dimanche 29 mars 2009

The Wire - C'est reparti comme en quatorze...

...
Seconde saison de The Wire seulement, et déjà l'on commence à prendre la mesure d'une série ressemblant de plus en plus à un terreau inépuisable, renouvelable quasiment à l'infini. Car si l'on peut éventuellement préférer la première, difficile de nier que c'est surtout en voyant la seconde qu'on s'aperçoit d'à quel point ce programme-ci est hors-normes, largement au-dessus de la moyenne... je n'ai d'ailleurs pas souvenir d'avoir jamais trouvé une série aussi exceptionnelle après deux saisons, d'un tel niveau après deux années d'existence. Même pas Les Sopranos !

Le secret de David Simon et de ses compères ? Faire table-rase, ou presque. On retrouve quelques survivants des deux côtés de la barrière, qui ont évolué (la plupart du temps vers le bas), ont pris une autre dimension... mais à quelques détails près c'est quasiment une nouvelle série qui commence avec le pilote, plongeant le spectateur dans un univers complètement différent (quoique tout aussi sombre et riche) et développant sa propre galerie de personnnages. Le pitch ? Après le semi-succès de l'opération Barksdale dans la saison un, l'unité du Lieutenant Daniels a été dissoute et ses têtes pensantes (Daniels - toujours aussi mutique - et McNulty - toujours aussi branleur) placardisées... jusqu'à ce que le hasard et l'ego surdimensionné du Commandant Valchek l'amènent à s'intéresser au (trop) riche syndicat des dockers et à son boss, Frank Sobotka. Comment un syndicat peut-il détenir autant d'argent alors qu'il représente le corps de métier le plus sinistré de Baltimore ? Qui mieux que Daniels, l'homme qui fit tomber (enfin plus ou moins) les dealers des tours de l'ouest, pourrait répondre à cette question ?

Alors c'est reparti comme en quatorze, luttes de pouvoir, écoutes, attente... c'est tout pareil, mais ça n'a rien à voir. N'est-ce pas là la définition du style ? Comme dans la saison un l'intrigue principale n'a qu'un intérêt relatif : The Wire brille avant tout par ses ramifications, sa galerie de portraits et sa chaleureuse humanité. On ne peut pas même vraiment dire si la seconde saison est inférieure ou égale à la première - c'est une question de pure subjectivité et d'attachement (ou non) aux caractères mis en avant cette fois-ci. Tout au plus peut-on noter quelques avantages flagrants du cru 2003 : ça démarre tambour battant là où la saison d'avant était un peu lente à l'allumage ; c'est beaucoup plus facile à suivre, les personnages étant moins nombreux (à la douzaine de dealers de 2002 ont surtout succédé trois trafiquants charismatiques). Niveau exploration de la misère sociale, radiographie de l'Amérique contemporaine ou finesse d'analyse, on est au même (stratosphérique) niveau. Aux dealers mélancoliques ont succédé les dockers dépassés par l'engrenage de commerce parallèle dans lequel ils ont mis le doigt, manifestement incapables de faire la différence entre le bien et le mal et parfois contagieux pour le spectateur (on en vient à se demander par instant ce qu'on leur reproche !)... la transition est quasiment indolore. Tout au plus pourra-t-on reprocher aux scénaristes quelques digressions un peu hasardeuses dans les premiers épisodes, visant avant tout à ne pas laisser tomber certains personnages phares de la première saison n'ayant plus réellement d'utilité dans la seconde... mais honnêtement, c'est du pur chipotage. The Wire est toujours aussi extraordinaire, complexe, sombre, drôle... que demander de plus ? Sinon peut-être une troisième saison de cet acabit ? (1)


👍👍👍 The Wire (saison 2 : The Docks)
créée par David Simon
HBO, 2003


(1) Je ne sais à ce sujet pas trop si je chroniquerai toutes les saisons, au risque que l'exercice devienne fastidieux pour vous qui me lisez...

22 commentaires:

  1. Et bien, nous voilà d'accord.

    BBB.

    PS : j'attaque la saison 3 cette semaine.

    RépondreSupprimer
  2. Vous êtes vraiment en train de toucher le fond ;-)

    RépondreSupprimer
  3. (j'ai fermé les yeux, juste vu le 6, ça me va)

    RépondreSupprimer
  4. Finie l'époque où je résistais à la mode, c'est vrai.

    Miss Lil' : allez-y, c'est 100 % sans spoil (non, allez, 99%).

    BBB.

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui, après lecture, ça va, en effet.

    RépondreSupprimer
  6. > "Même pas Les Sopranos !"

