on peut bien lui reprocher... et s'il y a quelques chansons assez anecdotiques pour ce génie qu'est Tom Waits, il y a tout de même de formidables titres... comme Make it Rain, bordel, que peut-on reprocher à un morceau pareil ? A lui seul, il mérite qu'on se prosterne devant le Tom Waits de cette décennie et qu'on oublie les quelques trucs un peu moyens qu'il a pu faire...


    (Sinon, le plus grand génie de l'histoire de la musique, c'est Bach...)

    RépondreSupprimer
  40. Mais GT... le principe même du TOTF est d'être défouloir. Ces reproches me feraient presque rire, de la part d'un gars qui a décidé que pour déterminer les disques de la décennie on allait opposer arbitrairement des artistes et des disques qui n'ont rien à voir. Et le TOTF, c'est bien plus marrant que les battles (et au moins tout le monde mouille le maillot, on fait pas juste des bêtes listes et on se contente de pas de donner des points, tout le monde s'y colle et essaie de "proposer" quelque chose... si le TOTF est une "dérive de la critique", les classements en sont la négation la plus totale, le triomphe du résultat sur le chemin parcouru pour y parvenir, la victoire du péremptoire sur la réflexion... ce que je ne pense pas, mais on pourrait parfaitement voir les choses sous cet angle sans avoir réellement tort, surtout quand on voit certains "fight"...). Quelque part tu m'as tendu la perche. C'est le gros fight autour des battles, il y a quelques mois, qui m'a donné l'idée d'un TOFT des années 2000 (j'exagère un peu, mais il est certain que tous les trips "les meilleurs disques de la décennie" ont le dos de me gaver les portugaises et de me donner envie de sortir les gants de boxe... je ne suis pas à une contradiction près). Et mieux : si j'ai pensé en premier Tom Waits, c'est précisément parce qu'on trouvait de manière (à mon sens, cela n'engage que moi) totalement arbitraire les quatre albums de Tom Waits publiés dans les années 2000.

    La mauvaise foi devrait servir une bonne cause ? C'est un peu comme la guerre, en fait ? :-)

    Pour moi le fait qu'un artiste soit unanimement acclamé par les blogs et la presse, sans nuance, sans critique et sans débat...
    c'est une bonne cause . Il n'y a quasiment personne qui soit plus intouchable que Tom Waits (sans doute parce qu'il a pour lui de n'avoir jamais vendu beaucoup de disques, ce serait une autre histoire s'il avait décroché quelques tubes). Il pourrait s'enregistrer en train de faire caca qu'il y aurait encore des journalistes pour le trouver génial. La dernière fois que j'ai lu une mauvaise critique sur Tom Waits, ou même juste un petit reproche c'était... en fait ce n'est JAMAIS arrivé, ce qui en terme de consensus place Tom Waits au-dessus de TOUS les artistes que je connaisse. Ce n'est pas une bonne cause, de vouloir secouer un peu ce mou cocotier ? Ah non, bien sûr, ce n'est pas une bonne cause. C'est un peu ce que je disais plus haut : on est toujours le bidon de quelqu'un. Mais bon, ne te leurre pas non plus, même si tu es bien plus intelligent et subtil que la moyenne, tu nous revisites malgré tout le truc du fan outragé, que la critique énerve, parce qu'elle parle d'un artiste qui le touche au plus profond de lui-même. Quelque part c'est bien, ça humanise, et puis comme ça ça te donne une (légère) idée de comment tu a pu me casser les c... il y a quelques semaines quand on parlait d'une certaine série :-) Mais quoiqu'il en soit ne me fait pas le coup de la dérive de la critique - pas à moi, quoi. Faut pas se foutre du monde, quand tu défonces le hard 80's ou le prog à grand renfort de vidéos visant à arracher des rires gras à tes lecteurs fidèles (moi le premier), la cause est peut-être juste de là où tu te situes... certainement pas du point de vue des fans de ces musiques. Ne te place pas au même plan qu'eux en m'expliquant qu'il y a les bonnes et les mauvaises critiques négatives, les bons et les mauvais cassages rock'n'roll, la mauvaise foi juste et la mauvaise foi injuste... ce qui me fait rire chez d'autres me ferait vraiment de la peine venant de toi.

    RépondreSupprimer
  41. Je ne suis pas du tout d'accord avec l'idée de classements qui seraient la "négation" de la critique, c'en est plutôt la continuité... c'est bien parce qu'on a mis en marche tout notre appareil critique que l'on peut ensuite comparer et "classer"... et ça rejoint ce que je disais justement dans la discussion avec Christian, l'important, pour moi, c'est de faire découvrir de bons disques, peu importe le moyen. Et les classements permettent souvent bien mieux de mettre en valeur 2-3 disques qu'une longue critique qui va creuser en profondeur et ne sera que survolée, voire pas lu du tout.
    Ca peut paraître étrange... mais je suis encore plus heureux si on me dit que j'ai fait découvrir tel disque plutôt qu'on me félicite pour la "qualité" d'un article. Peut-être alors n'ai-je pas "l'âme" d'un critique...

    Quand je parle de "dérive de la critique", ce n'est pas en fait au top of the flop auquel je pensais en premier lieu, mais vraiment à toutes ces critiques que j'ai pu lire dans des journaux où j'ai la désagréable impression que le mec est dans l'exercice de style, et "se fait" tel artiste, telle oeuvre, juste parce que ça lui inspire quelques bons mots, et parce que ça le défoule... Mais dans les articles du top of the flops, il n'y a pas eu que ça... les articles de Christophe m'ont bien fait marrer parce qu'ils étaient "énormes"... d'autres parce qu'ils me donnaient l'impression d'être vraiment sincères, et portaient un point de vue pas inintéressant... mais il y en a que je n'ai vraiment pas aimé, parce que je sentais trop cet exercice de style, ou la volonté de "se faire machin", quitte à être totalement injuste.

    Mais si cet article sur Tom Waits me gêne... c'est parce que je ne le comprends pas (tu vois, je suis encore moins intelligent et subtil que tu ne le crois). Tu es parfaitement capable, comme tu le fais très souvent hors top of the flops, d'êre drôle, féroce dans tes critiques, mais en même temps parfaitement sincère (après, il y peut toujours y avoir une ou deux petites exagérations, mais c'est normal) et pertinente. C'est pour ça, à mon sens, qu'elles fonctionnent si bien. Je n'ai jamais, quand je te lis, cette désagréable impression du critique juste dans l'exercice de style qui casse pour casser, même quand tu y vas franco. Sauf là. Où on se demande ce que t'as fait ce pauvre Tom Waits pour mériter ça. Un artiste assez discret, qui trace son chemin, qui l'aime le suive et puis basta... et ce n'est vraiment pas le mec dont on entend parler tout le temps et partout et qui en devient gonflant... il est même bien trop peu connu... la preuve, KMS vient d'écrire un article sur lui (c'est aussi la preuve qu'on en parle finalement pas tant que ça par ailleurs). Et c'est aussi ce que je me disais en passant chez toi "chouette, un article sur Tom Waits, ça faisait longtemps que je n'en avais pas vu... ah merde, c'est le top of the flops..."

    Je ne le comprends pas... parce que je ne vois pas trop où tu veux en venir, parce qu'il y a en même temps des trucs vraiment pas "crédibles" une seconde, totalement indéfendables et trop exagérés pour être honnêtes, de l'autre, on n'a pas l'impression d'être juste dans une "farce", mais plutôt que tu veux vraiment taper méchamment sur ce ringard minable qui ne fait que de la merde depuis 17 ans.

    RépondreSupprimer
  42. En fait, en relisant l'article pour voir ce qui me gêne... il y a le fait que j'ai l'impression que tu tombes un peu trop dans la facilité. C'est comme si tu t'étais dit "je vais me faire Tom Waits parce qu'il y a consensus (ce qui est vrai), taper sur Tom waits, c'est déjà suffisament fort en soi, pas besoin de s'emmerder du coup à vraiment creuser". Tu pars donc en roue libre, avec "le cancéreux en phase terminale à la voix moche etc..." , des trucs vraiment faciles que n'importe qui voulant se faire Tom Waits aurait pu écrire... mais tu n'es pas n'importe qui, bordel ! :-)
    Tu nous as tout de même habitué à des critiques plus fines et plus pertinentes...

    Enfin, peut-être que je me trompe, peut-être suis-je trop sensibe lorsqu'il s'agit de Waits... mais bon, c'est pas grave, le but du top of the flop, ce n'est pas uniquement de s'amuser à casser de grands artistes en recevant des commentaires élogieux et sympas... faut que ce soit saignant dans l'article, comme dans les commentaires de l'article, sinon, ce serait trop facile... c'est d'ailleurs ce que je disais dans les comms de l'article introductif du prmier top of the flop : soit, pourrissons de grandes oeuvres et de grands artistes, mais faudra pas pleurer si les comms sont aussi assassins que l'article (avis à l'inconscient qui veut se faire Nick Cave... et à tous les autres...) La violence, c'est marrant quand tout le monde se tape dessus, pas juste quand un type en massacre un autre devant une foule qui applaudit...

