lundi 27 octobre 2008

Death Cab For Cutie - Golb Voting Yes!

...
Dix ans ou presque de dédaigneuse indifférence et voici soudain qu'on se met aujourd'hui à célébrer Something About Airplanes comme s'il s'agissait d'un classique - le rockeux ne connaît décidément pas la demi-mesure. Il faut dire qu'il y a beaucoup de temps à rattraper tant Death Cab For Cutie, adulé par ici, a été ignoré du grand public en dépit d'albums très au-dessus de la moyenne de ce qui se produit de nos jours. Et s'il est vrai que le groupe de l'omnipotent Ben Gibbard n'y a pas toujours mis du sien (de nombreux changement de personnel, un troisième - photo - album franchement raté, un Plans un poil trop radiomical pour être honnête), rien ne justifiait vraiment que Death Cab conserve jusque là son statut de secret le mieux gardé des amateurs d'indie-rock américain, lui qui en dépit d'un nom invraisemblable n'a jamais rien eu d'un Sonic Youth. Au contraire : pop et puissante, efficace au sens le plus noble du terme, la musique de Death Cab For Cutie avait dès le premier album tout pour cartonner... et l'on peine à comprendre qu'il ait fallu le milieu des années 2000 pour qu'une major (Warner, le cas échéant) s'en aperçoive.

Un mal pour un bien ? Depuis lors, DCFC n'a rien perdu de sa crédibilité au fur et à mesure que son public grandissait, le succès critique et (grande nouveauté) public de son récent Narrow Stairs (évoqué par ici) en témoignant d'une jolie manière. Quel plaisir, franchement, de croiser un ado connaissant le nom du groupe - et parfois même sa musique.

Tout ça nous donne donc une réédition pas illégitime, même si l'on doit d'emblée préciser à celui qui souhaiterait découvrir le groupe que ce debut-album ressorti en grande pompe n'est pas ce que Death Cab a produit de mieux. Pour avoir une idée précise de son talent, rien ne vaut le chef-d'œuvre Transatlanticism (2003), Narrow Stairs ou, pour les amateurs d'objets cultes, le premier disque autoproduit : You Can Play These Songs with Chords (enregistré en 1997 par le seul Ben Gibbard et réédité officiellement en 2002).

Ceci posé on pourra se pencher sur l'extrême cohérence de Something About Airplanes, qui a à peu près tout du premier album prometteur par définition : excellent, plus dur que ses aériens successeurs, et présentant en filigranes les pépites à venir (citons également, pour être exhaustif, le superbe We Have the Facts and We're Voting Yes !, paru en 2000). En quelques années Death Cab va réussir le crossover improbable entre une power-pop racée directement héritée de Big Star et un slowcore simplifié tout à fait séduisant, injecter dans ses disques juste ce qu'il faut de prog (façon Radiohead plutôt que Muse), parfois même un zest de soul... c'est tout cela qu'on entend plus ou moins dans son « vrai » premier opus (le premier en groupe, du moins) au gré de morceaux pour la plupart excellents, évocant successivement Low (« Bent to Square », « Your Bruise »), Grandaddy (« Pictures in Exhibitions ») ou Teenage Fanclub (« Amputations ») - le tout sans jamais sonner suiveur ni pire : imitateur. De saines références plutôt bien digérées, donc, et s'il faudra quelques albums pour que le talent de songwriter de Ben Gibbard s'affirme pleinement le son caractéristique de Death Cab (plutôt spatial) est déjà parfaitement identifiable sur un « President of What ? » ou un « Lines of Best Fit ».

Niveau réédition (dans les bacs le vingt-cinq novembre seulement... pour une fois que je suis en avance sur le planning !) c'est carrément la cerise sur le gâteau indie avec l'intégrale du premier show du groupe (à Seattle). Sept titres seulement, mais quels titres : sur scène, Death Cab prend encore une autre dimension (c'était donc possible), les « Amputations » et autres « State Street Residential » donnant l'impression de s'envoler pour mieux se fracasser dans les airs - mention spéciale à l'excellente reprise d'une très moyenne chanson des Smiths : « Sweet Tender Hooligan ». Inutile de préciser que si toutes les rééditions avaient la moitié de cette crédibilité ou de ce panache on n'aurait même plus le temps d'écouter les nouveautés.



👍👍👍 Something About Airplanes 
Death Cab For Cutie | Barsuk Records, 1998

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).