dimanche 5 février 2012

Terra Nova - Buzzodrome

...
C'est désormais une tradition. Une série focalise tous les espoirs de quelques maniaques, le buzz est savamment orchestré, et lorsque le pilote arrive les tomates pleuvent. On ne comptent plus les feuilletons d'automne à avoir été les victimes consentantes de ce syndrome intrinsèquement lié à la relative méconnaissance des amateurs de série de l'histoire-même du genre. Forcément, vous me direz : 80 % d'entre eux pensent que les séries télévisées ont commencé en 2004, cru exceptionnel et franchement peu représentatif d'une rentrée moyenne sur les chaînes américaines. La vérité - qu'on pourrait appeler aussi bon sens - apprend pourtant qu'en règle générale et depuis la nuit des temps, une, parfois deux mais le plus souvent une seule série vraiment majeure émerge par année. Voire même aucune (et en ce sens, avec Homeland et Boss, l'exercice 2011-12 est déjà d'un très haut niveau). Mais non : le spectateur moyen, qui consomme de la série comme moi du pain, parfois avec à peine plus de réflexion que cela, persiste à placer des espoirs démesurés dans certains projets qu'il fait lui-même buzzer sans s'en apercevoir, pour mieux pleurnicher après en disant que c'est beaucoup de bruit pour rien - sinon carrément crier à l'arnaque.


Terra Nova n'est qu'un nom parmi une longue liste de bonnes séries (pas géniales, pas excellentes, pas mauvaises non plus, juste : bonnes) qui se sont attirées les foudres de la critique - et des blogueurs - avec une violence franchement pas méritée. Rappelons que sur ce blog, elle a largement remporté le prix du Beaucoup de bruit pour rien et s'est classée cinquième dans la catégorie pire série de l'année, tandis qu'elle remportait carrément ce même titre chez mon voisin et néanmoins ami Pierre. J'avoue ne pas avoir haussé les sourcils jusque là, n'ayant pas vu la série et voulant bien croire qu'une histoire de gens du futur remontant à l'époque des dinosaures avait de grandes chances d'être d'une profonde nullité. Sauf que ce n'est pas le cas. Et qu'il faut vraiment ne pas avoir vu beaucoup de séries en 2011 (voire dans sa vie) pour considérer que celle-ci est la plus nulle qui soit 1.

Mais le plus irritant, dans le fond, ce n'est même pas d'avoir finalement aimé quelque chose que tant de gens avaient détesté. Ce qui m'a sincèrement étonné - et en même temps je devrais avoir l'habitude - c'est de m'apercevoir que je ne savais finalement rien de cette série avant de la voir, non parce qu'on en avait parlé en mal mais parce qu'on en avait mal parlé. A cause de la production de Spielberg, beaucoup rapprochèrent Terra Nova de Falling Skies, ce qui déjà est, en soi, surprenant : je serais donc le seul à m'être aperçu qu'il n'y avait pas de comparaison possible ? Que Terra Nova éclatait l'autre nullité à tout point de vue (budget, casting, scénario, décors...) ? Il faut croire que oui. De même, je suis également le seul - apparemment - à ne pas avoir remarqué que Terra Nova était une série réactionnaire exaltant les valeurs familiales, Dieu et tout le tralala américano-américain. Je n'ai rien vu de tel ailleurs que dans les chroniques/commentaires le dénonçant. J'ai même plutôt vu, au contraire, une série très humaniste et à la sensibilité finalement assez peu americano-américaine, avec des réflexions (sur le pouvoir militaire, la justice, l'écologie...) certes effleurées, mais néanmoins assez inattendues dans une série de SF mainstream. Ainsi verra-t-on ces "nouveaux hommes" reproduire une à une toutes les erreurs qui amenèrent à la destruction de leur précédent habitat, toujours pour des raisons justes et pragmatiques, aux conséquences potentiellement désastreuses. Ce n'est jamais dit, bien sûr, et cela reste suggéré. Ce qui est cool avec la superficialité, c'est qu'avec un peu de savoir-faire on peut facilement la faire passer pour de la subtilité.