    RépondreSupprimer
  43. Putain... "sinon, C'EST trop facile" il est tard, désolé, j'accumule les fautes dans les comms...

    RépondreSupprimer
  44. Attends, G.T., il y a une différence énorme entre "se faire" un artiste et "se faire" un album. Cet article ci ne se fait même pas Tom Waits si j'ai bien lu... Just ele Tom Waits du XXI ème siècle. Où esty il marqué que ses albums d'avant sont mauvais, ou sans interet?

    Idem Nick Cave: Nick Cave est un grand artiste, mais une paire d'oreilles et un peu de jugeotte suffisent pour voir que "Nocturama" est chiant comme la mort, et n'est sauvé que par trois titres dont deux sont des morceaux pop-rock sympas, mais sans grande originalité, et le troisième une jam qui a mal tourné. (Et cette Pochette, mon Dieu, cette pochette... (D'ailleurs on remarquera qu'après cette pochette il a arrété de poser pour les pochettes suivantes, et n'apparait pas dessus))

    RépondreSupprimer
  45. GT. ,

    1. Si, les classements sont la négatition de la critique, d'une certaine manière. On aligne les gens en rangs-d'oignons, on donne une liste, ils donnent les points, s'il veulent ils en discutent mais s'ils ne veulent pas c'est pas obligé. Je ne vois pas de continuité là-dedans, et si l'extension de la critique c'est de ce balancer des "hypes" et des "vieux cons" à la cons comme le faisaient certains il y a quelque jour... je ne vois pas trop où est la critique. Désolé mais dans ce superbe endroit qui aide à l'extension de la critique... j'ai quand même souvent l'impression que les gens n'ont pas toujours tout écouté, ou très superficiellement, qu'ils seraient bien emmerdés si on leur demandait de justifier un peu leur point de vue... c'est pas grave, le CDB a d'autres qualités.

    2. Mais je suis parfaitement sincère. Bien sûr, je caricature ma propre réflexion, je suis dans un Top of the Flops, pas dans une thèse... mais honnêtement je trouve la discographie récente de Tom Waits quelconque et lorsque je creuse un peu (car je creuse plus que tu le crois) je m'aperçois que les rares titres que j'ai aimés de lui depuis dix ans, c'étaient des vieilleries qu'on nous a sorti comme sa dernière fulgurance en date. Ce qui m'interpelle évidemment. Alors je réfléchis. Par exemple à la dernière fois où j'ai écouté Tom Waits, celle d'avant, celle d'avant... et je constate : Alice mis à part (et encore, pas entier) ça fait bien longtemps que je n'ai pas écouté un album de Waits post-1999. Real Gone ? Quand je me le suis remis, j'avais l'impression de ne jamais l'avoir entendu de ma vie (et pourtant ça fait un bail que je l'ai, et je suis sûr de l'avoir écouté). Orphans ? J'ai sauté la moitié des chansons. Alors après avoir écouté tout cela je réfléchis, je me dis "est-ce que j'aurais surestimé Tom Waits ?" Je réfléchis encore. J'en viens à la conclusion que si c'est le cas, je le dois autant à mon manque de dicernement qu'à un vrai conditionnement social (dont tu es d'ailleurs en partie responsable, lorsque tu mets par ex dans ton classement des "albums essentiels" Rain Dogs tellement haut au-dessus d'albums objectivement bien plus révolutionnaires., au-dessus de Bowie, Cure, Joy Division, Love, Beach Boys !!!... rien que cela déjà interroge sur ton fanatisme tomwaitsien, mais au-delà de cela c'est très représentatif de cette manière très contemporaine de surcoter Tom Waits, d'en faire l'égal d'artistes bien plus grands que lui... je parle de toi mais il y aurait bien entendu d'autres exemples, un truc très générationnel dans le fond, je ne suis pas sûr les génération d'avant et d'après aient la même considération - à mon sens - exagérée et sans nuance pour Waits)

    RépondreSupprimer
  46. 3. ta définition de la facilité est très étrange... je considère comme facile non pas ce que tout le monde peut faire, mais ce que tout le monde fait. Tout le monde peut faire des blagues sur les cancers de la gorge... mais tout le monde ne fait pas de blagues sur la voix de Tom Waits, et pourtant j'en connais des gens qui la trouvent moches et n'osent pas le dire de peur de passer pour des incultes. Je ne trouve pas "facile" de dire ce que je pense sincèrement et n'aurais probablement pas écrit dans un autre contexte, à savoir que la voix de Waits est une espèce de voix blues outrée, une surenchère (dont il joue lui-même dans ses interprétations, que je suis loin de trouver si "dignes" et "irréprochables" que cela tant il en fait des caisses et louche vers une forme d'expression grotesque - sens littéraire sinon littéral - qui m'agace) dans le feulement censément sexy, dans le grognement censément rock'n'roll... pour moi, et plus spécialement sur Orphans, c'est surtout franchement laid par moment.

    4. j'ai bien compris (et j'en suis navré) que tu ne considérais pas cette critique comme fine et pertinente... c'est un peu lâche de jouer ainsi avec mes sentiments, mais c'est de bonne guerre, grand foufou ^^ Mais j'en prendrai mon parti ; déjà, quand j'ai clairement raison (comme l'autre jour sur Buffy ;-) c'est impossible de te faire bouger d'un demi-iota... alors je me doute bien que dans un cadre comme celui du jour, avec un article bien plus ambigü et volontairement sur le fil... je n'aurai pas gain de cause et tu ne me lâcheras rien ;-)

    Guic' >>> non, on ne peut pas dire que je me fais vraiment Tom Waits avant les années 2000... j'aurais pu (il y a un ou deux "vieux" album de Waits que je trouve surestimés), mais c'était pas la règle ^^

    RépondreSupprimer
  47. En passant en coup de vent comme ça parce que j’ai vraiment trop de taf aujourd’hui pour m’installer au comptoir (quoique ce ne soit pas l’envie qui manque), je voulais juste dire que je restais vraiment perplexe à la lecture des commentaires. En lisant l’article, j’étais bien loin de m’imaginer une telle déferlante qui sort un peu du débat pour aller vers le jugement de valeur. Je ne dis pas que c’est mal, puisque le critique doit bien se faire tout aussi sévèrement critiquer, je dis juste que cela me surprend.

    Cela me surprend parce Thomas écrit des articles de ce genre depuis toujours, on sait tous très bien que parfois c’est juste un défouloir, parfois juste un exercice de style, qu’il fait plutôt dans la sincérité mais qu’il n’est pas exempt d’une mauvaise fois habituelle. Enfin je ne vais pas vous refaire l’histoire du Golb. Ce qui me surprend, c’est pourquoi s’en offusquer maintenant ? Je ne vais pas faire la liste des artistes que j’adore qui se sont fait injustement descendre ici parce que je m’en fous, je ne lis pas Thomas pour ses goûts musicaux mais bien pour ses textes.

    En plus, admettons (ce que je ne pense pas) que cet article soit vain, facile et tout, et alors ? Vue la quantité de texte publiée ici, je ne vais pas m’offusquer sur 500 mots grattés en une heure en freestyle. Si cela mérite de dire que Thomas a des goûts de chiottes et ne comprend rien à Tom Waits^^, je ne vois en revanche pas la légitimité à lancer une diatribe (d’autant plus venant de gens qui le lisent depuis longtemps).

    Mais bon je n’ai surement pas le recul et je ne recherche peut être pas ici la même chose que certains.

    Enfin il y a un autre débat qui m’intéresse ici, c’est cette notion de dire qu’on n’aurait pas le droit de se faire un artiste juste pour l’exercice de style. Fondamentalement, je conçois bien que ce ne soit pas très brillant, mais c’est justement l’intérêt du blog de pouvoir se lâcher, de pouvoir essayer des trucs, de pouvoir être con juste parce qu’on a envie de sortir un bon mot. Ecrire autant, travailler des heures juste pour la beauté du geste, et derrière ne pas avoir le droit de se faire plaisir avec un article comme ça, ce serait juste absurde. Je préfère que les gens trouvent mes textes faciles plutôt que d’écrire en fonction de mon lectorat. Si de 800 lecteurs jours, je passe à 400, ça ne changera pas ma vie. Je n’écris que pour deux choses : faire découvrir des disques (ce qui implique pour être crédible d’en dire du mal d’autres), et me faire plaisir. Parfois le premier passe avant le deuxième, parfois c’est l’inverse et alors ? Je me trompe peut être mais je serais intéressé de voir ce point défendu et argumenté.

    Pour ce qui est de la remarque de GT « avis à l'inconscient qui veut se faire Nick Cave », alors de un c’était évidemment du second degré (comme la majorité des trucs que vous reprochez tous à cet article), mais de deux ça me donnerait presque envie de le faire. Dommage que je considère certains Nick Cave comme des chef d’œuvre absolus qui ne me quitteront jamais parce que je peux te garantir que sans aucune mauvaise fois ou provoc facile, j’arriverai aisément à « me faire » Abattoir Blues/The Lyre of Orpheus et Grinderman.

