samedi 10 avril 2010

Dogs - (Re)découvrir le plus grands des groupes français

...
Trois albums des Dogs réédités ? Oui Madame, oui Monsieur. Trois albums, pas moins. Dans le même package, et pas bien cher en plus. Et pas n'importe lesquels : trois albums de la période la plus mythique du groupe, sous son line-up le plus populaire. Une bonne idée ? Une mauvaise ? On ne sait pas trop. Si, une bonne quand même. Mais un peu bizarre, le classique Too Much Class for the Neighbourhood étant très facile à trouver depuis sa dernière ressortie il y a dix ans. Toute personne aimant les Dogs (toute personne aimant le rock'n'roll, soyons clairs) ne peut que le posséder. Et depuis un bail. Pour la peine on ne s'étendra pas sur le sujet. Non qu'on veuille snober ce qui est peut-être l'album le plus culte de toute l'histoire du rock français, mais on a déjà écrit dessus (ICI, par exemple). Et le fait qu'il ressorte encore n'est en rien un évènement.

Beaucoup plus importante, passionnante et essentielle est la réédition de Legendary Lovers (paru un an plus tard, donc en 83), qui est un peu le Poulidor de la discographie des Dogs. Celui que l'on cite éternellement en second meilleur album du groupe, derrière l'imparable Too Much Class. Une injustice ? Une curiosité, à tout le moins. Car Legendary Lovers est au minimum aussi génial que son glorieux prédécesseur. Il le surpasse même à de nombreuses reprises, notamment en terme de production. Très éclectique (pour ne pas dire un peu épars) sur Too Much Class, le rock-pop des Dogs se recentre ici sur ce que le groupe savait faire de mieux : l'urgence romantique, la mélancolie urbaine, le punk aristocratique. Only Ones échoués par accident sur la côte Normande (façon de parler bien sûr - Rouen n'est pas au bord de la mer), le quatuor signe sur Legendary Lovers quelques uns de ses morceaux les plus grandioses, classiques indémodables (encore moins depuis un certain revival d'une certaine dernière décennie), peut-être même inaltérables : 'Secrets', 'I'm Just Losing that Girl', 'If You Don't Want Me No More'... les Dogs n'ont sans doute jamais été aussi bons que sur cet album méritant bien mieux que de rester dans l'ombre d'un Too Much Class ou d'un Walking Shadows. Leur meilleur ? Possible. En tout cas le plus cohérent et le plus incandescent.

Leur dernier chef-d'oeuvre, aussi, quoique Shout! - également présent dans ce coffret - soit largement au-dessus de la moyenne de l'époque. Quelque part il est toujours rassurant de se dire qu'en 1985, alors que la synth-pop la plus atroce règne sur le monde, il existait toujours des albums comme celui-là, rocks et viscéraux. Enregistré live au Rockfield Studio, alors que le groupe partait au départ pour un simple EP, Shout! renferme lui aussi son lot de pépites - à commencer par l'incontournable 'I Wanna Be with the Boys' (également présente dans sa non moins remarquable VF, 'Mon coeur bat encore'). Les pieds du groupe sont collés au plancher, c'est nerveux, insouciant ('Good Morning, Do You Love Me?') ou rageur ('When I Was Young'). Musicalement c'est la suite directe de Legendary Lovers, soit donc un rock mélodique et rentre-dedans sous perfusion Flamin' Groovies.

Le groupe baissera nettement de niveau sur ses deux disques suivants, mais Shout! pour sa part ne mérite guère l'ostracisme dont il est victime depuis des années (ostracisme il est vrai dû en grande partie au fait qu'il ait été longtemps quasi introuvable). Des trois albums présentés dans cette fournée, c'est évidemment celui-ci que l'on recommandera le plus de découvrir - puisque le moins connu (et même si la remasterisation n'est pas tout à fait la hauteur de la version vinyle).

Autant le dire : des rééditions comme ça, on en voudrait toutes les semaines.


3 Original Album Classics, des Dogs :

Too Much Class for the Neighbourhood (1982)


Legendary Lovers (1983)



Shout!
(1985)



...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).