Bien sûr il n'est pas question, même cinq minutes pour rigoler, de faire de Terra Nova une série à voir absolument. Elle est rarement autre chose que plaisante, n'accroche que modérément (un peu plus vers la fin, toutefois), est parfois assez téléphonée. Tout cela est vrai, mais ne suffit néanmoins pas à en faire la lie de la lie de la lie la dernière rentrée télé. Les reproches valent pour tant d'autres accueillies autrement plus complaisamment qu'ils méritent à peine d'être énoncés. Ici, au-delà d'un programme visuellement très réussi, on tient une série efficace, souvent fun, avec juste ce qu'il faut de suspens pour ne jamais s'y ennuyer, et dont les personnages sont positifs et parfois démesurément sympathiques. C'est vrai que ce n'est pas forcément un bon point de départ pour être encensé de nos jours.


👍 Terra Nova (saison 1)
créée par Kelly Marcel & Craig Silverstein
FOX, 2011


(1) J'ai conscience que j'injurie une bonne partie de mes lecteurs en écrivant cela, mais vous et moi savons qu'il y a toujours une légère part de masochisme dans la relation qui nous unit depuis bientôt six ans.

23 commentaires:

  1. oui, plaisant à regarder. sans plus.

    RépondreSupprimer
  2. Bel Effort. Vain, mais bel effort quand même ;)

    RépondreSupprimer
  3. D'accord en tout point.
    Sauf que tu sais bien que tu n'es pas le seul à avoir cet avis, vu qu'on avais le même quand on en avait parlé ;)

    C'est quand même dommage que les sujet intéréssants de la série ne soit qu'éffleurés, l'épisode où la question du pouvoir militaire est vraiment traitée, celui où Taylor exil un de ses soldats, était de loin mon préféré.

    Tu sais si il y aura une deuxième saison d'ailleurs?

    RépondreSupprimer
  4. Trouvé ça plutôt sympa, moi aussi; ça m'a beaucoup surpris étant donné tout le mal qu'on en disait.

    RépondreSupprimer
  5. Déjà le premier paragraphe, du critiqueur de critiqueurs, qui devient quasi-systematique, un poil redondant pour ne pas dire convenu (bien que souvent juste) est assez étrange.
    Tu dis qu'une ou deux séries par an se révèlent être de grandes série. Je ne peux qu'abonder dans ton sens, c'est une réalité. Et les neo-seriephiles qui rattrapent leurs classiques, le savent aussi, ils savent lire les dates de diffusion. (Je n'en suis pas, pour ceux qui penserait que cette phrase est écrite par orgueil)
    Mais en quoi cela devrait être un critère d'indulgence sur la qualité du show ? Ou le fait qu'elle soit attendue (en bien ou en mal) soit un réducteur de défauts ?
    "Terra Nova n'est qu'un nom parmi une longue liste de bonnes séries"
    C'est là où moi et la tripoté de semi-demeuré qui donnent leurs avis sur cette série, (semble t-ils non-sincères et biaisés, pour certains "vrai" connaisseurs de série) ne sommes pas d'accord. Pour moi Terra Nova n'est qu'un nom parmi une longue liste de mauvaises séries. Et s'il te plait ne me prête aucun syndrome ou comportement de masse quand je dis ça. J'ai regardé cette série, sans conditionnement, et j'y ai vu une bande de Top models, jouer un scénario sans imagination (sans doute le fruit d'un effort incommenssurable, tellement le thème est infini), qui dégouline de sensiblerie, d'incohérences et de futilités (et oui, futilités pas subtilités sous-jacente au 6ème degré)
    Enfin ta conclusion est osée, quand on voit le traitement des médias en France (et de Navarre pour le deuxième) pour les "intouchables" et "The Artist" qui ne possèdent pas les personnages les plus antipathiques qui soient.

    RépondreSupprimer
  6. Serious >>> c'est pas grave, fallait la tester quand même ;-)

    Pierre B. >>> non, c'est vrai, je ne suis tout à fait le seul, je pensais "par rapport à la quasi totalité des chroniques/commentaires que j'aie pu lire", et pas aux conversations entre potes ^^

    Pour la saison 2 a priori ce n'est pas confirmé, mais pas encore infirmé non plus. Les audiences ayant été plutôt bonnes je pense qu'on peut s'y attendre, d'autant que la Fox ne fait généralement pas la dentelle s'il faut annuler.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Dany >>> "Déjà le premier paragraphe, du critiqueur de critiqueurs, qui devient quasi-systematique, un poil redondant pour ne pas dire convenu (bien que souvent juste) est assez étrange."