    Enfin bon, tout ça pour dire que ce Tom Waits - Vendetta chez les blogueurs, ce n’est pas pour moi, et que je serais honoré de voir mes groupes fétiches se faire démonter dans le TOTF :p (Sauf si c’est Pearl Jam, je te préviens t’as pas intérêt à toucher à Pearl Jam enfoiré, lol)

    Et puis je valide totalement la réflexion sur Mark Lanegan.

    RépondreSupprimer
  48. Pour ma part, je ne sais pas. Je suis partagé. D'un côté grand fan de Tom Waits, je n'arrive pas à être, de l'autre, de l'avis de GT, dont je trouve les remarques très exagérées, étonnantes, même. Cet article n'est pas facile. Il est même très fin, mise beaucoup sur l'autodérision, il y a deux ou trois trucs "faciles", je l'admets, mais l'article lui-même, il ne l'est pas.
    Je trouve dommage que quelqu'un de si fin tombe, si bêtement, dans le piège fourbe tendu, c'est-à-dire que plus vous essaierez de contredire l'article, plus vous le cautionnerez, montrant bien que, si l'on dit du mal de Tom Waits, on va se prendre "bonne une paire de baffes" (je vous cite). Vous allez même plus loin, puisque vous expliquez, successivement, que l'article n'est pas juste, pas sincère, pas pertinent, pas valable, et vous ramenez un peu de fausse "objectivité" (fausse, car vous la détournez), laissant entendre, à demi-mot, que quelqu'un d'objectif ne pourrait pas écrire des choses pareilles sur Tom Waits. Vraiment ? En bref, vous reprenez tout un argumentaire "discréditant" déjà trop répandu sur l'internet, dès lors que le "fan" voit son "idole" attaquée. Et cela, je ne puis m'y ranger, même si, sur le fond (donc Tom, sans h), je suis d'accord avec vous. D'ailleurs, cet article m'a fait un peu mal, moi aussi. Mais n'est-ce pas, aussi, parce qu'il met en évidence, en creux, quelque chose de juste, notamment le fait que nous n'avons pas l'habitude de lire ce genre de choses sur cet artiste, que nous adorons ? Nous ne sommes pas aussi habitués que, par exemple, les fans de Pearl Jam (pardon, Benjamin), à essuyer la moquerie, l'injustice ou le mépris, de gens adoptant la posture des esthètes. Cela irrite un peu.

    ;-)

    BBB.

    RépondreSupprimer
  49. Benjamin >>> j'aurais aimé faire une longue réponse... mais je crois que je serais redondant...

    BBB. >>> votre dernier point est vraiment intéressant et bien vu. Effectivement, quand comme moi on adore les Libertines, Pearl Jam, Oasis, Rancid... des groupes très contestés, critiqués voire carrément méprisés et déchirés dans la blogosphère... cela enseigne comment dire ? Disons... une certaine forme d'humilité et de distance. Voir des artistes pour qui j'ai le plus grand respect se faire cracher dessus est quelque chose de quasi quotidien pour moi - ça ne m'étonne ni ne m'énerve même plus. Quand j'écris un long article sur Rancid, un de mes groupes préférés, je dois tolérer sans broncher que KMS vienne dire que c'est du "ska de balloche"... Oasis je dois tolérer de lui voir coller des notes pourries par principe, même quand il publie un album remarquable et que je suis loin d'être le seul à le penser... au nom de quoi la réciproque ne serait-elle pas valable ? Certes, GT n'est pas toujours dans le coup. Mais la personne qui me reproche aujourd'hui mon injustice vis-à-vis de Tom Waits s'est rarement privée de sniper de manière parfois excessive des trucs que j'adore, d'ailleurs personne ne s'en prive jamais, de sniper des trucs que j'adore - parfois sans ménagement et assurément sans se soucier de ce que je vais penser. Le même G.T. n'hésita pas autrefois à flinguer Etienne Daho en me citant explicitement dans l'article et en expliquant qu'à travers lui je révèrais une variétoche "insidieuse" qui ne dirait pas son nom, ce qui est franchement violent (ou du moins dévalorisant) quand on sait que "variétoche" est vraiment dans sa bouche l'insulte ultime. Mais là non, je ne suis pas censé le prendre mal, je suis censé sans doute considérer qu'il y a du vrai dans l'article et prendre cela bien, peu importe que je pense tout le contraire, mon jugement à moi n'est pas esthétique, il est biaisé, on tolère mon coupable penchant mais que je n'abuse pas quand même (ça rejoint le long débat de l'autre jour à propos de Buffy). C'est un peu facile. Et en tout cas, c'est n'est pas moins injuste que peut l'être mon article (mais bon... de toute façon la justice accolée à l'art...)

    Alors oui, c'est sûr que quand on vénère Tom Waits, Nick Cave, Radiohead, Dälek, Amon Tobin, Coltrane... des choses "esthétiquement correctes" et presque indiscutables, dans le fond... on est moins souvent confronté à quelque chose qui, pour moi et d'autres, est très fréquent. Je me demande si d'une certaine manière vous n'avez pas, cher BBB., mis le doigt sur un mécanisme inconscient ayant réellement influencé cet article. C'est possible. En tout cas c'est très pertinent.

    RépondreSupprimer
  50. Ouais, l'article est assez virulent et plein de mauvaise foi bien sûr, enfin rien d'infamant selon moi (c'est vrai aussi que je ne suis pas fana de Tom Waits). Pas de quoi en faire des lignes et des lignes (vous aimez bien les longs commentaires non ?) :)

    RépondreSupprimer
  51. Moi, j'adore Tom Waits, et je trouve cet article d'une incommensurable méchanceté. Mais quelque part, il m'amuse, je m'étais moi aussi étonnée de trouver quatre albums de Tom Waits, dans la fameuse liste. Je trouvais que c'était trop, parce que Tom Waits, certes est un génie, mais n'a quand même pas, à ce point, été l'artiste essentiel des années 2000. Et c'est vrai que, si on m'avait demandé mon avis, j'aurais aussi éliminé Real Gone (pas mauvais, bon, même, mais "mineur"), et Orphans.

    RépondreSupprimer
  52. En tout cas voir les snobs s'offusquer d'être snobés c'est super marrant :D

    RépondreSupprimer
  53. @ Benjamin F. et BBB : Moi, je m'étonne de vos remarques... je me souviens très bien du tout début du top of the flops, je disais déjà : Soit, si vous voulez jouer à ça, à pourrir de grands artistes et de grands albums, allez-y gaiement, mais faut assumer un minimum, et si le but est d'être saignant (parce que Thom disait bien qu'il voulait du sang, des larmes de la violence, du rock'n'roll, donc), faut que ça marche dans les deux sens, et que les commentateurs ne se gênent pas pour attaquer l'article en retour. Parce que si le but est d'être violent, de mauvaise foi, et s'attendre à ce que tout le monde en retour applaudisse, fasse des courbettes et se répande en "aaah, quel bel article, j'ai bien ri, super, bravo, t'es le meilleur et toute cette sorte de choses..." bof... ce serait comme vouloir jouer les durs et aller pleurer dans les jupes de môman parce qu'on s'est pris une claque.

    Le plus marrant dans l'histoire... c'est que je ne comptais pas être critique après la lecture de l'article... parce que Thom etmoi nous sommes déjà bien confrontés sur Bouffie, je voulais pas en remettre une couche, je pensais juste dire de façon très neutre que je trouve Real Gone, Orphans et ces disques des années 2000 remarquables. Mais c'est après avoir lu le commentaire où il répond à BBB en déplorant que les fans de Waits ne l'insultent pas et que tout cela "tue le côté SM de l'exercice" que je me suis dit : si ça peut lui faire plaisir, il n'y a aucune raison de me gêner. Et encore, j'y suis allé de façon plutôt modérée, si j'avais voulu être aussi féroce avec l'article que Thom l'est avec Waits, ça aurait été pour le coup vraiment sanglant...

    Pas d'accord avec BBB sur le fait que cette critique serait fine et pertinente... et je trouve que c'est tout de même un comble que Thom reproche ici le côté "péremptoire" des discussions dans les battles de la décennie... car si j'ai bien tout compris, le but du top of the flops, c'est de descendre un album... mais où est ici la critique de Real Gone ? Rien n'est dit sur l'écriture, la production, le pourquoi cet album serait mauvais, il n'y a aucune "critique", tout est axé sur deux choses : il y a consensus, donc c'est suspect, et il a une voix moche... c'est bien là la principale critique que Thom adresse à waits "il a une voix moche"... et si je trouve ça très "facile", c'est bien parce que c'est le truc que disent les gens qui écoutent des trucs hyper-lisses, les produits bien formatés de l'industrie du disque, les tubes d'NRJ et compagnie, et à qui on voudrait faire écouter Tom Waits. Ca me gêne aussi, car le grand amateur de jazz et de blues que je suis sait à quel point cela a été reproché aux noirs, reproche de la part de gens qui ne comprennent pas cette tradition noire dans laquelle on ne cherche pas la "pureté" de la voix, mais avant tout le grain, l'expressivité, quitte à surjouer ces effets rocailleux...

