jeudi 29 janvier 2009

L'Obama est le pain du malheureux

...
Le 20 janvier dernier avait lieu un événement considérable, le genre de truc que personne n'a pu éviter tant la presse nous a rebattu les oreilles avec. Je parle bien sûr de mon anniversaire. Envoyés spéciaux, reportages, chroniques par les analystes les plus pointus... ce 20 janvier 2008 a été décortiqué par le monde entier alors même que moi, je n'ai pas fait grand-chose - juste prononcé une petite phrase comme quoi je prêtais serment de continuer à pourfendre la connerie humaine pour les quatre années à venir. Rien que de très ordinaire.

A cette occasion (mon anniversaire, pas ma prestation de serment) j'avais commandé trois principaux cadeaux : le coffret Twin Peaks, un Président Noir (démocrate de préférence), et un nouveau blog. Pour le coffret bon... ça s'est mal goupillé, Madame Sinaeve a mélangé les listes et je l'ai eu pour Noël. Le nouveau blog... je ne vous cache pas que ça ne me tentait pas trop, mais ça faisait partie des cadeaux que j'appelle utilitaires - on en a toujours un ou deux comme ça dans le lot (jean, manteau ou blog). C'est vraiment le Président qui m'a surpris, parce que ça faisait quand même plusieurs années que je le demandais mais c'était toujours pareil : ma mère disait que Thomas, quand même, sois raisonnable : on n'a pas les moyens. Pas plus que pour une nouvelle console de jeux (vous savez : ces consoles où on fait des mouvements avec la manette comme si c'était pour de vrai - parait que tout le monde en a maintenant... enfin tout le monde à part moi). Sauf que cette année, dans ma famille, ils m'ont joué l'intox : pendant des mois ils m'ont fait croire que - comme tous les ans - c'était mort, que j'aurais encore - comme tous les ans - un bouquin de Blondel... alors qu'en fait, ils s'étaient tous cotisés pour me l'offrir, mon Président, l'avaient commandé sur Amazon (nom de site qui dit déjà tout)... et là je vois le paquet, je me dis putain : c'est un peu gros pour un livre de Blondel quand même - peut-être qu'ils m'ont offert le vrai Blondel en chair et en muscle ? Je m'avance, fébrile... j'enlève le ruban... je déballe un peu et là... surprise !!! Mais... c'est... c'est...

"Thomas, je te présente Barack Obama.
- Barack ?
- Oui. Barack Obama. Pour remplacer ta figurine de David Palmer..."

Barack s'est avancé vers moi, ma mère a appuyé sur un bouton derrière sa tête et là il a dit (tous en chœur) YES, WE CAN ! Même que ça m'a un peu foutu les boules sur le coup.



C'est là que j'ai compris qu'ils avaient vraiment dû casser leur tire-lire : ils l'avaient acheté en import américain. Ma mère m'a alors expliqué que le modèle français ne serait pas disponible avant plusieurs années, ce qui ne m'a pas tellement surpris vu qu'en France on en est encore au vieux modèle de figurines de Président, le Bonaparte 6UMP5-440, un truc tout pourri certes capable de simuler un discours comme un vrai Président mais qui ne procure en rien les véritables sensations d'un leader exaltant courage et espoir dans le cœur de ses compatriotes. De là à dire que Sarkozy est à sa fonction ce que World Cup 1994 est à PES 2008...

Aïe... premier article du nouveau Golb et j'en voie déjà qui s'insurgent ! J'en profite pour préciser que mon adresse mail est en bas à gauche - mais attention : je n'accepte que les courriers de protestation. Ah bah tiens, en voilà un :

"Cher Monsieur Sinaeve, Je ne partage pas vos opinions et je sais que vous ne partagez pas les miennes. Ca n'e mempêche pas de vous lire avec plaisir. Cependant, je m'inscris en faux : dire que Monsieur Sarkozy est ringard, c'est très injuste : tout le monde s'accorde au contraire pour reconnaître qu'il modernise sa fonction..."