    ???

    J'ai remonté vite fait les derniers articles "séries" (la première page, jusqu'en novembre, donc) et je n'ai pas trouvé la moindre trace de ce procédé "quasi-systématique" et "redondant". De mémoire, la dernière fois que j'ai écrit quelque chose d'approchant à propos d'une série, c'était au sujet de Vampire Diaries... cet été. Je ne peux pas te forcer à lire les articles plus souvent que tous les six mois, mais essaie quand même si tu comptes dégager une tendance générale ;-)

    Pour le reste je trouve ton indignation légèrement surjouée (très légèrement ^^) d'autant que ce n'était qu'un peu de provocation (c'est largement sous-entendu dans la note de bas de page), de titillement vis-à-vis de lecteurs qui savent bien que je les aime ;-) Je ne vois d'ailleurs pas vraiment où qui que ce soit a été traité de semi-demeuré (mais j'avoue que j'ai hésité, donc je ne te tiendrai pas rigueur de cette sur-traduction (je plaisante, oh ! ça va, quoi !))

    Puisque tu veux en discuter au premier degré, pourquoi pas. Mais ne mélange pas tout non plus. Je m'explique :

    Sur le "retard" des "sériephiles", que je ne juge absolument pas, ce n'est qu'un constat qui mériterait d'être plus largement expliqué dans un article. Le fait est que les "néo-sériephiles" (c'est très moche mais disons comme ça) connaissent peu de séries avant 2000, très peu avant 95, et quasiment aucune avant 89/90. Ce n'est pas un jugement de valeur, d'autant que ce n'est pas de leur faute : il n'y a aucune matière critique sur le sujet, ou très peu et pas toujours de très bonne qualité ; et les sites "référents" en la matière n'en parlent pas (ou peu), soit parce qu'ils sont lancés dans une course effrénée à la nouveauté, soit (et je me range dans cette catégorie) par flemme, parce que ce n'est pas toujours marrant de revoir des trucs qu'on a vu il y a dix ou quinze ans juste pour faire un article (je le fais une ou deux fois par an, mais bon... je n'aimerais pas faire que cela, ça peut se comprendre, d'autant que les séries plus anciennes avaient une fâcheuse propension a durer des années et des années, phénomène que la chute générale des audiences US a rendu beaucoup plus marginal depuis trois ou quatre ans). Du coup, les gens qui sont venus aux séries récemment avalent quantité de nouveautés sans intérêt, voire se lancent dans de grandes dissertions sur un sujet qu'il connaissent en partie, mais rarement dans sa globalité, de manière en somme très anarchique. Cela dit et pour modérer mon propos, très peu de gens connaissent le sujet dans sa globalité. J'en apprends moi-même tous les jours sur le sujet, et pourtant ça va bientôt faire 20 ans qu'il me passionne.

    RépondreSupprimer
  9. Je n'écris pas que cela a un impact sur la manière dont on reçoit Terra Nova ; simplement que cela impact sur les attentes démesurées que provoquent à chaque rentrée cinq, six séries, quand quelqu'un connaissant bien le côté très irrégulier du genre (il y a extrêmement peu de grandes séries, et même de très bonnes) est tout de même un peu plus mesuré face à un buzz. Mais là encore, il n'y a pas de jugement de valeur, même si au bout de moment je trouve un peu pénible de constater que certains n'ont même pas la mémoire de leurs propres emballements (ç'a beau arriver chaque année, TOUS LES ANS, et même deux fois par an, il y a un buzz sur "attention, machin commence, oh là là là, je l'attends avec impatience"... et une fois la série diffusée elle en prend plein la gueule dans tous les billets et dans tous les commentaires. C'est tout de même un peu ridicule et là, effectivement, je dis que les attentes démesurées que peuvent susciter certains projets entraînent des réaction démesurément négatives une fois ceux-ci réellement mis en orbite. Quand j'écris que les fans de séries font buzzer eux-mêmes certains trucs sans même les avoir vus, et qu'ils sont après les premiers à dénoncer un buzz excessif... ce n'est pas tiré par les cheveux de ma part, c'est purement et simplement la vérité. Ajoutons que ce qui est encore plus drôle, c'est que ces dernières années les meilleures séries n'étaient pas celles que les "fans du genre" faisaient buzzer sur le Net depuis des mois. Personne n'a vu venir Boss, Homeland un peu plus mais très peu. Quand les premières saisons de Breaking Bad et Mad Men ont été diffusées personne ne regardait, quand j'en parlais autour de moi les gens n'en avaient même pas entendu parler... etc. Mais non, malgré tout, on va continuer à s'exciter sur - au hasard - Alactraz avant sa diffusion, pour mieux lui pisser dessus une fois qu'elle est à l'antenne. On peut aussi s'interroger sur la nécessité de parler inlassablement de trucs que personne n'a encore vu juste pour le plaisir de... je ne sais même pas quoi, d'ailleurs - mais c'est un autre débat.