    Ouais mais en même temps c'est facile aussi, la saison 2 des Sopranos c'est la moins bien de toutes. N'empêche qu'il y a pas une seule série qui leur arrive à la chemise (j'ai ps vu tout The Wire ceci dit). D'ailleurs ce serait intéressant d'organiser un sondage pour savoir quelles sont les préférées des gens.

    RépondreSupprimer
  7. J'avais songé à faire mon Top des séries des années 2000, pas trop à un trop général, peu de gens ont vu toutes les séries intéressantes des dernières années (je m'inclus dans le peu de gens). Mais l'idée est loin d'être stupide, cependant.

    RépondreSupprimer
  8. Disons que les séries populaires auraient plus de chances de gagner, mais comme elles sont pas populaires pour rien ça reviendrait au même non ? Après ça dépend comment ça s'organise, si tu fais un vote ou une liste avec des points comme t'avais fait pour le Top of the flops.

    RépondreSupprimer
  9. Si des gens sont preneurs pour un tel classement, why not ? Il faudrait sonder un peu le terrain.

    RépondreSupprimer
  10. Un tel classement ne serait pas évident, parce que comme tu le dis personne (il y a sûrement des exceptions, bien sûr) ne peut avoir vu toutes les séries de ces dix ou quinze dernières années. Si tu lançais un sondage, les gens s'empoigneraient sûrement sur la question des critères, il faudrait probablement créer des catégories, etc.
    Il y a un monde entre Friends et Oz (pour prendre des exemples un peu extrêmes), ce qui n'empêche pas Friends d'être une excellente sitcom servie par des dialogues brillants, ce qui est le principe même de la sitcom.
    Il y a des séries qui visent le pur "entertainment" et qui atteignent leurs objectifs, d'autres qui ouvrent des perspectives grâce à leur exploration des personnages et des situations, etc.
    Bref, ça me paraît délicat, mais je suppose qu'impossible n'est pas golbien.

    RépondreSupprimer
  11. En fait j'en suis encore à réfléchir à cette idée, que je trouve intéressante... mais mais mais tout ce que je dis plus haut, plus tout ce que tu dis après :-)

    Déjà, je pense que si je le faisais ( Serious Moon , j'ai bien dit "si" ^^), je n'inclurais pas les sitcoms... pour une raison objective (les formats sont différents, les sitcoms ont des codes qui leur sont propres), et une autre subjective (quand j'y songe il y a finalement peu de sitcoms que j'apprécie, probablement pas plus de dix).
    De même, je pense qu'il serait préférable de se limiter aux années 2000... d'une part parce que la décennie les a vues changer de statut, d'autre part parce que je ne supporterais tout simplement pas que des séries aussi "fondatrices" (mais que finalement peu de gens ont vues) que Twin Peaks, NYPD Blue, OZ... se retrouvent derrière la dernière série à la mode, comme cela s'était produit lorsque Le Monde des Séries avait organisé un classement similaire toutes époques confondues (j'ai beau aimer Dexter... la voir quinze places avant Twin Peaks ça m'a quand même arraché un cri d'effroi...).

    Maintenant je vois aussi les aspects positifs... ce genre de classement, en tout cas pour les lecteurs du Golb, demeure sans doute plus "accessible" qu'un classement litté ou musical, parce que des séries, tout le monde en a regardé quelques unes. Ca reste d'autant plus ouvert qu'à quelques exceptions près (Lost, True Blood récemment, sont des séries qui se "dévoilent" progressivement), si on déteste une seule saison d'une seule série, on a quand même de grande chance de n'en aimer aucune après (à noter que la réciproque n'est pas forcément valable :), pas nécessaire donc d'avoir vu l'intégralité des Sopranos pour savoir si on aime ou pas (surtout dans le cas d'une série comme les Sopranos, en fait, dont toutes les saisons sont contenues en germe dans la première)... bref : ça reste populaire, personne n'a tout vu, même pas moi. Donc dans le cadre suggéré intelligemment par Serious Moon, c'est à dire d'une liste préétablie à partir de laquelle chacun "dispatche" des points... c'est faisable, ça revient à dire "je préfère ça, ça et ça" plutôt que "ça, c'est meilleur que ça". La nuance est ténue, mais réelle.