    Je le comprends d'autant moins que Tom dit dans les commentaires qu'il "sauverait" Alice... alors que c'est justement sur Alice où Waits va le plus loin dans cette façon de chanter, c'est là où sa voix peut sembler la plus "moche", "parodique" àceux qui ne l'aiment pas. Dans Real Gone, comme Blood Money et Orphans, il y a au contraire pas mal de morceaux où l'on sent que Waits se refuse à en faire des tonnes et à se "parodier à l'excès", et revient à une manière de chanter plus "écoutable"...

    Ensuite, il y a aussi ces trucs péremptoires et gratuits du genre "Sa musique suit une espèce de progression macabre dans la nullité et l'horreur depuis Bone Machine"... sans qu'on ait d'explication non plus...

    RépondreSupprimer
  54. Bref, sans doute suis-je trop peu intelligent ou subtil pour comprendre en quoi cette critique serait fine et pertinente, l'argumentaire que je lis, c'est "Tom Waits est vénéré partout, donc c'est suspect, il a une voix super-moche, sa musique est merdique depuis 17 ans, donc c'est nul". Je ne lis pas ici une "critique" comme Thom a pu le faire pour les précédents TOTF, et, surtout, comme il peut le faire régulièrement, mais juste du défoulement. Moi aussi, je peux dire des trucs du même genre d'à peu près n'importe quel artiste ou groupe... donc oui, je trouve ça un peu trop facile...

    Absolument pas d'accord non plus avec Benjamin F qui trouve que cet article est du même tonneau que ceux que Thom publie habituellement, ça n'a rien à voir, il est toujours bien plus nuancé, il argumente, ce qui rend d'ordinaire ses analyses beaucoup plus fines et pertinentes... là, c'est le TOFTF, il lâche la bride et part en roue libre...

    @ Benjamin : l'inconscient qui veut se faire "Nick Cave", c'est à Guic' que je pensais.

    @ Guic : Il est trèèèès bien, Nocturama... pas le meilleur Nick Cave, c'est sûr, mais comme pour Tom Waits, un Nick Cave moyen, c'est toujours bien mieux qu'un bon album chez les autres.

    RépondreSupprimer
  55. GT,

    Personne ne vous reproche de contredire Thomas, voyons. En tout cas, pas moi ! D'ailleurs, à la limite, je comprendrais que vous rentriez dans le tas, "à la sauvage". Mais vous ne le faites pas du tout, comme vous le reconnaissez d'ailleurs. Vous y êtes allé dans un registre plus "affectif" (un peu "à la fourbe", si vous me passez l'expression, qui ne se veut en rien agressive, soyez-en sûr), puis en essayant d'en appeler à une "honnêteté intellectuelle", une "objectivité", qui n'ont vraiment rien à y voir.

    BBB.

    RépondreSupprimer
  56. Oh pu...rée, y-en-a-dla baston dans ce troquet an ce moment.

    D'un autre côté, si on m'faisait écouter du Tom Waits, j'aurais envie de taper moi aussi...

    RépondreSupprimer
  57. Tu parles de Daho... vilà un bon exemple... car tout ce que j'ai écrit dans cette chronique est sincère, j'ai juste exprimé pourquoi je trouve sa musique nulle et insupportable, pourquoi je ne comprends pas que pas mal "d'esthètes" l'apprécient, sans chercher à faire de bons mots ni à me défouler... et je suis totalement ouvert à la critique, je n'attendais que ça, un débat avec des gens qui viennent me dire pourquoi ils ne sont pas d'accord, pourquoi ils pensent que j'exagère totalement, que mon article est mauvais et injuste, et que ce que fait Daho est digne d'intérêt...

    Tu te trompes aussi si tu penses que je suis à l'abri de moqueries et critiques sur mes goûts... j'ai passé un temps fou contre des potes, ou sur le net, à défendre mes goûts face à des gens qui les tournaient en dérision ou trouvaient que ce que j'écoutais "c'est de la daube"... quel que soit ce qu'on écoute, on est toujours confronté à ça, on est toujours le "plouc" d'un autre... tu parles de KMS... mais bordel, t'es loin d'être sa seule "victime" !^^ je ne compte plus les fois où j'ai encensé tel album, tel artiste avec après juste un commentaire laconique de KMS du genre "c'est de la merde"...

    Comme je l'ai déjà dit, ma bande d'amis a été pendant un bon moment des fan de rock 60's et 70's, qui ne juraient, comme moi, que par Led Zep, Pink Floyd, les Doors, Beatles, Magma, King Crimson, les Who etc... et trouvaient que tout ce qui s'était fait depuis les années 80, c'était de la merde... lorsque je me suis mis à écouter Sonic Youth, PJ Harvey, Radiohead & co, je ne lisais pas les inrocks, mais dans mon "milieu rock", c'était très mal vu, qu'est-ce que j'ai pu me prendre la tête avec eux qui se foutaient de moi parce qu'ils trouvaient que c'était moche (Sonic Youth), du pop-rock aussi merdique que U2 (Radiohead, c'était la période The Bends), ou du rock pauvrissime (PJ Harvey)... et je ne parle même pas de lorsque je me suis mis au rap, blasphème absolu pour eux...

    RépondreSupprimer
  58. @ BBB : Admettez qu'y aller "à la fourbe", c'est tout de même plus efficace que de rentrer dans le tas comme un bourrin... on oblige l'autre à s'emmerder à se justifier au lieu de partir sur des "Gros connard, tu piges rien à la musique !" "Gros connard toi-même !" :-)

    RépondreSupprimer
  59. GT,

    Je vous l'accorde. Mais dans ce cas, ce qui vaut pour les autres, vaut pour vous. Si cela vous amuse de jouer les "fouteurs de merde", alors dans ce cas, ne reprochez pas à Benjamin de monter au créneau, pour défendre l'auteur de ces lignes. Vous savez bien, pour avoir souvent été dans l'autre camp, que quand on cherche Thomas...On trouve souvent les autres, avant lui.

    :-)

    BBB.

    RépondreSupprimer
  60. Non pis faut se calmer Thom descend pas Waits gratuitement, certes il use de quelques effets de manche faciles (je serais tenter d'ajouter heureusement, c'est un top of the flop!) tout en pointant de manière juste des travers de l'œuvre waitsienne des années 2000... et si ça fait mal aux admirateurs, c'est que c'est pas si gratuit que ça.
    Je vois pas pourquoi on aurait pas droit d'avoir un avis critique sur le Tom Waits des 00's mais de taper caricaturalement sur le hard FM ou le rock prog, je trouve ça assez paradoxal... ou dans ce cas, il fallait faire une critique du hard fm de manière académique.

    Et Thom pointe qqch de juste concernant le chant de Waits, si jamais qqn ose émettre une seule réserve, il risque de se faire lyncher... désolé, mais moi, le chant de Waits j'accroche pas, si j'étais poli je dirais qu'il est trop expressif, et si j'étais vache je dirais que dans ses pires moments on se rapproche d'une mauvaise imitation alcoolisée d'un blanc bec qui se prends pour Louis Armstrong dans le rôle de l'oncle Tom sortant de sa case... donc finalement, la voix d'un cancéreux, c'est plutôt gentil :-D

    RépondreSupprimer
  61. J'ajouterai, car je n'avais pas lu tous vos commentaires, que votre remarque sur ce qu'on disait de la voix des Noirs, vraiment, n'est pas ce que vous avez écrit de plus pertinent. On a déjà le coup de l'énervement non-feint, un peu tout de même, par goût du sang, quoique sincère (enfin on ne comprend plus rien, vu de l'extérieur), vous n'allez quand même pas ajouter un Godwin à cela !

    :-)

    BBB.

    RépondreSupprimer
  62. La conclusion de tout ça, c'est qu'on partage un vrai traumatisme commun : Tous, autant que nous sommes, à un moment de notre vie, nous avons follement hurlé notre amour pour un disque avant que l'echo de KMS ne nous revienne dans la gueule avec un lapidaire "non, c'est de la merde" !^^

    RépondreSupprimer
  63. DR. F : Ou est-ce que j'ai dit qu'on n'aurait pas le droit d'avoir un avis critique sur le Tom Waits des années 2000 ????
    Bien sûr qu'on peut avoir un avis critique, comme sur tout, seulement, je ne trouve pas l'argumentaire ici pertinent... tout ce que je lis c'est que la voix de Tom Waits est "super-moche", et qu'il fait des trucs horribles qui s'enfoncent dans la nullité depuis 17 ans...
    Tu trouves comme Thom que Waits a une voix moche, j'adore sa voix... et alors ? et après ?

    C'est comme si on disait "j'aime pas les Stones, je trouve leur son de guitare super-moche"... "ah bon, moi je le trouver super-chouette"... et alors ?