    Après ton avis personnel n'est pas en cause, je ne le connais pas, désolé qu'il ne fasse pas partie des 2000 commentaires que j'ai lus à ce propos. Pour autant le fait que tu ne te ranges pas cette catégorie ne signifie pas qu'elle n'existe pas. Et si tu ne t'en sens pas visé, pourquoi un commentaire aussi sec ? Ce sont les autres les semi-demeurés, voyons ;-)

    Enfin et quant à la conclusion, je ne vois pas bien le rapport avec Intouchables et The Artist. D'une part la première est loin d'avoir été "encensée" à sa sortie ; d'autre part, je parlais de bien séries, or il y a tout de même une tendance très nette depuis une dizaine d'année à encenser prioritairement les séries dont les héros sont des personnages négatifs, torturés ou à tout le moins pourvu d'une part d'ombre très prononcée. Je n'irai pas jusqu'à dire que toutes les séries qui se sont faites démonter depuis cinq ans avaient des héros positifs, en revanche j'affirme qu'on a souvent tendance - à tort - à accorder spontanément plus de crédibilité et de profondeur à une série dont les héros évolueraient dans des zones de gris, ce qui est une stupidité malheureusement très répandue bien au-delà des séries télévisées. Enfin. Là encore, ce n'était qu'une boutade, qui méritait d'être prise avec ironie - rien d'autre.

    RépondreSupprimer
  10. Pfffffiou ! ça faisait longtemps je n'avais pas explosé la limite de commentaires !

    RépondreSupprimer
  11. C'est vrai le ton était injustement rude et, je l'avoue même, disproportionné par rapport a ma pensée. Mais cela a au moins eu le mérite de se délecter d'une centaine de lignes bonus de Thomas Sinaeve.(Moi aussi je t'aime)
    Pour la redondance de la critique des critiques, elle ne t'était pas spécialement destiné, mais à l'ensemble des journalistes et autres bloggeurs(dans tout les domaines) qu'on entend ça et là, avec un mépris certain, dévaloriser les internautes anonymes, en leur prêtant un manque de savoir ou d' analyse voire d'intelligence quand ces avis divergent du leur. Si j'étais médisant, je les soupçonnerai même de le faire uniquement par frustration qu'il puisse exister des avis hors sérail et qu'ils occupent la même place que la leur,depuis le ralentissement de la presse écrite c'est à dire une page Web.
    Pour tout te dire la phrase qui m'a fait tiquer est celle là :
    "le spectateur moyen, qui consomme de la série comme moi du pain, parfois avec à peine plus de réflexion que cela et persiste à placer des espoirs démesurés dans certains projets".
    Pour les défendre je ne vois pas ce qu'il y avait de fou a attendre impatiemment une série avec un budget conséquent et une idée originale, qui contrairement à toi ("une histoire de gens du futur remontant à l'époque des dinosaures") je trouve fantastique et hyper vaste, puisque vierge, pour des scénaristes.
    En fait je pense que c'est peut être ça qui m'a agacé. Que tu serves cet argument d'entré, ce qui pouvait laisser entendre que les avis totalement négatifs ne soient dus qu'a leur espoirs déchus et non à leur jugement sincère.
    Pour la remarque sur ta conclusion, tu as raison c'était foireux.