    L'autre bon côté que je vois... c'est que très égoïstement ça m'intéresserait de voir les séries qui ont la cote, du moins par ici. Je trouverais l'intérêt relatif dans d'autres domaines (je sais à peu près quels artistes sont les plus "populaires" dans la blogosphère), mais les séries restent un domaine relativement peu abordés par les gens qui trainent dans le secteur (même si paradoxalement nombre d'entre eux sont sériephages)... et surtout dont on ne peut pas vraiment mesurer l'impact dans un pays aussi nul que le nôtre, qui n'a jamais diffusé les Sopranos et SFU avant minuit (du moins sur les ondes hertziennes), qui n'a jamais diffusé The Wire intégralement, qui diffuse Lost à des heures indues comme un vulgaire bouche-trou estivale, qui verra Dexter diffusé sur sa première chaine dans une versions censurées, où la pratique des diffusions dans le désordre st encore tenace... pfff : je respire :-) Comme je le disais l'autre jour à ma femme, les amateurs de séries ne sont pas vraiment facile à cerner, ce ne sont pas eux qui font les audiences, une bonne part d'entre eux regarde avant tout les séries sur le Net ou en dvd (ce serait d'ailleurs marrant de comparer les chiffres de ventes des coffrets Sopranos avec les audiences de la série lors de sa diffusion...). Bref ! voilà où j'en suis de mes réflexions, qui sont loin d'être finies...

    RépondreSupprimer
  12. En tout cas, si tu décides de te lancer (et ce serait intéressant de toute façon), il faut que tu découvres The West Wing avant, d'accord ?!

    RépondreSupprimer
  13. En fait j'en avais vu une ou deux saisons, sur France 2... je n'avais pas trop accroché, mais c'est vrai aussi que j'étais nettement plus jeune, et peut-être "pas prêt" pour ce genre de série. Il faudra que j'y revienne, je la couche sur mes tablettes estivales (la trêve de l'été a au moins ce bon côté qu'elle laisse plein de temps pour les "classiques" !). Il y a aussi Carnivale, que je voulais absolument voir (ça, ça devrait être pour bientôt). Ainsi que The Corner (la première série des auteurs de The Wire)... je ne sais pas trop ce que me je me ferais après, mais je fais confiance aussi aux nouveautés tout de même (j'ai placé quelques espoirs en Dollhouse, mais j'avoue que les premières critiques sont un peu tièdes... du coup j'attends la fin de la saison.)

    RépondreSupprimer
  14. Au moins je t'ai fait cogiter ! Bien sûr si tu organises ça j'en serai (apparemment on sera deux). Dollhouse est pas mal, en fait ça a stagné un peu dans la première moitié de la saison mais c'est de mieux en mieux je trouve. Et pour Corner bon courage si tu espères le trouver en vf, je crois qu'il existe pas (d'ailleurs je crois pas qu'on puisse trouver Corner en France... légalement du moins :) )

    RépondreSupprimer
  15. Alors pour West Wing, il faut absolument la voir en VO, mais ça s'applique à la plupart des séries, sinon toutes. Ici, c'est d'autant plus important que le fonctionnement des institutions politiques joue un rôle important (il y a pas mal de termes spécifiques), et que même les sous-titres français sont parfois du grand n'importe quoi. Donc anglais sous-titré anglais, et c'est un peu difficile au début, mais les personnages sont tellement géniaux qu'on se met assez vite dans le bain. Si tu n'as pas accroché, c'est peut-être que tu l'as vue trop jeune, en effet, et si en plus c'était en français...

    Sinon, je viens justement de terminer les deux saisons de Carnivale, tu verras c'est bluffant, même s'il y a des faiblesses, notamment dans la s. 2. Mais franchement, ça faisait longtemps que je n'avais pas eu un tel choc esthétique. La photo est incroyable, le grain, l'univers, l'époque choisie... Tout contribue à créer une atmosphère vraiment unique. Désolée, je la défends mal parce que j'ai la flemme d'argumenter de façon structurée, et j'ai conscience de rester bien vague, mais je compte sur toi pour réparer cette lacune.

    As-tu prévu de te limiter aux séries américaines ou d'étendre aux UK ? Parce que ce serait dommage de ne pas mettre Life on Mars dans ta sélection.

    Enfin, les séries à cheval sur les 1990's et les 2000's, tu comptes les inclure ? Je pense à Buffy, bien sûr.

    Je recase ma petite liste à moi (en plus de celles déjà citées ci-dessus) : The Sopranos, The Shield, Six Feet Under, Deadwod, Angel, Firefly, Battlestar Galactica (nouvelle version)... Tu vois comme je suis sympa, je te donne déjà un aperçu de ce que vont te faire subir tes lecteurs quand tu vas mettre ce sondage en place ! Ils vont te tyranniser !

    Pour revenir au sujet initial du billet, il faut absolument que je voie The Wire. Je suis sûre que ça va me plaire.

    RépondreSupprimer
  16. Serious Moon >>> effectivement The Corner n'est pas sorti en dvd en France.

    Mélanie >>> The Wire, je suis presqu'à la fin (j'ai pas mal de retard de publication)... ils arrivent à maintenir un niveau vraiment hallucinant jusqu'à la saison 4. La dernière est nettement moins bien, mais les quatre premières, ouh là là... terribles.