Stop ! Je vous arrête ici, cher BBB. Je ne vois pas ce qu'il y a de moderne à évoquer durablement la droite la plus conservatrice et réactionnaire, et même, excusez-moi de vous le dire, c'est quand même pas pour rien qu'on n'a jamais taxé l'UMP de parti progressiste. D'autre part, il faudra que vous m'expliquiez en quoi le rabottage (quand ce n'est pas l'éradication) des contre-pouvoirs et la criminalisation de toute opposition potentielle s'apparente à de la modernité ? C'est donc moderne, de faire passer tous ses adversaires pour des gens dangereux ? L'ultra-gauche (terme qui n'existait même pas pour le commun des mortels il y a six mois) ? Terroristes ! Les syndicats ? Fauteurs de trouble ! Besancenot ? La gauche la plus violente (pour ne pas dire inhumaine) ! Les socialistes ? Des malotrus qui prennent en otage l'Assemblée et qui refusent de la fermer ! Je vous le dis franchement, cher BBB. : ça devient dangereux de s'affirmer de gauche. Qui sait si je ne suis pas déjà surveillé par le SIG en tant que dangereux leader d'opinion distillant des idées révolutionnaires et malsaines dans la caboche des internautes ? Pensez-donc que je suis très favorable à ce que l'élection présidentielle se fasse au suffrage universel indirect. Que je pratique chaque semaine ou presque l'outrage à Président - délit très en vogue de nos jours... d'ailleurs je me demande : si j'écrivais en gros Sarkozy ça craint, est-ce que je m'exposerai à des poursuites ?

Bon... bien entendu je pratique l'excès de caricature (hihi), nous ne sommes pas encore en dictature, et ce n'est assurément pas sous Sarkozy que nous y entrerons. Il n'empêche : à force d'avaler des couleuvres au nom d'une raison (avez-vous remarqué comme nos amis de la Majorité Présidentielle nous demandent toujours d'être raisonnables ? C'est marrant... surtout si on considère qu'eux-même surfent sur l'aspect le plus strictement émotionnel de l'opinion...) devenue synonyme de résignation, on finit par se satisfaire du moindre mal au lieu de chercher l'absolu. Un compromis par-ci, un compromis par-là. On en vient à lire des trucs comme le Président a obtenu gain de cause : les patrons de banque ne toucherons pas leur bonus, ils reverseront juste les dividendes aux actionnaires, tout au plus sept milliards (1) Combien ? Sept ? Et Zéro bonus ? Oh, bon bah ça va alors. C'est pas si mal. C'est déjà ça. Finalement on s'en faisait toute une montagne de ces banquiers, ça s'est plutôt bien passé...

... d'ailleurs en parlant de banquiers je me demande : comment se fait-il qu'aucun d'entre eux ne craigne pour sa vie ? Je sais pas, moi, je m'appellerais Bouton, j'aurais quand même un peu peur de me faire choper un soir dans une rue sombre par une bande de érémistes enragés du genre qui votent à gauche. Pas vous ? Imaginez-vous banquier... je sais je sais : c'est pas facile. Mais essayez. Vous avez foutu la terre entière dans la merde. Tout le monde vous hait. Ceci posé soyez honnêtes : vous en rajouteriez une couche, vous, en prétendant à vos bonus, en reversant des dividendes, en faisant les malins et en arrosant la popu franchement lasse de votre énarque arrogance ? Moi, personnellement, non. Mais c'est vrai aussi je n'ai jamais gagné des mille et des cents et que l'idéologie libérale dont on ne m'a pas gavé ne m'a pas donné pendant trente (quarante ?) ans la fausse impression que j'étais le Roi du Monde, plus fort que les institutions, plus fort que les gouvernements et même plus forts que les idées (et le peuple aussi évidemment mais il ne compte pas : le peuple par définition est faible). Si demain un patron de banque se faisait agresser à coup de batte base-ball, moi, je serais dans tous mes états - sans doute. Choqué, horrifié, inquiet. Mais s'il y a bien un truc que je ne serais pas, c'est surpris. Lesdits patrons de banque, en revanche... eux, je vous parie ma chemise qu'ils seraient surpris. Il suffit de lire leurs interviews, ou à défaut (car ils se cachent quand même un peu) celles des derniers libéraux osant encore sortir dans la rue (euh... la presse) sans sac sur la tête : ces gens n'ont absolument rien compris. Ils n'ont rien compris à ce qu'ils faisaient pendant des décennies, et ils n'ont rien compris à ce qui se passe aujourd'hui.