    RépondreSupprimer
  12. Ceci dit ne penses tu pas que l'on puisse appliquer la formule "On ne fait pas de grande littérature avec les bons sentiments" aux autres supports artistiques ?

    RépondreSupprimer
  13. je la découvre au rythme de sa diffusion sur canal,
    2 par semaine c'est bien, pour une série pas mal ficelée mais pas non plus addictive,

    c'est une bonne série, en effet,
    mon regret est plus sur
    1/ la sous-exploitation des thèmes les plus originaux de la série, ce passage temporel pas aussi commode que dans d'autres fictions, ce monde à la fois hypermoderne (la technologie du futur est là) et préhistorique, la dimension écologique quasi absente (au 7e épisode, en voilà déjà 5 où elle reste inexistante)
    2/ (corollaire du 1), le recours à des ficelles narratives un peu trop vues et entendues, encore les mêmes dosages de familial-feuilletonnant / polaro-aventurier-sériel, et des intrigues transposables à n'importe quelle série, triangle amoureux, émois adolescents, trahison pour une raison "qu'on ne peut pas dévoiler chut attention suspense"

    si on ajoute le gout prononcé de spielberg pour les dinosaures, là encore largement sous-exploités,
    c'est la mon principal reproche, il y a avait sur la table de quoi faire plus original et plus intriguant que ce résultat là,
    mais résultat plaisant au demeurant ;-)

    (thom on est un peu trop souvent d'accord en ce moment, vivement que marie-flore ou viol sortent un nouveau disque ^^)

    RépondreSupprimer
  14. Je partage plutôt l'avis de Arbobo sur Terra Nova, je trouve Thomas plutôt indulgent. Ce qui me dérange un peu dans l'article, c'est que j'ai eu l'impression que tu défends Terra Nova non pas pour ses qualités, mais pour compenser les très mauvaises critiques que la série a suscité, effet boomerang d'un buzz démesuré. Le seul critère de jugement d'une série ne devrait-il pas être ses qualités intrinsèques ? Buzz ou pas buzz, quelle importance au fond ? La vraie question, c'est : Terra Nova est-elle une bonne série ? Arbobo a parfaitement résumé ma pensée là-dessus.

    Par ailleurs, ton analyse sur la superficialité des buzz et du manque de recul des néo-sériephiles est très pertinente, et je la partage complètement. Mais que vient-elle faire avec la critique de Terra Nova ? C'est un sujet qui mériterait un post, et Terra Nova est un exemple frappant de cette propension à créer un buzz de folie pour finalement cracher sur la série une fois qu'elle est arrivée. J'ajoute que ce n'est pas toujours comme ça : Game of Thrones, Boardwalk Empire, et, pour remonter plus loin, Desperate housewives, 24 ou Malcolm in the middle, avaient suscité un énorme buzz... sans se prendre un retour de bâton. Parce que la qualité était au rendez-vous.

    RépondreSupprimer
  15. Pardon, je voulait dire Dany, et non pas Arbobo

    RépondreSupprimer
  16. je suis passé à ça d'avoir un fan
    :-/

    RépondreSupprimer
  17. Dany >>> si je disais ça sur l'idée de départ de Terra Nova c'est parce que (véridique) j'ai eu la même idée originale pour une nouvelle quand j'avais 12 ans. Tu me diras, il y en a à qui cela donnerait confiance. Moi j'ai plutôt tendance à me méfier d'une idée de SF que j'étais capable de trouver à l'époque où je ne connaissais même pas le sigle SF ^^

    Sur la formule "On ne fait pas de grande littérature avec les bons sentiments" aux autres supports artistiques ?", oui. Et en même temps, non, enfin c'est tellement réducteur comme formule, d'un autre côté. Friday Night Lights est remplies de bons sentiments et ça ne l'empêche d'être bien meilleures que la plupart des séries beaucoup plus "profondes" qu'on a essayé de nous vendre ces dernières années...

