vendredi 12 décembre 2008

Tom Verlaine - Joyau perdu (mais retrouvé)

...
Une fois n'est pas coutume, les choses sont assez simples. Il y a en deux, en une :

- soit vous ne connaissez pas cet album et vous l'achetez séance tenante - tenez : on va même vous y aider un peu... cliquez ICI.

- soit vous connaissez cet album... et vous l'achetez séance tenante, car il n'était plus disponible depuis quatorze ans et qu'en plus la réédition de l'époque était franchement moyenne.

Et donc... aucun autre choix. On ne badine pas avec Tom Verlaine, surtout lorsqu'il s'agit de la réédition de son second album solo - à l'époque son meilleur disque depuis Marquee Moon. Il n'a d'ailleurs quasiment jamais fait mieux que ce Dreamtime de 1981, authentique monument de rock explosif surclassant sans problème son (pourtant très bon) prédécesseur Tom Verlaine (1978).

Evidemment le qualificatif d'expérimental accolé à l'époque à ce disque prête à sourire, mais le fait est que soniquement et stylistiquement parlant Verlaine tente effectivement de s'extirper du carcan rock-pop du précédent opus (lui-même tout à fait expérimental selon certains... qui considèrent sans doute qu'enregistrer un album intégralement avec des petits amplis suffit à faire de vous l'héritier de Stokhausen), sans jamais revenir au niveau de laborantisme de l'époque Television. C'est d'ailleurs la principale spécificité de Dreamtime : l'homme qui révolutionna le rock y excelle lorsqu'il s'attelle à des morceaux à la structure (presque) traditionnelle, à l'image du poignant "Without A Word" ou de l'abrasif "Mr Blur".

Splendide jusque dans ses bonus (l'alternate take de "The Blue Robe" est une merveille), Dreamtime est aussi bien pourvu en mélodies cristallines qu'en soli déchirants ("Mary Marie", "Always"), et cerise sur le gâteau : Tom Verlaine n'a sans jamais aussi bien chanté que sur cet album méconnu. A la hauteur de Television ? C'est en tout cas le seul opus solo du songwriter qui soit susceptible de rivaliser avec son ancien groupe... ce qui ne signifie pas que les autres soient sans intérêt - loin s'en faut. Nous y reviendrons d'ailleurs sous peu, puisque le suivant (Words from the Front) est également réédité ces temps-ci...


👍👍👍 Dreamtime (réédition)
Tom Verlaine | Warner, 1981

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).