Pourtant malgré cela la révolution semble encore loin de cogner aux portes des sièges sociaux, de l'Elysée ni de rien - en fait. Ca, en revanche, ça me surprend. Faut-il que notre pays soit cynique pour que les choses semblent ainsi glisser sur lui ? On râle après les banquiers, on s'angoisse, on déprime sans doute... on flippe pour son petit confort, en somme. Ou alors c'est l'inverse : notre pays est si fort qu'il n'éprouve pas le besoin de foutre un coup de pied dans la fourmilière ? Dans ce cas on préfère faire le gros dos et attendre que tout ça, la crise, se tasse. Rêver. Par exemple que Barack Obama, en fait, c'est notre Président à nous. Vous vous demandiez pourquoi on nous avait tellement bassiné avec lui en janvier (plus encore qu'en 2008, ce qui semblait difficilement concevable) ? Ne cherchez pas plus loin : Barack Obama symbolise l'espoir, partout, tout le temps. Je parie qu'Obama, en kenyan, ça veut dire ESPOIR. Espoir absolu, espoir de tout et de rien, espoir de ce que vous avez besoin d'espérer là tout de suite maintenant. N'importe quoi, pourvu qu'il y ait de l'espoir. Obama n'est plus un homme, c'est un personnage de cartoon. D'ailleurs : existe-t'il ? Est-ce que je ne confondrais pas avec ce Président dans une série que j'adore - Président lui aussi porteur de grands obamas ? Entre nous : c'est à la fois poignant et pathétique. Du rêve bon marché et consensuel, à peine plus crédible, dans le fond, qu'une petite figurine qui ferait YES, WE CAN. Peut-être, mais vous savez quoi ? C'est déjà ça. Et même : c'est mieux que rien.


(1) En 2008

36 commentaires:

  1. Comment céty que je suis contente de te relire ! et moi, j'en veux bien un Obama comme kdo !

    RépondreSupprimer
  2. Thom, bravo pour ce nouveau blog, qui s'ouvre avec un édito parmi vos meilleurs. Au plaisir de vous lire à nouveau tous les jours,

    BBB.

    RépondreSupprimer
  3. Doriane >>> en tant que première commentatrice du Golb 2.0, tu auras bien entendu ta Golb Card très prochainement :-))

    BBB. >>> ravi de voir que même sous blogger, vous pratiquez toujours la "double signature" ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Je le crois pas tu as choisi une mise en page lisible. Les opticiens ne te remercient pas.

    RépondreSupprimer
  5. Sinon pour les poursuites c'est Sarkozy casse toi pauv' con qu'il faut écrire.
    A priori ça vaut 30 euros ce qui n'est pas cher finalement pour un tel plaisir.

    RépondreSupprimer
  6. Pas le temps de lire tout ceci immédiatement (les pavés m'attendent), mais quel plaisir de savoir que j'aurai que j'aurai de la lecture golbienne en rentrant fourbu ce soir !!!

    Ravi de te retrouver, Thom !!!

    RépondreSupprimer
  7. Enfin de retour ! Moi c'était mon anniversaire hier et j'avais demandé l'ouverture du nouveau blog de Thom !

    Ingannmic

    RépondreSupprimer
  8. chouette c'est reparti ! Hi brother, contente de te retrouver !!! et sinon pour ton édito, en fait s'ils ont fait la gueule pour leur bonus les banquiers, c'est parce qu'ils ont une forte augmentation de leur frais de sécurité... Les gens se rendent pas compte mais c'est dangereux comme train de vie et couteux...;-
    Euh noir sur gris, moi je pense que mon opticien va te dire merci !!!

    RépondreSupprimer
  9. je ne vais pas te redire bon anniv, c'est déjà fait... et je lirais ton édito plus tard, il est toujours aussi dense... bref, juste pour dire hello, I'm in.

    RépondreSupprimer
  10. KMS >>> quel chieur ! Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a d'illisible !

    Yohan, JoAnn & Amanda >>> merci :-)

    Ingannmic >>> bon anniversaire, alors !

    yueyin >>> en même temps si j'avais fait noir sur blanc, on m'aurait dit que c'était beaucoup trop blanc (mince... je parle comme Sarkozy, là, non ? ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Tss tss tss lis bien ce que j'ai écrit justement.