    @ BBB : Ah non, e me faites pas le coup du point Goodwin... je n'ai pas un quart de centième de millième de seconde pensé qu'il y avait là-dedans de quelconques relents racistes chez Thom, je dis juste que les critiques qui se basent sur le son d'une voix qu'on trouve trop "rocailleuse", pas assez "agréable", ça me fait penser aux gens qui critiquaient les voix noires parce qu'ils les trouvaient trop rugueuses... et ce n'était d'ailleurs pas forcément du "racisme" dans ces critiques, avant tout un conditionnement culturel, artistique... tout comme un fana de classique peut trouver la musique électro "fade" et ne pas la comprendre du tout parce qu'il ne pige pas pourquoi utiliser ces sons synthétiques au lieu de violons, pianos etc et leur sonorité si belle... mais ce n'est en rien du "racisme" si des fans de classiques n'aiment pas du tout les sons techno...

    RépondreSupprimer
  64. Effectivement je parle assez peu de musique... c'est bien pourquoi je disais que mon article était gentil. Cela prouve que l'idée est de déconner, pas d'offrir un long article sérieux sur un sujet dont - je maintiens - je n'ai dans le fond pas grand-chose à foutre. En réalité, ces albums dans l'ensemble m'indiffèrent. Le fait que je n'entre pas plus dans les détails, c'est déjà une explication de ce que je n'aime pas dedans. Ce qui ne m'indiffère pas en revanche c'est le consensus mou entourant des disques que finalement peu de gens se bousculent ici pour défendre. Il est donc logique que j'articule l'article autour du point qui m'évoque quelque chose plutôt qu'autour ce qui m'indiffère.

    Après je suis vraiment, mais alors vraiment énervé par tes remarques sur "vouloir jouer les durs et aller pleurer dans les jupes de môman". Parce que franchement, ce n'est pas mon genre. Effectivement, le TOTF c'est le goût du sang... je ne m'offusque pas de tes commentaires, ils ne me font pas me déballonner. J'y réponds, point barre. Certes, sans agressivité excessive (parce que c'est toi, parce que c'est moi :-). Mais je n'en considère pas moins que j'ai raison et que toi tu pousses mémé dans les orties ^^. Encore un bon exemple avec les "jugements péremptoires". Sans doute le TOTF verse-t-il là-dedans... je ne dis pas le contraire. La différence c'est qu'il l'assume, que ça fait partie du jeu. Rien avoir les classements qui revendiquent une certaine forme d'objectivité, ne serait-ce que parce que le calcul amenant au résultat est par définition objectif. Je n'ai pas reproché aux classements, d'ailleurs, d'être péremptoires. Ce que je reprocherais aux classements, plutôt, c'est d'être d'une certaine manière une petite baise rapide et sans engagement. On peut lâcher une note bien salée et injuste et ne jamais revenir voir les réactions qu'elle a provoqué... ce qui n'est pas du tout le cas lorsqu'on écrit un article sur son blog, on est obligé d'assumer jusqu'au bout, même parfois un an après avoir écrit le texte.

    Le côté "péremptoire" de certaines remarques... je l'assume, et je t'emmerde :-). On est tous très péremptoires dans nos articles, toi le premier. Cela ne nous saute pas toujours aux yeux, car nous avons pour beaucoup des "bases communes", parce qu'il y a parfois un côté implicite à la limite de la connivence. Claquer un "c'est pompier" ou un "c'est boursouflé", ça l'est. Relis ta critique d'Orphans. Mon article est monument d'argumentation à côté ! Alors bien sûr, ton texte est positif, personne ne viendra te le reprocher. Mais il n'est en rien argumenté, tu n'y justifies d'aucun point de vue et ça ne semble pas te déranger plus que ça. Les exemples comme ça sont légions... aussi bien sur ton blog que sur le mien ou sur ceux des autres. Le culte de l'avis argumenté, ça va cinq minutes. Et tout le sel du TOFT, c'est justement que les gens qui s'y collent sont des habitués des longs articles argumentés qui, une fois dans l'année, s'autorisent à se lâcher et à casser méchamment, gratuitement, pour le plaisir. Après 272 articles cette année, OUI, je m'autorise à ne pas argumenter une chronique, à faire du style pour le style, à déconner... et si tu n'es pas content tant pis pour toi, je t'aimerais quand même, mais je ne vais pas m'excuser de te demander pardon de trouver sans grand intérêt ces albums où Tom Waits, en roue-libre, fait du Tom Waits pour le Tom Waits, sans être réellement médiocre, mais sans être non plus un monstre de créativité méritant qu'on le place au-dessus de tout le reste cette décennie.

    RépondreSupprimer
  65. GT,

    Je ne vous accuse de rien (d'où le petit :-)), je trouvais juste la remarque assez, disons, incongrue.

    BBB.

    RépondreSupprimer
  66. Oulà... je n'ai jamais voulu dire que tu étais un type qui veut jouer les durs et va pleurer dans les jupes de sa mère si on l'agresse, je n'ai jamais pensé ça de toi - d'autant plus que tu demandes, dans un des premiers commentaires, à ce que l'on soit plus dur, voire insultant, avec toi - je parlais ici du PRINCIPE du TOFTF, qui fait que l'on doit accepter de s'en prendre plein la gueule tout comme on en fout plein la gueule à un artiste. Mais bon, j'admets que ça peut prêter à confusion...

    Quant à mon atricle sur Orphans, je suis le premier à regretter qu'il soit si léger, comme je le dis dans l'article, je l'ai écrit très rapidement pour inciter les lecteurs à l'écouter... car, encore une fois, ce qui compte le plus pour moi, c'est de faire écouter les disques qui en valent le coup, comme l'excellent Orphans. Mieux vaut une critique pas terrible et brève qui focalise l'attention sur un bon album que de ne pas écire de chroniques en se disant "là, j'ai pas le temps de développer et de faire un aricle qui me vaudra les louanges de tous, mieux vaut ne rien faire qu'un article médiocre..."

    Pas tout à fait d'accord sur le fait qu'il n'y a pas de point de vue, il y en a un, celui de montrer qu'il peut paraître assez surprenant que Tom Waits, considré comme le type même de l'artiste chaotique, fasse un album où tout est aussi bien rangé, où ses trois facettes sont bien délimitées, chacune sur un CD... mais tu as raison, cet article est sans grand intérêt, et je reconnais parfaitement qu'il est très médiocre et indigne de l'album, qui aurait mérité bien plus de développements...

    (quant aux classements, il y a des notes qu'on est aussi obligé d'assumer encore un an après... il y en a qui vont même ressortir parfois de vieilles notes de classements d'années précédentes pour justifier leurs propos dans tel ou tel fight...)

    RépondreSupprimer
  67. Si cela peut paraitre anodin au vu des argumentations développées ici, je maintiens qu'une phrase comme "Après 272 articles cette année, OUI, je m'autorise à ne pas argumenter une chronique, à faire du style pour le style, à déconner... " conclue à elle seule tout le débat.

    Après je suis vraiment d'accord avec GT sur le "là, j'ai pas le temps de développer et de faire un aricle qui me vaudra les louanges de tous, mieux vaut ne rien faire qu'un article médiocre...". On écrit dans l'instant, en fonction de nos contraintes de temps, parfois avec brio, parfois avec un manque certain de réflexion. Ce n'est pas la première fois qu'on aborde ici la problématique du temps mais je pense qu'elle reste centrale. Si on pouvait se permettre de murir nos articles, de les perfectionner comme de vrais écrits, les notions de facilité n'apparaitraient plus. Si on extrapolait, peut-être que le texte de Thomas et la critique de GT souffrent de ce même problème temporelle.

    A titre personnel, il m'arrive souvent d'écrire des conneries sur l'instant, de justifier la nullité d'un titre via une comparaison hasardeuse. Et puis quand l'article est publié, je me retrouve obligé de défendre des arguments auxquels je ne crois déjà plus avec le recul. Blogueurs c'est pas être journaliste, c'est craché comme ça vient avec le risque de se planter et de se renier deux mois plus tard.

    Je sais que Thomas a moins ce problème et qu'il arrive à mieux organiser sa pensée dès le premier jet, mais dans tous les cas n'oublions pas qu'on juge des articles écrits juste par passion, entre deux métros, et souvent en un minimum de temps.

    RépondreSupprimer
  68. S'il fallait s'offusquer chaque fois, sur un blog rock, qu'un type se contente de dire "c'est de la merde", on n'en finirait pas... appelons un chat un chat, et une merde, une merde :-)

    G.T., c'est de toi, ça. Et c'est toi aussi qui a répondu plus d'une fois par la pirouette "Mais c'est super Rock n' Roll le cassage sans argumentation" à chaque fois que j'ai pu m'offusquer d'une attaque gratuite contre un de mes fétiches (Libertines, Oasis, sensiblement les mêmes que Thomas en fait), et c'est également un des préceptes "RnR" de tes guides du rockeur.

    Alors te voir réclamer de l'argumentation, voire de la clémence, et de l'objectivité, au sein d'un TOTF (censément le truc le plus RnR du monde), ça me fait doucettement rire (jaune, évidement).

    Sinon faut quand même des sacrées oeillères (oreillères - enfin, des boules Quiès quoi), pour trouver "Nocturama" "très bien"... (Rock of Gibraltar qand même, merde.)

