jeudi 2 mai 2013

April March & Aquaserge - Malice in Wonderland

...
Il existe un autre monde. Pas très loin d’ici. Un monde plein de couleurs chatoyantes sans aucun équivalent dans le nôtre, où les gens sont heureux, souriants, mal coiffés et passent leurs journées à écouter de la musique dans leurs petites maisons aux formes farfelues. La twee pop s’y appelle juste la pop, le rock psychédélique s’y appelle tout simplement le rock. Le vinyle y est roi car le CD n’y a jamais été inventé, et le ciel violet juste comme ça, parce que c’est joli, non ? Le violet.

Dans ce monde sans nom ni topographie précise, il n’y a évidemment aucun gouvernement digne de ce nom, mais April March est communément admise comme la princesse locale. Elle n’a jamais été élue et ne descend pas d’une prestigieuse lignée : elle est juste vachement cool et en plus, elle s’habille mieux que tous les autres. Cela suffisait pour qu’une partie des habitants lui construise un trône fuchsia à pois orange. Pas de quoi lui filer la grosse tête, concept qui de toute façon n’existe pas dans cet autre monde : c’est la plus gentille, douce et attentionnée des habitantes, elle oublie d’ailleurs presque toujours d’utiliser son titre pour s’introduire. Il faut dire que là-bas, tout le monde se tutoie le plus naturellement du monde, à part évidemment les policiers (car il y a tout de même des représentants de l’ordre, même s’ils jouent aux cartes toute la journée et que leurs uniformes jaunes citron les rendent très difficiles à prendre au sérieux). Les seuls qui inspirent un peu la crainte, ce sont les gars d’Aquaserge. Un gang local de jeunes oisifs qui traînent tous les soirs dans l’unique jardin municipal, boivent des bières et dissertent sur les fonds marins avec un plaisir un brin malsain. Des types gentils, disent leurs voisins, mais qui écoutent des disques bizarres et, la nuit venue, entonnent des airs étranges et peu rassurants. Si ça n’avait tenu qu’aux habitants, voilà bien longtemps qu’on les aurait reconduits à la frontière de nuage roses qui sépare leur monde du nôtre ; hélas, ou peut-être heureusement, ces jeunes gens mal habillés bénéficiaient de l’amitié de la Princesse, sans que quiconque puisse expliquer pourquoi. Sans doute tout simplement parce que c’est ce que font les vraies princesses : elles aiment tous leurs sujets, même s’ils sont un peu différents.


Et pourtant ce royaume idyllique ne put s’empêcher de vaciller lorsque fut officialisée l’angoissante nouvelle : la Princesse avait décidé d’enregistrer un disque avec ces zonards qui faisaient changer tout le monde de trottoir. La polémique enfla rapidement – la première polémique de toute l’histoire de ce monde, restée dans les livres d’histoires comme La Grande Dispute (le mot « polémique » fut inventé bien plus tard). Car la Princesse faisait des disques, depuis longtemps maintenant, comme Gérard Le Loufoque distribuait des bonbons : avec insouciance et générosité. Même pour un monde idyllique, l’idée qu’une aussi gracieuse personne pusse s’acoquiner le temps d’un album avec des monstres marins avait de quoi rebuter. C’est qu’il fallait les entendre, leurs disques ! Des choses infâmes, ineptes, avec des mots partant dans tous les sens et des sons paraissant faits pour irriter les plus chastes oreilles. Que pourraient-ils apporter à la princesse, sinon la salir ?

Eh bien. Justement. C’est exactement ce qu’ils firent. Discrètement. A la marge. Elle était bien mignonne, la Princesse, et peut-être bien que tout le monde l’aimait, mais à la longue, les poses rétro-choupidou-youh-youh-ouh finissaient un peu par lasser. En tout cas dans notre monde. Les zonards ne savaient peut-être pas très bien s’habiller, mais ils semblaient tout indiqués pour injecter un peu de vice dans un univers en manquant parfois cruellement. Les citoyens de l’autre monde ne pouvaient évidemment pas le comprendre : ils étaient – sont – trop purs pour le nôtre. Ici cependant, on sait bien qu’une Princesse à qui on n’a pas envie de faire des trucs un peu salaces n’est rien d’autre qu’une petite fille refusant de grandir. Parce qu’il semblait on ne peut plus improbable, le mélange ne pouvait que s’avérer palpitant – à condition d’être intelligemment dosé. « Ouf », se dirent les habitants : « ils n’ont quand même trop défiguré la Princesse ! On la reconnaît encore, et même bien, parfois. Ce n’est pas un disque tout défrisant comme ceux que font ces barbares. » C’était vrai. Et, dans le même temps, complètement faux. Les méchants d’Aquaserge n’avaient certes pas commis de disque tout tordu et malade comme leur dernière production personnelle ; en revanche, ils avaient bien injecter, à doses homéopathiques, un peu de leur malaise dans l’univers si mimi de la Princesse April. Il suffisait d’écouter J’entends des voix, cette fausse jolie chanson, pour comprendre de quoi il s’agissait. Ou de bêtement regarder la pochette : grise. La première pochette en noir blanc de toute l’histoire de cette humanité-là.

Alors forcément, on s’y serait attendu, cet album sobrement intitulé April March & Aquaserge fut un bide retentissant dans l’autre monde, aussi cool soit-il. Trop garage, trop malin, trop pernicieux. Comme quoi les mondes idylliques, hein… Parce que dans le nôtre, où il s’apprête enfin à être publié via la Principauté Freaksville (encore un autre monde, bien chelou celui-ci, dont on vous a déjà parlé), il ne pourra être qu’un grand succès. Déjà, chez nous, la musique ne s’est pas arrêtée en 66. Syd Barrett et Arthur Lee, ces grands cinglés dont les ombres planent au-dessus de presque tous les morceaux du disques, y sont des artistes cultes dont on s’arrache la moindre face C en espérant y découvrir la nouvelle Évangile. Autant vous dire que nous sommes prêts à recevoir les splendeurs de pop anxieuse que sont "Spirals", "Love Is a Maze" et toutes ces petites comptines distordues ("Sybartite", "Ready Aim Love", "Des tics et des tocs") qui ne sont pas sans rappeler de bon souvenirs. C’est qu’après tout, tout est question de perspective : ici, plutôt que comme une princesse, on aurait plutôt tendance à considérer April March comme une artiste attachante dont le plus gros de la discographie n’est pas à la hauteur de son talent, un personnage iconique dont l’intérêt oscille au gré des coups de barres des différents collaborateurs se penchant sur son cas, et Aquaserge comme l’archétype du groupe fabuleux dont le monde aura éternellement tort de se branler. Inutile de dire que nous étions prédestinés à nous vautrer dans cette orgie psyché, voire à en redemander. Après tout, chez Interlignage, l’album squatte tout de même la platine depuis janvier. Autant dire que de tous les albums arrivés ici en janvier, il est le seul à ne pas encore avoir pris la poussière.


👍👍 April March & Aquaserge
April March & Aquaserge | Freaksville, 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).