    Sur le classement... je pensais plutôt faire une décennie parfaite, 99/09, partant du principe que si on ne met pas une limite claire et nette, ça risque de partir assez vite dans tous les sens. Evidemment, c'est pas très cool pour les séries à cheval (Buffy n'est pas la moins bien lotie, sauf erreur de ma part il y a la moitié dans les 90's, l'autre dans les 00's... OZ est nettement moins bien servie, elle a commencé en... décembre 98), en même temps comme les saisons US commencent en septembre, c'est difficile de ne pas considérer les Sopranos (et les autres de cette rentrée 99) comme une série des années 2000. En revanche si jamais le principe marche... je ne vois aucune bonne raison de ne pas faire après le classement des années 90, et pourquoi pas une synthèse quand les années 2000 seront finies et qu'on aura plus de recul sur les nouveautés de 2008/09... ? Comme il y a peu de classements de ce genre pour l'instant, tous les coups sont permis (je songe aussi à faire un vote par personnage, genre le meilleur bad guy, l'héroïne la plus horripilante - Kim Bauer tient la corde... etc.).

    Pour les nationalités... je ne connais pas toutes les séries UK, mais je comptais introduire Engrenages, qui est française... donc pourquoi pas Life On Mars (par contre je pense qu'on va éviter les doublons avec la version US, de même que je pense qu'il serait mieux - sauf cas exceptionnels - de ne pas compter les mini-séries d'une seule saison). A mon avis ça va se passer en deux temps : je vais établir une "pré-liste", au terme de laquelle chacun pourra imposer d'office deux titres supplémentaires, s'il estime bien sûr qu'il en manque. En gardant bien à l'esprit évidemment que ces séries, moins vues, ont fatalement peu de chances d'obtenir un score autre que symbolique (ce qui est bien aussi, le caractère incitatif de l'entreprise a aussi de bons côtés, vu que c'est pas en 2009 que les gens vont se mettre à découvrir d'eux-mêmes des séries qui pour la plupart ne sont plus diffusées... sauf si on leur en parle).

    Sur le doublage... absolument d'accord. A la limite, les séries de networks, plus vendeuses, ne sont pas forcément mal doublées, mais par contre pour les séries du câble c'est vraiment très aléatoire.

    Enfin sur ta liste perso... bon, rassure-toi, tout ce monde-là sera a priori dans la sélection, même si je n'ai pas vu Firefly ni Battlestar, et que je n'ai pas encore vu la dernière saison de Deadwood :)

    RépondreSupprimer
  17. Petite précision, tu dis : "tout ce monde-là sera a priori dans la sélection, même si je n'ai pas vu Firefly" et avant : "ne pas compter les mini-séries d'une seule saison" mais en fait il n'y a que 12 épisodes dans Firefly. Et en même ce serait pas juste, c'est vraiment bien. En plus il n'y a pas tant de séries "notables" d'une seule saison.

    RépondreSupprimer
  18. Et question : vas-tu comptabiliser les "cop shows", de style CSI et compagnie (pour ne pas dire CSI et clones) ? Moi, je ne le ferais pas.

    RépondreSupprimer
  19. Comme tu le dis très bien... il n'y pas tant de séries notables d'une seule saison, donc je crois que c'est un faut problème. J'ai rédigé la pré-liste... j'ai 31 titres, dont un seul qui soit étalé sur une unique saison...

    En ce qui concerne les cop-shows, déjà, j'en regarde très peu - ce ne sont pas les trucs qui me viennent spontanément. Je pense que le seul que je vais inscrire d'office est CSI (le premier, Las Vegas), parce qu'il a réellement marqué son temps, parce que son esthétique a marqué beaucoup de séries des années 2000, parce que qu'on l'aime ou pas, il a "apporté quelque chose". Pour les autres... je me contenterai de les ajouter si quelqu'un en amène dans la sélection complémentaire, mais je ne les inscrirai pas d'office. Comme tu le dis très bien... ce sont des clones les uns des autres, leurs scénarios sont tous interchangeables, donc ils n'apparaîtront que s'ils sont vraiment les "chouchous" d'untel ou d'untel.

    RépondreSupprimer
  20. Il m'a fallu enfin voir la saison 2 de The Wire pour découvrir dans les coms la génèse du top des séries avec ses interrogations et tout et tout !

    Saison 2 que j'ai préférée, même si elle m'a moins surpris que la découverte. La finesse de chaque situation, de chaque ligne de texte, plus d'humour (des moments même franchement hilarants !).

    la saison 3 dans quelques semaines, le temps que je la trouve !

    RépondreSupprimer
  21. Eh oui, on en découvre des trucs dans le secret de ce blog ^^

    Je dois avouer que j'ai finalement peu de souvenirs de la seconde saison. Je me souviens juste que c'était très bien et Chris Bauer est génial.

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).