    RépondreSupprimer
  69. "Tu trouves comme Thom que Waits a une voix moche, j'adore sa voix... et alors? et après?"

    quand le fan transi sera calmé il pourra relire mon comm' précédent, Thom je sais pas (enfin si mais sous le coup de l'ironie plus ou moins potache) mais je n'ai jamais écrit qu'elle était moche la voix de Waits, entre un j'aime pas et un "il chante comme s'il avait un mauvais retour de Jack Da'", y'a une marge. :-D

    Mais je te rejoins sur un point, le top of the flops, je le prends plus comme un moyen de taper sur un album que la plupart des personnes ont aimé que comme un moyen de jouer de sa mauvaise foi. D'ailleurs, c'est ce que fit Guic', notre stagiaire en rock'n'roll attitude, il n'aime pas White Chalk, et il le dit!

    ET pour finir et conclure sur ton "et après?"... et après? et bien se faire un artiste pour le plaisir ne m'intéresse pas... tout comme le principe futile des battles finalement :-)

    (fallait pas réveiller le Chuck Norris qui est en moi :-P)

    RépondreSupprimer
  70. GT >>> honnêtement je ne suis pas vraiment d'accord avec ce que tu dis des critiques, mais cela confirme nos différences d'approches sur ce point... d'ailleurs j'écris beaucoup plus de critiques que toi, et tes critiques "pures et dures", si j'ose dire, ne sont pas forcément le registre dans lequel je te préfère (ceci dit sans la moindre once de jugement de valeur, hein ! ^^). Mais le point de vue se défend. Moi je ne peux pas l'adopter, car plus encore que la musique, il y a chez moi un amour, un goût beaucoup trop profond pour l'écriture. Je reste à un écrivain dans l'âme (à mon niveau bien sûr !), avec tout ce que cela induit d'ego, d'orgueil et d'auto-satisfaction.

    Sinon, pour revenir sur le fait de voir ces goûts méprisés... je parlais plutôt "entre nous" qu'en général. Force est de noter qu'on t'a vu plus souvent allumer des trucs que j'adorais que l'inverse. Et quelque part, ça me rassure de voir que la réciproque peut occasionnellement être valable :-)

    Benjamin >>> je confirme que je suis humain, même si je n'en suis pas fier :-) Et c'est vrai que là, cet article EST un premier jet, je n'ai quasiment rien changé faute de temps... parce que c'était le début du TOTF, parce que je me suis senti (comme à chaque fois) "obligé" de donner le ton, mon côté Monsieur Loyal, sans doute... cela dit je ne veux pas prendre ça comme une excuse car très honnêtement, j'estime que je n'ai pas à rougir de celui-ci, j'en ai lu des biens pires, ici ou ailleurs ^^

    Guic' >>> finalement la blogosphère a de la mémoire (mais bon, tu es peut-être une exception :)). Et "Rock of Gibraltar"... au risque d'être péremptoire, le titre se passe de commentaire :-)

    RépondreSupprimer
  71. @ Guic : Ah, elle a tardé à venir, mais je l'attendais celle-là...

    Tout d'abord, les "préceptes" du Guide du rockeur, c'est en bonne partie de la dérision, hein...

    Ensuite, il ya pour moi une différence entre dire "c'est de la merde" parce qu'on le pense vraiment, et accabler un album ou un artiste et que ça sonne trop "exercice de style"...

    Je le redis comme je l'ai dit depuis le départ dans le TOFTF, j'ai un problème avec l'idée "d'exercice de style" dans la critique... bon, c'est pas grave, c'est monb problème, si vous vous amusez tous comme des petits fous à flinguer gratuitement de grands artistes et de grands albums, c'est l'essentiel, il n'y rien de sacré en ce bas monde, mais ce n'est pas un hasard si j'ai été un des rares à défendre "The Civil Servant" lorsqu'il a mal réagi au principe (alors même que "le rock c'est de la merde" est undes articles qui l'a le plus énervé) et a dit des choses assez dures sur plusieurs d'entre-nous... parce qu'au fond, je le comprends...

    Alors oui, on peut trouver ça paradoxal, aussi, de la part d'un type qui aime la mauvaise foi et la provoc comme moi, mais c'est comme ça, comme Thom, je ne suis pas à un paradoxe près...

    D'ailleurs, puisqu'il est question d'aller fouiller les archives pour mettre les uns et les autres face à ces contradictions, pour prouver à Thom que les classements et les battles ne sont pas juste une baise vite-fait sans assumer après, je vais lui ressortir ce qu'il a écrit lors des battles
    Dylan - Love & theft vs Tom Waits - Alice

    Nick Cave - No More Shall we part vs Johnny Cash - American IV :

    Thom a donc écrit :
    "Oh putain... celui-là il est plus que raide... !!! quatre artistes, quatre comptant parmi mes préférés... et quatre albums qui sont des chef-d'oeuvre incontournables... j'avoue que là, je pleure ma mère...

    Donc allez, je me lance : pour moi, ce sera NO MORE SHALL WE PART et... ah... le premier c'est une torture... allez, disons LOVE & THEFT, par défaut. Pourquoi "par défaut ?". Parce qu'Alice s'il est sorti en 2002 a été en grande partie écrit et réalisé en 92 (pfffffffiou... je m'en suis bien tiré)"

    RépondreSupprimer
  72. Ah ah, énorme, j'avoue GT tu t'en sors bien sur ce coup ! A la fin de nos vies, entre nos articles et nos commentaires, je crois qu'on en aura dit des conneries qui nous collerons aux basques ;) La plus grosse ineptie du texte de Thom c'est bien "la blogosphère conserve tout pour l'éternité, soit... mais le blogueur, pour sa part, n'a pas de mémoire."^^ Mec, la moindre phrase de merde que tu écris, on te la ressortira dans 10 ans !!! Compte dessus :p

    Sinon comme GT, je vote Dylan et Nick Cave (mais je dirais l'inverse dans deux ans)

    RépondreSupprimer
  73. Franchement à la longue... ce n'est même plus drôle. Bon, ça l'était déjà moyennement au début, mais là, je suis vraiment à deux doigts de sortir les gants de boxe. Commençons par l'exhumation : est-ce que précisément, je n'aurais pas reproché à Tom Waits dans cet article de rentabiliser son patrimoine et de ressortir des vieux trucs en les présentants comme des nouveaux (sous-entendu pour masquer qu'il a de moins en moins d'inspiration) ? Ah mais oui, dis donc. Alors je n'ai pas le sentiment d'être incohérent quand je relis ce que tu cites (et dont je me souvenais d'ailleurs très bien... mais dont je ne croyais pas que tu t'abaisserais à aller le déterrer, preuve que ça sent la fin de débat).

    Ensuite, au risque de paraître méchant, faut vraiment que tu fasses un truc pour cette maladie de l'omission qui fait que tu passes sur certaines remarques qu'on te fait. Parce que j'ai quand même dit un certain nombre de fois que dans les grandes lignes, cet article est sincère (je ne suis moi non plus pas très client de taper gratuitement sur un truc qu'on adore... pas SM à ce point-là, même si ça peut être bien fait et drôle parfois, je ne l'ai jamais fait et ne le ferai jamais).

    Tu parles de flinguer gratuitement des grands artistes et de grands albums ? Pour moi, Real Gone et Orphans sont très loin d'être "de grands albums". Et manifestement, je suis loin d'être le seul à le penser. Parmi toutes les personnes qui participent régulièrement aux battles, je doute que la majorité considère que ce soit à ce point évident que ces deux opus comptent parmi le crème de la crème des années 2000. J'ai pas tapé Blue Valentines, j'ai pas tapé Bone Machine ni Rain Dogs. On parle quand même de Real Gone et Orphans, là. Un peu de retenue. Tu as le droit d'adorer ces albums, mais ce n'est pas mon cas, ce sont pour moi des trucs relativement mineurs qui ne méritent pas la moitié des commentaires qui viennent de leur être consacrés. Tom Waits a assurément marqué l'histoire de la musique... mais certainement pas avec ces deux albums là (surtout Orphans qui, de par sa constitution même, n'a de raison d'être que parce qu'il est signé Tom Waits et survient après tente ans de carrière), faut quand même être un peu sérieux cinq minutes.

    Quant à mettre les gens en face de leurs contradictions... les seules que tu étales pour l'instant, désolé, ce sont quand même les tiennes. Que celui qui ne trouve pas que ton attitude dans ce fight est à la limite de la schizophrénie me jette la première pierre.

    RépondreSupprimer
  74. Cette discussion devient vraiment désagréable à lire. Une querelle de bac-à-sable, avec ceci de consternant que l'on s'y pare d'esthétique, pour justifier sa mauvaise humeur, ou ses jugements préconçus.