    RépondreSupprimer
  12. Oui bon... ok, je te dois quelques excuses, on va dire :-)

    RépondreSupprimer
  13. et david palmer, il s'assied et dessus et il pédale, c'est ça?

    nanméquelskandal !

    (bon retour dans la blogosphère, et je n'oublie pâs de me mettre aussi au travail :o)

    RépondreSupprimer
  14. Tu te dois de ramper à mes pieds comme acte de contrition oui. Si tu crois que de vagues excuses vont suffire.
    (Nan mais)

    RépondreSupprimer
  15. Je ne sais pas pourquoi mais je me dis que ton anniversaire n'est pas vraiment le 20 janvier et que tu est un peu vieux pour demander à tes parents de t'offir la Wii... à part ça, bon retour !

    RépondreSupprimer
  16. Arbobo >>> non euh... David, lui, il préfère la pêche je crois (Cf. 24, Day 2, H1 :-))

    KMS >>> n'abuse pas... tu es juste victime de ta réputation - et tu sais mieux que personne ce que c'est de lire en diagonale ! ;-)

    Emma >>> en fait... tu as raison et tort. Je n'aurais jamais demandé une Wii, en effet (quoique j'aime bien y jouer avec mes cousins). En revanche le 20 janvier est bel et bien le jour de mon anniversaire :-)

    RépondreSupprimer
  17. Si j'ai bien tout compris... sachant que le Golb, c'est comme un blog, en mieux, et que le Golb2, c'est comme le Golb, mais en mieux, le Golb2 est donc comme un blog, en deux fois mieux... j'ai bon ?

    En tout cas, j'aime les retours fracassants... et avec un édito aussi jubilatoire, c'en est un...
    (sinon... pourquoi blogger ?)

    RépondreSupprimer
  18. Et je te rassure, on est au moins deux à ne pas avoir de consoles...
    En plus Twin Peaks + Un président démocrate noir, je n'imagine pas trop, moi non plus, de meilleur cadeau d'anniversaire... comme quoi, on est encore en phase ^^

    Par contre, il ne me reste plus à voir que les 5 derniers épisodes de Twin Peaks (et le film...) et ça, c'est rude, quitter l'univers de Twin peaks, c'est toujours un déchirement pour moi... remarque, ce sera pas pour ce soir, puisqu'Arte repasse Sailor et Lula (sans doute même pas en VO, ce qui est franchement con...) suivi d'un documentaire paraît-il très bon sur la manière de travailler de Lynch...

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour, nouveau Golb :)
    Super article, pour l'ouverture.
    A bientôt alors !

    RépondreSupprimer
  20. G.T. >>> bien vu ! Quant au choix de blogueur, c'est le fait de pouvoir créer plusieurs catégories pour le même article qui a été déterminant. Ca le rend d'autant plus lisible et ça évite les casse-têtes de type "putain, je le mets où, ce disque-là".

    Bob >>> je n'en suis qu'au premier épisode de la saison 2, donc ça va (comme toujours je regarde plusieurs séries en alternance). Et je comprends très bien ce que tu veux dire à propos de cette fascination tellement puissante qu'en fait, elle balaie jusqu'aux défauts de la série, car elle en a ! La saison 1 est trop courte, le 2 trop longue, certains personnages sont barbants... et en même on ne peut s'empêcher d'y revenir tout le temps !

    Livro >>> merci !

    RépondreSupprimer
  21. Enfin ! Je commençais sérieusement à m'impatienter mais le résultat en vaut largement la peine. Félicitations pour ce nouveau Golb et pour cet édito que j'adore, tout simplement.

    RépondreSupprimer
  22. Ah les filles... faut toujours qu'elles me fassent rougir, c'est ma grande faiblesse !

    RépondreSupprimer
  23. Bon retour, Thom. Et bravo pour cet édito. Je note que vous progressez continuellement : avant, vous faisiez des éditos en plusieurs parties. Maintenant, tout est d'un bloc, qui ricoche, c'est vraiment plus agréable à lire. H.