    Arbobo >>> moi je trouve que le passage temporel ne soit pas aussi commode qu'ailleurs est plutôt à mettre au crédit de la série, non ? Idem pour les dinosaures, franchement ça m'aurait soûlé qu'il s'agisse d'une série débile avec juste des hommes qui combattent des nykoraptors ^^

    Frogfbi >>> en même temps c'est assez bizarre le discours sur les qualités intrinsèques que vous me tenez avec Dany... parce que c'est un peu le mien, et ce que je mets en pratique quotidiennement pour chaque série (et même chaque œuvre chroniquée ici, d'ailleurs). Donc évidemment je suis d'accord, mais une fois ceci établi, que reste-t-il à dire ? ;-)

    Sur le buzz, ce n'est pas toujours comme ça mais un peu quand même. D'ailleurs tu cites Boardwalk mais j'ai lu des critiques extrêmement sévères dessus, qui là aussi fustigeaient "beaucoup de bruit pour rien". Moins sur que Terra Nova (ce casting sur cette chaine, ça impose un peu plus le respect), mais Boardwalk entre pour moi parfaitement dans cette catégorie. Quant aux séries antérieures que tu cites, ça ne peut pas compter, ce n'est plus la même époque. Il faut bien comprendre que c'est parce que dans l'époque précédente (en gros 2004/05) il y a eu des buzz savamment orchestrés qui ne servaient pas "que" de cache-misère (ce sont les débuts de 24 et DH, comme tu le dis très bien, mais aussi ceux de Lost, de House, de How I Met, qui se tiennent tous la barbichette à quelques mois d'intervalles) que les buzz actuels sont aussi puissants (tout en se traduisant généralement très modérément en audiences, mais c'est une autre question).

    Pour ce qui de faire un article plus vaste sur la question de l'acquis culturel du sériephile, pourquoi pas, mais ce n'est pas non plus un sujet si long et compliqué que cela à aborder (la preuve, à trois avec Dany, on vient de le résumer en six phases ^^) ; à la limite ce serait plus intéressant - de mon point de vue - d'essayer de fournir un outil intelligent permettant de répondre à cela, que de faire un état des lieux qui foncièrement, n'apporterait pas grand-chose (enfin, à part quelques insultes je suppose :-))

    RépondreSupprimer
  18. je suis d'accord sur les 2 points thom, je trouve justement que ce n'est pas suffisamment exploité, c'est mon (petit) regret

    RépondreSupprimer
  19. Donc ça va, on est heureux et on s'aime tous très fort ^^

    RépondreSupprimer
  20. Ce qui m'horripile le plus dans ce genre de séries, c'est qu'il y a un putain de potentiel pour nous tenir scotché à l'écran mais que non, on préfère nous filer de la neuneuserie en pâture pour nous éviter sans doute de trop réfléchir et de saigner du nez... Le plus facile est d'ailleurs toujours de nous mettre un gentil flic ou un gentil médecin. Ici, encore mieux, le flic est marié au médecin !
    J'ai ressenti cela pour la première fois dans Jericho, ces gens sont genre à la fin du monde mais ils pensent à se prendre la tête pour des conneries sentimentales à trois francs deux centimes d'euros !
    Mais bon, ça m'empêche pas de mater, c'est un comble =)

    RépondreSupprimer
  21. Je trouve quand même celle-ci infiniment moins neuneu que Jericho, qui était vraiment insupportable, principalement parce qu'elle créait de faux mystères pour mieux partir dans tous les sens et nous soûler avec les histoires de cœur des uns et des autres (j'avais appelé ça "le syndrome Lost" dans un précédent article... enfin sauf que dans Lost c'était très bien fait, parce que les personnages étaient beaucoup plus forts).

    Concernant Terra Nova, ça ne me choque vraiment pas, sans doute parce que la série ne se veut pas un thriller plein de mystères. En fait, c'est même plutôt une série d'aventures à l'ancienne, ce qui est plutôt plaisant. Et puis les histoires de culs ou les crises mystiques des héros nous sont plutôt épargnées, même si je t'avoue avoir eu un peu peur au début (je dois quand même reconnaître que le premier quart de Terra Nova est un des pires trucs que j'aie vus cette année ^^)

    RépondreSupprimer
  22. Ah mais ce qui fait la différence entre Jericho et TerraNova, c'est que j'ai abandonné Jericho sans aucune hésitation (je me demande même si ce n'est pas l'unique série que j'ai abandonné... Ah non, y a Heroes aussi !) tandis que TerraNova, je continuerais à la regarder avec un léger plaisir... Car comme tu dis, elle est plaisante, comme série =)

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).