    Vous direz ce que vous voudrez, GT, et je suis convaincu que ce que vous dites des TOFT, vous le pensez, et depuis longtemps. Il n'empêche que le fond du problème demeure, et chacun peut le voir, (d'où le fait que beaucoup semblent 'étonnés' par vos propos), que Thomas a cogné comme un sourd, et sans nuance, et sans gants, sur quelque chose que vous adorez, qui manifestement vous touche. Mais malgré tout, même si vous êtes bien plus cultivé que le "fan énamouré de base", même si vous usez d'autres armes, on ressent dans vos interventions la même hargne, le même acharnement, que l'on voit chez tant d'autres, lorsque leurs idoles sont attaqués. Je parlais d'y aller "à la fourbe", mais je disais aussi qu'il eut mieux valu traiter Thomas de connard, c'était un gain de temps. Personne ne vous a demandé de justifier de vos contradictions ; c'est vous qui avez fait glisser la discussion vers cela, en vous servant de tout un tas de prétextes, pour justifier de quelque chose de très banal, de très humain, qui est juste le fait d'être écœuré de voir un artiste qu'on adore se faire massacrer, à notre sens à tort. Faisant prendre, de ce fait, un tour très désagréable à la conversation, où désormais, de bons copains se tapent sur la gueule, mais sans oser dire qu'ils le font, de peur de perdre leur belle étiquette d'esthètes.

    BBB.

    RépondreSupprimer
  75. si vous vous amusez tous comme des petits fous à flinguer gratuitement de grands artistes et de grands albums, c'est l'essentiel,

    Mais qui a dit que c'était gratuit? Si ça l'était, n'importe quel album ferait l'affaire, or, si un truc a été "privilégié" plutôt qu'un autre y a forcément une raison... Y a toujours une raison, même si pas claire, même si profondément enfouie, sinon... on ne se "ferait" pas celui-là.
    Mais surtout tu te retrouves à mélanger tout. Reprocher l' "exercice de style" donc la forme, puis la gratuité donc le fond...

    Et viens pas nous sortir la diatribe de Civil Servant. Surtout qu'on a fini par être tous d'accord pour dire que le problème n'était pas son point de vue - tout à fait compréhensible - mais sa façon de faire :allumer nommément dans un article des gens sur les blogs desquels il n'avait jamais foutu les pieds et jugeait à la lueur d'un unique article.
    Mais on va pas remuer le couteau dans les chrysanthèmes. (Fait chier avec le correcteur orthographique intégré, personne me croira quand je dirais que j'ai écrit chrysanthèmes comme il faut du premier coup)


    Thom: Ce n'est pas la blogosphère qui a de la mémoire, mais moi qui suis un misérable enfoiré un tantinet rancunier.

    RépondreSupprimer
  76. Oulà (bis)... je ne m'attendais vraiment pas à ce que tu le prennes comme ça... bon, c'est sans doute moi qui n'ai pas été assez clair, mais, là encore, dans ce paragraphe, je ne suis pas en train de parler de toi en particulier et de ton article, je parle du PRINCIPE du TOTF (qui est bien de ne pas taper sur des ambulances ou des trucs anecdotiques, mais sur des artistes et des albums reconnus et encensés), et du pourquoi il me pose problème... rassure-toi, je ne suis pas con au point de ne pas avoir compris que tu trouvais que ces Tom Waits là ne sont pas des grands disques...
    Par contre, je suis tout de même con au point de penser que ce passage sur Tom Waits vs Dylan t'aurait fait plutôt sourire (d'autant plus, je l'avais bien pigé, qu'il te "sauve" puisque tu t'en sors en parlant du fait qu'il a été en partie écrit dans les 90's, et tu dis bien dans l'atricle d'oublier tout ce que tu as écrit sur waits depuis 10 ans... il n'empêche, quand on connait ta vénération pour Dylan, que c'est tout de même marrant - enfin, je croyais - de te voir ainsi "torturé" entre Waits et Dylan)... désolé... honte sur moi et toute ma famille, j'le referai plus, promis...

    RépondreSupprimer
  77. Surtout que Civil Servant (il me l'avoua un soir, l'alcool aidant) nous a surtout fait le coup de l'arroseur arrosé... parti pour faire un fake et totalement dépassé par les réactions :-)

    GT >>> nan mais ça valait pour toi comme pour Guic'... ça faisait vraiment le vieux couple qui s'envoie des assiettes à la gueule (sauf qu'en plus en guise de réponse à l'assiette de Guic'... tu me balances une fourchette ! ^^). BBB. a raison, je crois quand même qu'on vaut tous mieux que ça, mais peut-être être ce que j'ai surtraduit vos réactions.

    Mais sinon... évidemment, le passage est amusant... enfin quoique :-)

    Pour te conforter dans ton étonnement, je me demande pourquoi j'ai hésité alors qu'effectivement, je préfère 10 000 fois Dylan à Tom Waits. Mais sur ces deux albums précis, ça me semble moins évident (je ne suis pas nécessairement un fan absolu du Dylan des 00's non plus pour tout dire... j'aime beaucoup, mais avec le recul j'ai quand même quelques réserves). Ce qui est sûr c'est que d'une part, je n'aurais probablement pas hésité avec un autre album de Tom Waits (d'ailleurs quand tu as proposé d'éliminer Real Gone je n'ai pas hésité une seconde). De toute façon il faut tout de même bien prendre en considération qu'à la différence du CDB, dans les Battles, je vote très souvent par défaut. Ni Tom Waits ni Dylan ne font pour moi partis des artistes essentielles des années 2000, ils n'auraient pas été sélectionnés franchement, je ne m'en serais même pas aperçu.

    RépondreSupprimer
  78. D'ailleurs, et peut-être cela jettera-t-il un autre éclairage sur mon article, pour moi les années 2000 vis-à-vis de Tom Waits sont surtout la décennie où une nouvelle génération l'a porté aux nues, où il est véritablement passé du statut d'artiste culte à celui de classique, bien plus que celle qu'il aura le plus marqué de son empreinte. Pas étonnant que ce soit sur l'aspect "consensuel" que je me sois attardé dans le billet...

    RépondreSupprimer
  79. @ BBB : De la hargne dans mes interventions ?

    Il semble qu'aujourd'hui, j'ai vraiment du mal à me faire comprendre... ce qui passe n'est pas du tout ce que je veux faire passer, je n'ai aucune "hargne" contre Tom, ça m'a même vraiment surpris qu'il prenne mal mon commentaire précédent, ce qu'il en a compris n'est absolument pas ce que j'ai voulu dire.

    Je ne vois vraiment pas où est la "hargne"... et non, je n'aurais jamais pu traiter Thom de "connard", puisque je ne le pense pas une seconde, puisqu'il n'y a pas d'animosité de ma part contre lui, juste une légère déception, hier, face à cet article qui - comme le principe du TOFTF - me gêne un peu... mais bon, aujourd'hui, j'ai juste essayé de m'expliquer, de manière assez posée, je pensais, puisque je comprends aussi que Thom ait voulu l'écire, qu'il pense ce qu'il pense des albums de Waits des années 2000 etc... et puisque c'est le TOFTF, je ne me suis pas retenu de dire ce avec quoi je ne suis pas d'accord dans l'article, ce qui ne me plait pas... sans pour autant chercher à le blesser... et c'est là aussi où je suis parfaitement schizophrène, j'appelle de mes voeux à ce que le TOFTF ne soit pas juste cinglant et sanglant dans les articles, mais aussi dans les commentaires sur les articles, et je suis assez peu capable de le faire moi-même, ni même d'en vouloir vraiment à Thom pour ce qu'il a écrit sur Waits... donc, je ne comprends pas trop pourquoi on voit tant de haine ou de hargne, même inconsciente, je ne l'imagine pas, et ne l'ai pas ressenti aujourd'hui, et cette phrase est vraiment trop longue... on en revient au fait que je n'ai pas une âme d'écrivain, de critique ou de styliste...

    RépondreSupprimer
  80. Si l'on part du principe que la conscience que l'on a de nous-mêmes est toujours biaisée, sur internet, c'est encore pire. Vous ne serez pas le premier qu'on aura trouvé hargneux, sans qu'il ait le sentiment de l'être. Je m'excuse toutefois si j'ai pu vous froisser.

    BBB.

    RépondreSupprimer
  81. éclairez-moi,
    rock of Gibraltar, c'est l'hymne espagnol?

    RépondreSupprimer
  82. @ BBB : pas de problème, vous ne m'avez pas froissé, je sais bien à quel point on peut aussi mal interprété le "ton" de l'autre dès qu'il y a divergence d'opinion sur le net... ce qui peut être juste un avis neutre ou des petites piques marrantes et sans conséquence autour d'une bonne bière peut être perçu comme agressif par écran interposé...

    Et pour bien prouver à Thom et Dr. R qu'il n'y aucun problème, spécialement pour eux, je viens de publier de nouvelles battles qu'ils aiment tant... Ouuuuaaaaiiiiiiiiis !!!!!!

    Avec, en plus, ce pathétique vieux clodo cradingue de Tom Waits qui a de bonnes chances de se faire éclater par le dandy Nick Cave, ouuuuaaaaii...

    RépondreSupprimer
  83. "éclairez-moi,
    rock of Gibraltar, c'est l'hymne espagnol?"

    Britannique, Gibraltar, britannique te dis-je, Arbobo^^

    L'hymne espagnol, c'est "Rock of Ceuta & Melilla".

    RépondreSupprimer
  84. Ca y est ? retour à la normale ? Plus personne n'est fâché ?

    Pfff... quelle journée !...

    RépondreSupprimer
  85. Ouais, sympa, retrouver l'ambiance du boulot dans mon rade habituel...