    RépondreSupprimer
  24. bon retour également. Au fait, merci encore pour ta chronique de mathieu Boogaertz sur culturofil, depuis j'ai écouté tous ses albums, un vrai fan :-)

    RépondreSupprimer
  25. H.V. >>> très chère, je vous remercie de le noter. Malheureusement, je n'arrive pas à encore à "contracter" à chaque fois... on verra dans quelques mois !

    Boebis >>> là, évidemment, tu me fais très plaisir (j'écoutais encore 2000 ce matin).

    Bon maintenant les amis... j'espère qu'il y a aura autant de monde pour les prochains articles ! Parce que c'est pas tout ça mais j'ai décidé que sur Le Golb 2.0, on allait péter les stats d'Art-Rock ;-)

    RépondreSupprimer
  26. Youpi, le Golb est de retour!!!!

    Peau neuve, Thom "devient" clairement Thomas Sinaeve... :-) Et cette fameuse écriture Trebuchet qui devient vraiment à la mode... (après Doc Frank'n'Furter, moi... et d'autres :-))

    SysT

    RépondreSupprimer
  27. (merde mon comm n'est pas passé tout à l'heure... je le repost)

    Oui, c'est vrai qu'il y a quelques défauts... mais, pour moi, ce sont quelques scènes / réactions de personnages un peu trop grosses (des petites choses, par exemple, quand Andy se prend la planche en pleine poire et se met à tituber pendant une minute...) d'un autre côté, j'aime le fait qu'il y ait plein de petits trucs un peu bizarres mais qui, en fin de compte, ont une explication tout à fait logique... encore un petit exemple, cette façon qu'a Dale Cooper de systématiquement lever le pouce et sourire pour montrer son approbation, ce qui, à première vue, semble un peu lourd et bébête, mais s'explique ensuite lorsqu'on fait connaissance avec son chef, sourd comme un pot...

    Le couple Andy/Lucy est un autre bon exemple... parfois, c'est un peu trop gros, ils ont vraiment l'air de deux débiles inadaptés, on les charge trop... mais les 3/4 du temps, ils sont tout de même assez hilarants (de toute façon, Lucy, rien qu'à sa voix et sa manière de répondre, elle me fait éclater de rire...)

    Quant aux personnages... (ok, c'est pas le sujet de l'article, mais faut pas me lancer sur Twin Peaks, je ne peux plus m'arrêter) je n'en vois pas vraiment de barbant, je les adore tous... ou presque... il y a juste Nadine et Josie que je trouve un peu gonflantes, pour des raisons oppposées... Nadine, parce que le personnage est assez insupportable, et quand elle change dans la saison 2, elle va un peu trop loin dans le grotesque, et Josie, parce qu'au bout d'un moment, marre de l'entendre pleurnicher (comme la mère de Laura, d'ailleurs, autre personnage chiant).

    Sinon... Benjamin Horne et son frère sont excellents, idem pour les jeunes couples James/Donna et Bobby/Shelly... Norma (aaah, Norma...)Dale Cooper, bien sûr, Audrey (aaah, Audrey...) Harry et Hawk sont parfaits, Ed est sympathique, Pete aussi, Leo et Hank sont de très bons personnages de "méchants"... l'un, vraiment flippant et totalement antipathique, l'autre, roublard... j'adore Albert, dont chaque remarque sarcastique est un régal... et Gordon Cole, bien entendu (de toute façon, quand Lynch apparaît à l'écran, je me prosterne)... j'en oublierai presque Leland, formidable... et même le nain, qui a un super groove^^ et Bob, comment l'oublier...
    Le major Briggs... c'est vrai que lui est un peu chiant, sauf que ses rapports avec son fils sont vraiment tordants, l'opposition entre le fils rebelle et le père militaire très carré... c'est du déjà-vu, mais tout le génie de la série, c'est de savoir introduire dans ces rapports très clichés des choses qui les amènent ailleurs (caractéristique de Lynch)... là où un père militaire carré et un fils rebelle, ça mène généralement à de la tension, des cris, de la violence, du drame... dans Twin peaks, ça devient à chaque coup absurde et très drôle, le fils provoque, et le père est toujours décalé, parce qu'en plus d'être carré, il analyse tout, avec le plus grand sérieux, et sans ne jamais faire le moindre drame...

