mardi 5 janvier 2010

Kula Shaker - Too Much, Too Soon

...
Juste après un premier album numéro un en Angleterre (K) et longtemps avant de publier l'un des plus chouettes disques des années deux mille (Strangefolk), Kula Shaker se lançait dans une épopée psychédélique hors du commun qui lui coûta (temporairement) la vie. Le titre était improblable (Peasants, Pigs & Astronauts... ciel !), la pochette invraisemblable (un cosmonaute sur un escalator au milieu d'une forêt). La production était assurée par le démesuré Bob Ezrin, quant aux compos... elles relevaient manifestement de la psychiatrie dans la mesure où l'idée d'une rencontre entre britpop, rock psyché et musique indienne ne pouvait appartenir en 1999 qu'à la catégorie ABERRATIONS DE LA NATURE.

Bien entendu, ce fut un four retentissant.

Dix ans plus tard, tout est différent. C'est une lapalissade, certes. Mais c'est aussi un fait : en 2009, tout ce qui jouait contre cet album joue désormais pour lui. Le contexte est radicalement différent, Crispian Mills étant devenu plus ou moins implicitement (et plus ou moins volontairement) le parrain de toute une génération anglaise revivalisant à tout va le rock psyché avec une énergie et un entrain qu'on retrouvait déjà sur ce disque (par exemple sur '108 Battles'). Il serait certes excessif d'affirmer que sans Kula Shaker on n'aurait jamais eu de Coral, de Zutons ou d'El Goodo. Il est certain en revanche que cet album peut faire office de chaînon manquant entre l'ère britpop et le revival de la dernière décennie, d'autant plus facilement à vrai dire qu'il vieillit formidablement bien - Ezrin a beau être une espèce de maître étalon en matière de boursuflure... force est de reconnaître que le son de Peasants, Pigs & Astronauts n'est jamais monstrueux que dans le bon sens du terme.

Et que dire de ses chansons ?!

Difficile de se rappeler que le jeune homme que votre serviteur était en 1999 détesta le plus gros de ce second album d'un de ses groupes anglais favoris. Encore plus difficile de se dire que Kula Shaker, en 1999, était la risée de la presse et des esthètes en tout genre. 'Great Hosannah' est une pépite à la hauteur des plus grands classiques du genre psyché. 'Shower Your Love' a des accents de titre inédit de George Harrison. 'Sound of Drums' rappelle le meilleur de Hawkind en duo imaginaire avec Ray Mazarek. Tout n'est certes pas parfait, et les titres les plus hindouisants ('Rhade, Rhade') pourront sembler un brin kitsch à l'oreille non exercée. Mais tout de même ! Avec le recul, cet album aujourd'hui réédité avec moult bonus inutiles (pléonasme) s'avère tout à fait excellent.  


Peasants, Pigs & Astronauts, de Kula Shaker (1999)
 
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).