    RépondreSupprimer
  86. Je peux toujours sortir une provocation facile :-D

    RépondreSupprimer
  87. Xavier >>> quoi ? Vous vous jetez des assiettes au boulot ? :-)

    Doc >>> allez, fais-toi plaisir ;-)

    RépondreSupprimer
  88. Ouais bah fais aussi bien que Tom Waits et on en reparle, c'est facile d'ouvrir sa gueule après!

    C'est déjà pas facile pour le pauvre Tom d'avoir comme admirateurs des pleureuses alors si c'est pour critiquer sa voix de manière aussi gratuite, c'est même pas la peine de la ramener!

    ^^

    RépondreSupprimer
  89. Ah ah ça part fort.
    J'parle pas de l'artice, on s'en fout il est nul, non, j'parle des débats interminables ebe G.T. et Thom ! Putain mais vous avez rien d'autres à foutre, z'êtes enseignants ou quoi ?
    Hi, hi.
    En fait Thomas, avoue : GT n'existe pas, c'est un fake que tu as crée de toutes pièces pour mettre le buzz et relancer la machine quand elle grippe. C'est une entraîneuse de bar, quoi ! Mais virtuelle.

    RépondreSupprimer
  90. Bon, le mien est bizarre, mais il est fait :

    http://l115thdream.canalblog.com/archives/2009/11/26/15935694.html

    RépondreSupprimer
  91. Doc >>> ah ah ah ah ^^

    Civil Servant >>> attends, on n'est pas là pour se faire des risettes, hein ! ;-)

    Laiezza >>> je vais voir !

    RépondreSupprimer
  92. Pendant que Christian fighte chez GT en insultant les gens, GT fighte chez Thom en essayant de sauver des albums ni nuls ni bons par un malhabile subterfuge : faire croire que le top of the flops est un simple exercice de mauvaise foi.

    M'ouais...

    Je me demande où se situe la mauvaise foi :
    - chez ceux qui forcent un peu leur déception sur des albums pas mal mais dont ils ont choisi de mettre un peu d'énergie pour les faire descendre de leur piédestal construit par d'autres ?
    - chez ceux qui forcent pour faire croire que ces albums moyens sont des chefs d'œuvre ?

    Un peu faux derche sur ce coup là GT, un peu faux derche. Pour d'autres billets, je dis pas, mais là, tu fais un peu léger

    Sans parler de la ressortie de phrases de contextes plus complexes que ça, procédé que tu es généralement l'un des premiers à condamner.

    Heureusement que je préfère croire que ton fight avec Thomas est également bidonné, parce que sinon j'aurais regretté défendre ton honnêteté dans tes propres colonnes.

    Sinon, pour ma part, c'est avec une très grande sincérité (et pour le coup on pourra déterrer mes anciens écrits qui vont exactement dans le même sens) que je remets à sa juste place la baudruche arrogante qu'est Songs for the deaf. C'est là : http://www.pop-hits.net/article-gras-du-bulbe-40093043.html
    En tant que fan total de QOTSA, ça n'est jamais passé cette fumisterie partielle (en dépit de très bon morceaux).

    Ceci étant, s'il fallait choisir entre Songs for the deaf et les mollassonneries de Tom Waits dans les années 2000, il n'y aurait pas photo : le papa de Lanegan a quand même perdu de sa superbe.

    RépondreSupprimer
  93. Je vais prendre la défense de GT quand même (un premier signe de syndrome de Stockholm ?)... il fait léger, mais j'ai fait léger aussi et on le sait tous très bien, c'est tout le nerf de la guerre. Sans doute l'aurait-il moins ramené si j'avais désosser méthodiquement les deux albums... mais impossibles, ils sont trop insignifiants ^^

    RépondreSupprimer
  94. Défends GT, tu as raison, c'est plus évident que défendre Tom Waits durant les dernières années. :)

    RépondreSupprimer
  95. il me semblait bien que sur la route j'avais vu un panneau d'interdictio marqué "défense de Tom Waits"

    RépondreSupprimer
  96. Laisse-moi deviner : il ressemblait étrangement à une interdiction de fumer ?

    RépondreSupprimer
  97. Hein, heu rien
    C'est juste pour que tu arrives au 100ème commentaire.
    Ne me remercie pas, ta carte bleue sera débitée automatiquement, comme prévu par contrat.

    Par ailleurs, il me faut quelques brouzouf pour remettre le G.T. en marche !

    RépondreSupprimer
  98. Ah ! C'est bien aimable. Longue vie au blog-marketing !!!

    RépondreSupprimer
  99. Rarement lu autant de conneries dans un article. Si un génie comme ça trouve pas grace à tes yeux on se demande bien ce que tu aimes. De la merde sans doute.

    RépondreSupprimer
  100. Génial ce commentaire, on se croirait chez moi !

    RépondreSupprimer
  101. ouais un trou du cul qui n'a pas d'humour, génial! Pourtant, c'était pas un article sur ELP :-P

    RépondreSupprimer
  102. Y'a pas à dire, ça fait PLAISIR de retrouver mes petits commentaires ! :-D

    RépondreSupprimer
  103. J'imagine que ta volonté et de faire un buzz et que si demain tu te retrouver devant lui tu ferais dans ta culotte et tu ferais des courbettes en lui disant qu'il est le plus grand chanteur de tout les tps .Au passage ce mec sait un peu jouer de la musique et en ecrire et vu toutes la merde qu'il traine sur les radio et télé je pense que c'est vraiment un article d'intello a la con élévé aux inrocks et qui crache dans la soupe (pas la peine de repondre que les inrocks l'encense alors que tu fais je m'en fous je lis pas c magazine )

    RépondreSupprimer
  104. Ah ! chouette ! une connerie à chaque phrase. VOILA le genre de com que j'aime. Même si je ne sais pas quel bout le prendre.

    - volonté de faire un buzz ? franchement, ça ne me serait pas venu à l'esprit. Surtout que bon, n'inversons pas les rapports de force : ce qui buzz, c'est le moindre pet du "génie" Tom Waits. Certainement pas mon pauvre petit blog noyé dans la masse. Quand on fait une recherche google sur Tom Waits, cet article ne sort même pas dans les dix premières pages. Tu parles d'un buzz.

    - effectivement si je rencontrais Tom Waits je ne lui dirais pas que ses derniers albums sont bidons. Mais pas parce que je suis un flatteur, juste parce que je suis bien élevé et que je n'aurais pas spécialement envie de le vexer. Et bien sûr, je serais content, si tu avais lu attentivement ce qui est écrit tu aurais noté que j'adore une bonne part de ses albums. Par contre, chier dans ma culotte... non, y a peu de chances, Tom Waits me fait à peu près aussi peur que toi - c'est dire. D'ailleurs je n'ai pas spécialement envie de le rencontrer.

    - intello à la con élevé aux Inrocks... tu ne pouvais pas tomber plus loin, j'ai quasiment jamais lu les Inrocks de toute ma vie. Toi non plus, d'ailleurs... sans quoi tu saurais que Tom Waits est des chouchous des Inrocks et que les gens "élevés aux Inrocks" ont plus souvent tendance à le vénérer que le contraire...

    RépondreSupprimer
  105. Putain et en plus tu prends le temps de répondre aux anonymes... ton professionnalisme me cloue vraiment sur place :)

    RépondreSupprimer
  106. C'est pas du professionnalisme hélas... mais de la pathologie. Je ne suis incapable de ne pas avoir le dernier mot :-)

    RépondreSupprimer
  107. Ouhla, rater 100 commentaires ici, c'est pire que rater un épisode de Lost... On est tout perdu... Pourtant, je l'avais lu ton texte sur Tom Waits... Mais, snob et lecteur des Inrocks comme je le suis, je n'avais pas grand chose à en dire car Tom m'ennuie... Tom, c'est sur Dog Door de Sparklehorse que je le préfère. Ou en quasi-figurant dans Rusty James de Coppola...

    RépondreSupprimer
  108. P'tain mais vazy, retourne lire ton journal d'intello bobo de merde de mes couilles :-)

    RépondreSupprimer
  109. Tiens c'est marrant un anonyme vient de laisser un commentaire similaire sur ma critique d'Avatar ( http://www.playlistsociety.fr/2009/12/avatar-de-james-cameron-3510.html ):
    "Encore la critique d'un aigri qui cherche à faire du buzz en allant à contre-courant. Tout pour faire des visites. Vous me dégoutez"

    Je me suis permis de lui répondre sensiblement la même chose que toi :p

    RépondreSupprimer
  110. meilleurs albums de waits, meiner Meinung nach

    -blue valentine ( les chansons que je préfere, le chant juste comme il faut, equilibre chaleur des cordes qui contient encore la folie waitsienne, puissance d'évocation , cinema, reprise sublime de someday...... )
    -swordfishtrombone , pas pour la rupture sois disant brutale et avant gardiste, mais pour le côté foutraque et talking heads
    -bone machine; album primal , arraché, schizo -paranoide
    -heart attack and vine ,pour le song writing les chansons et la compéte avec springsteen sur jersey girl
    -heart of saturday night , les chansons , mais la voix de canard moins bien.

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).