    Et tant que j'y suis... un autre truc marrant... il est étonnant de constater à quel point quasiment tous les personnages de la série sont, dès le départ, en couple avec la mauvaise personne... ce qui peut sembler commun dans une série mélo (et Twin Peaks joue pas mal avec les codes du mélo...) sauf que dans n'importe quel autre mélo, ça aurait été systématique, redondant, facile... et là, c'est, je trouve, remarquablement fait, ça fonctionne à merveille... quasiment tous sont dans ce cas, mais les histoires et personnages sont vraiment très différents, on peut très bien ne pas le remarquer...

    Bobby est avec Laura au départ... alors que la "bonne personne", pour lui, c'est Shelly... qui est, elle, avec Leo (et c'est peu de dire que Leo n'est pas pour elle la "bonne personne").
    Laura est avec Bobby, mais la bonne personne, pour elle, c'est plutôt James... qui réalise que la "bonne personne" pour lui n'est pas vraiment Laura, mais plutôt Donna... qui est, elle avec Mike, alors que James est celui qui lui convient.
    Ed est avec Nadine, Norma avec Hank... mais ce sont les mauvaises personnes pour eux, ils devraient être ensemble... Pete est avec Catherine... alors que lui préfèrerait être avec Josie (même s'il sait que c'est impossible), et elle avec Ben Horne (jusqu'à ce qu'il la trahisse).

    Bref, c'est un ressort usé jusqu'à la corde dans Twin peaks, et pourtant, ça fonctionne à merveille, pas comme dans les soap lourdingues...
    Au-delà de ça, il y a l'idée que chaque personnage n'est pas vraiment à sa place... très intéressant, ici, parce qu'on a d'un côté, cette volonté de créer un univers fixe et intemporel... une sorte d'Amérique "profonde et éternelle", coupée de l'agitation et de la frénésie de la vie moderne, toujours bloquée dans les 50's, où tout le monde semble se connaître, où chacun est bien à sa place... mais non, ils sont tous décalés et/ou pas à leur place...
    Andy est flic... mais hyper-sensible, et s'évanouit à la moindre occasion, Audrey semble passer son temps à se chercher dans ce grand hôtel où elle est censée être "partout chez elle", Pete ne sait pas vraiment où se mettre, Josie, n'en parlons pas, James a besoin de fuir Twin Peaks, et le couple James/Laura, c'est un peu l'équivalent du couple Kyle Maclachlan/laura Dern de Blue Velvet, ils se retrouvent propulsés dans un monde effrayant et mystérieux, alors qu'eux sont très "purs"... Dale Cooper n'est pas tout à fait dans le "monde réel", Albert a l'impression d'être chez les ploucs, le Dr. jacobi est complètement décalé, Harry et Hawk sont si droits et bons qu'ils ont eux aussi l'air décalé face à ce à quoi ils sont confrontés, Duchovny n'est pas dans le "bon corps", Leland manifeste sa douleur et ses tourments... en dansant... et les autres sont avec la mauvaise personne...
    Ce ne sont pas de simples petits décalages, ça joue beaucoup sur les exacts opposés...
    En plus, dans Twin peaks, on est vraiment dans un cadre de fantastique hoffmannien, avec ce mélange fascinant de burlesque et de mystère...

    Bon, je crois que je vais arrêter là de balancer tout ce qui me passe par la tête sur Twin Peaks... et fallait bien que je marque le coup pour le lancement du Golb 2.0., avec un commentaire interminable pas vraiment en rapport avec le sujet...

    RépondreSupprimer
  28. SysT >>> oui, il était temps de sortir du placard :-)

