jeudi 1 juillet 2010

Vic Chesnutt - Album Charnière

...
Il fallait s'y attendre. La mort entraîne l'intérêt, qui entraine la réédition. Qui entraine l'argent. Décédé le 25 décembre dernier, Vic Chesnutt sera probablement bien plus riche à présent qu'il n'est plus, ce qui n'était de toute façon pas bien difficile tant il vécut toute sa vie dans le dénuement le plus total. Et puis comment regretter que son oeuvre soit partiellement rééditée alors qu'il passa le plus gros de sa carrière dans l'ombre ? Vic Chesnutt était depuis vingt ans le secret le mieux gardé de l'indie-rock US. Ceux qui ne connaissent aucun de ses seize albums ne savent pas leur chance : c'est tout un continent de l'americana qu'il leur reste encore découvrir.

Première réédition d'une vague qui on le suppose n'en finira pas de déferler dans les dix-huit mois à venir, About to Choke est un excellent choix inaugural. Comme souvent avec les artistes aussi brillants que viscéraux, chaque fan aura sa préférence, et celui-ci ne vous sera que rarement recommandé. Une fois de plus, on vous admonestera de plutôt suivre les conseils de ce site, seul endroit où vous lirez la vérité - à savoir qu'About to Choke est très probablement ce que Chesnutt a publié de plus raffiné et abouti dans les années quatre-vingt-dix (à quasi égalité avec Drunk, pour sa part déjà réédité du vivant de l'artiste). Très préoccupé à l'idée de ne pas passer pour un vendu après sa signature chez Capitol et un tribute qui vient de lui assurer une nouvelle notoriété, soucieux de ne pas se répéter, Chesnutt s'applique ici à casser la routine, sortir de ses schémas habituels, et retourne travailler seul après sa parenthèse en groupe avec Brute.

Sans aller jusqu'à parler de rupture stylistique, il commence par le fait à s'éloigner imperceptiblement de la folk plus classique de ses premiers opus. Quelques notes de piano soutiennent le désolé 'Myrtle', 'Ladle' est toute en tension électrique, 'Little Vacation' la joue soul jazzy. L'ensemble demeure à dominante acoustique, mais la tonalité n'est plus tout à fait la même, la couleur musicale s'enrichit progressivement et les meilleurs morceaux d'About to Choke, s'ils demeurent ouvertement folk-rock ('Giant Sands', 'See You Around'), témoignent d'arrangements bien plus riches que ce à quoi Chesnutt avait habitué ses fans. Légère et particulièrement émouvante, 'New Town' en est un excellent exemple - en plus d'être une de ses plus belles chansons, pleine de tendresse et d'espoir.

De là à dire que 'New Town' = nouveau départ, il n'y a qu'un pas que l'on franchira allègrement : About to Choke est un album charnière dans la discographie de Chesnutt, souvent sous-estimé (l'album... enfin son auteur aussi, d'ailleurs). Bientôt viendront des collaborations à n'en plus finir, des albums de plus en plus nombreux et variés, des chansons moins introspectives et des humeurs plus nuancées (inaugurées ici par 'Degenerate', à la fois désespérée et lumineuse). Toutes choses dont on peut raisonnablement considérer qu'elles n'auraient pas été possibles sans ce formidable About to Choke, album d'une finesse et d'une maturité proprement stupéfiantes. Incontournable.


👑 About to Choke
Vic Chesnutt | Capitol, 1996
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).