dimanche 7 août 2011

Men of a Certain Age - Sensible & Sans Suite

...
C'est l'annulation dont tout le monde se tape (à part Thierry), et dont tout le monde a tort de se taper (à part Thierry). Créée il y a deux ans par Ray Romano (Everybody Loves Raymond) pour reclasser quelques potes has-been condamnés depuis des années au cacheton, lancée sur une chaîne plus connue pour ses retransmissions d'évènements sportifs que pour ses séries, sans prétention pour ne pas dire dépourvue d'ambition... Men of a Certain Age n'a jamais trouvé son public tout en ravissant les quelques personnes ayant croisé sa route, et a donc logiquement fini par être annulée cet été dans une indifférence générale (Thierry mis à part, on l'aura compris).

La surprise n'en est pas une, et l’injustice peut sembler relative : TNT y croyait et a vraiment défendu le show pendant deux ans, on pourrait difficilement lui reprocher d'annuler une série que personne ne regardait, d'autant que le code génétique de celle-ci l'autorisait à durer aussi bien huit ans que dix épisodes. Pour autant, on n'est pas obligé d'en être ravi ; la seconde saison coule de source et l'on avait fini par sacrément s'attacher à ce trio de losers même pas magnifiques, mâles mélancoliques et vieillissants dont les pérégrinations avaient pour seule originalité d'être crédibles, et traitées avec une belle sensibilité. Il n'était guère question d'inventer, simplement de filmer la vie des classes moyennes dans tout ce qu'elle peut avoir d'ordinaire, de souvent beau ou de régulièrement misérable. Andre Braugher (Homicide) était une vraie trouvaille de casting, Ray Romano se réinventait avec talent dans un rôle où il riait de bon cœur de ses propres limitations. Scott Bakula assurait derrière, en icône cool qu'il est, rappelant au passage qu'il comptait parmi les comédiens de télé le plus charismatiques de sa génération. Les seconds rôles étaient très bien (surtout Lisa Gay Hamilton et Richard Gant - respectivement femme et père d'Owen Jr), et la série préférait la tendresse à la vulgarité, les femmes élégantes aux bimbos, la nostalgie au pathos. D'une certaine manière, Men of a Certain Age était l'exact inverse de la télé américaine d'aujourd'hui - c'est pour cela qu'on l'aimait.

Eût-elle été diffusée sur HBO ou n'importe quelle chaîne plus branchée qu'elle eût sans doute séduit un large public (l'un des grands paradoxes de TNT est d'être une chaîne de la Warner cherchant étrangement à se placer dans le secteur de la série d'auteur). Elle s'inscrivait assurément dans la lignée des productions humanistes d'un David Simon ou d'un Jason Katims. Il est regrettable que personne ne s'en soit aperçu, ou n'ait voulu le voir. Car ceux qui apprécient le naturalisme sans chichis d'un Friday Night Lights y trouveront assurément leur compte.


👍👍 Men of a Certain Age (saison 2)
créée par Ray Romano & Mike Royce
TNT, 2010-11

10 commentaires:

  1. Oui. Une fin prévisible, mais tout de même un peu triste. La série gagnait à être connue.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Bloom, je me sens un peu moins seul.
    Quoi que ... tu te fous peut-être de l'annulation ! ^^

    RépondreSupprimer
  3. Et moi par contre on ne me remercie pas pour mon courage ? ^^

    RépondreSupprimer
  4. Mais non, Thierry. Je viens de dire que je trouvais cela un peu triste !

    RépondreSupprimer
  5. As-tu signé une pétition ? Non ? Alors n'essaie pas de nous embobiner :-)

    RépondreSupprimer
  6. C'est une série pour moi, alors ?

    ;-)

    BBB.

    RépondreSupprimer
  7. Arrêtez, ce sont des gamins à côté de vous ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Non mais, ce n'est plus de votre âge, avouez ^^

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).