samedi 14 novembre 2009

Double Dees

...




Deux nouvelles imbriquées l'une dans l'autre, deux histoires que tout (à commencer par dix années) séparent et qui se retrouvent pourtant dans le même recueil, à la façon d'un diptyque dont on n'aurait pas eu la clé (car à vrai dire, je n'ai jamais trouvé d'explication relative à cette "fusion"). On est d'ailleurs plus dans le récit dans que la nouvelle - les deux textes sont longs et bien charpentés - voire dans la parabole en ce qui concerne The Morning of the Monkey, qui renferme avec son incipit l'une des scènes les plus étranges et poétiques de la série.

L'ensemble du texte est de fait dans cette veine et la forme par la force des choses plus rammassée, loin de desservir le récit, aurait plutôt tendance à l'avantager en lui conférant une dynamique inhabituelle dans les aventures de Ti - inhabituelle mais loin d'être déplaisante. Je confesserai cependant une erreur d'appréciation qui m'a mortifié : avec yueyin (dont j'irai bien sûr lire l'article sitôt celui-ci terminé) nous avions décidé de placer les deux recueils de Van Gulik (il y en a un autre - Judge Dee at Work - que nous évoquerons le mois prochain) à la fin de notre challenge, de manière évidemment un peu artificielle. C'est que n'ayant jamais relu les différents textes courts de l'auteur, j'étais plus ou moins convaincu (allez comprendre pourquoi) qu'il s'agissait d'enquêtes plus ou moins "hors-séries" justifiant un traitement à part. Hors pas du tout. Les deux récits de The Monkey & The Tiger non seulement s'emboitent parfaitement dans la chronologie de l'histoire, mais en plus renferment-ils tous deux des éléments sériels relativement importants.

C'est d'autant plus vrai que The Night of Tiger s'avère dès les premières pages hanté par la tragédie clôturant The Chinese Nail Murders, auquel il fait directement suite. L'atmosphère y est d'une lourdeur impressionnante, on n'ira certes pas jusqu'à dire que c'est incompréhensible pour le lecteur n'ayant pas connaissance des épisodes précédents (c'est d'ailleurs pourquoi j'essaie malgré tout d'éviter les spoilers), mais il est certain que celui-ci perdra quand même une relative part du texte. La meilleure, en plus, car pour n'en proposer pas moins une intrigue des plus originales The Night of Tiger vaut surtout pour cette pesanteur, cette mélancolie communicative venant nous rappeler, à l'heure où le Judge Dee Golden Challenge touche à sa fin, qu'en plus de toute les qualités qu'on lui connaît Van Gulik était également un redoutable tisseur de climats.

En somme deux très bons récits constituant sans le moindre doute ce que l'auteur aura fait de mieux en terme de forme courte. Mais à lire après les romans, de préférence.


The Monkey & The Tiger [Le Singe & Le Tigre], de Robert Van Gulik (1965)


...

4 commentaires:

  1. L'atmosphère de la nuit du tigre est vraiment une merveille... De toute façon cela aurait été difficile de placer ces deux récits à leur place dans la série car ils sont quand même très loin l'un de l'autre et c'est van gulik lui-même qui les a réunis en les dotant de cette très belle préface sur le zodiaque chinois... Les nouvelles plus courtes ont également des parties "sérielles", notament le moment ou le juge décide de prendre mademoiselle tchang (de trafic f'or sous les tangs) comme troisième épouse. Mais bon c'est vrai que les nouvelles courtes ne valent pas ces deux récits zodiacaux :-)))

    RépondreSupprimer
  2. Les nouvelles courtes je m'en souviens vraiment très mal (je me souviens juste que je n'avais pas trop aimé, que j'avais trouvé que c'était un peu poussif et que ça ne valait pas les romans).

    Je n'ai pas la préface dans mon édition :-(

    RépondreSupprimer
  3. Quoi tu n'as pas la préface ??? Ben c'est quoi ce bazard !!! Bone elle ne fait que 2 pages mais elle explique les principes de l'astrologie chonoise avec la place particulière occupé par le singe et le tigre et la postface complète avec les rapports entre zodiaque et yi king (peut être que toi, tu as tout dans la postface ?)

    RépondreSupprimer
  4. Bah non, j'ai rien... juste le texte...

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).