    G.T. >>> Tu es un psychopathe... mais le pire, c'est que je suis entièrement d'accord, et que les personnages qui me gonflent sont bien évidemment Nadine et Josie, cette dernière remportant la palme vue qu'elle n'est pas drôle du tout et qu'en plus, c'est quand même une sacrée potiche.
    Non, en fait, ce que je trouve dommage dans Twin Peaks... c'est que les deux saisons sont mal équilibrées (Lynch lui-même avoue qu'il aurait mieux fait de couper la saison 2 en... deux). Personnellement j'ai beaucoup de mal avec le pilote, que je trouve trop long... après sept petits épisodes ça part à toute allure, et c'est fabuleux. Ensuite la saison 2... ç'aurait dû être l'apothéose de la série, seulement voilà : on découvre la clé de l'énigme Palmer à la moitié, et après les épisodes "intermédiaires" entre l'affaire Laura et l'affaire Earl enlisent un peu la série, Windom Earl arrive, on retrouve tout notre intérêt... bah oui, sauf que maintenant ça y est, en fait, c'est fini. Je crois d'ailleurs que Lynch et Frost n'avaient pas eu le choix ; ils n'avaient pas prévu de révéler si vite le meurtrier de Laura Palmer *** mais y ont été contraint par les chutes d'audience (qu'ils n'ont du reste pas réussi à endiguer). Toujours est-il que Twin Peaks, plus qu'aucune autre série, me fait penser à ces classic-albums tellement marquants qu'on a fini par oublier que toutes les chansons n'étaient pas parfaites... la première série moderne, celle qui porte en germe toutes les autres. Rien que pour ça, il faut l'avoir eu une fois dans sa vie.

    *** et j'ajoute qu'en fait, en revoyant la série, je me suis aperçu que plein d'indices l'accusaient formellement dès l'épisode 5... ce qui en dit long sur l'art de Lynch et Frost de détourner le suspens - celui qui prétendra avoir deviné qui avait tué Laura Palmer ne sera en effet qu'un menteur de la pire espèce !

    RépondreSupprimer
  29. Bon sang j'arrive trop tard pour l'inauguration, y a plus rien à boire et il reste que les petits fours aux épinards que personne n'aime. Tant pis, je file chez Cissie, il parait qu'elle a réouvert depuis le retour de Thom....

    RépondreSupprimer
  30. Hum... en fait non, elle a réouvert juste avant (et je n'y suis pour rien) (même si elle m'avait promis un article sur les Kinks)

    RépondreSupprimer
  31. Que dire sur cet édito? sinon que... je l'avais déjà lu ;-)? Ben qu'il est super, hein, of course! Pour les éventuels amateurs, je signale que Mr Thom a agrémenté le petit crobard habituel accompagnant son édito d'un petit 'plus' : vous pouvez le découvrir en grand en cliquant dessus (et comme ça mieux voir les défauts - faudra que je fasse encore plus gaffe donc...)

    RépondreSupprimer
  32. Bon ! heureusement, Obama s'est déclaré favorable à la peine de mort, on coupera peut-être définitivement la mauvaise langue de la mauvaise tête de LeGolb.
    Heureusement, Alf tient le flambeau.
    Tiens ! je vais peut-être créer un nouveau blog, pour me mettre au niveau :)

    RépondreSupprimer
  33. "G.T. >>> Tu es un psychopathe..."

    C'est pas moi, c'est Bob !

    Sinon, entièrement d'accord... pareil pour les indices, vraiment très fins et bien pensés, parce qu'ils nous laissent à aucun moment deviner que c'est ***, on ne peut les comprendre et les interpréter dans le bon sens qu'une fois qu'on sait que c'est lui...

    Par contre, je connaissais le fin mot de l'histoire avant même d'avoir vu le pilote... puisque j'ai vu le film avant la série...

    Le seul très léger désaccord, c'est que je trouve le pilote de la saison 1 plutôt bien (même si, c'est vrai, les épisodes 1-7 sont ce qu'il y a de mieux)... c'est plutôt le pilote de la saison 2 qui est un peu moyen...

    Non seulement c'est la première série moderne, celle qui porte en germe toutes les autres... mais on reste étonné de voir à quel point elle est toujours extrêmement audacieuse, même face à toutes les séries actuelles qui osent et transgressent beaucoup... en même temps, c'est Lynch, c'est normal^^

    RépondreSupprimer
  34. Alf >>> eh oui... il va falloir soigner un peu plus le coup de crayon :-)

    Lou >>> tu n'avais posté ton dernier message de tous les temps sur le Net la semaine dernière ? COntent de retouver, vieux fripon ;-)

    G.T. >>> les pilotes... disons que je les ai vus dans des conditions particulières, le premier, un midi en mangeant en même temps, alors que j'étais un chouia pressé... et le second, à l'inverse, un soir, tranquille, où je m'endormais progressivement devant la télé :-)
    Le film... c'est autre chose. Personnellement je l'aime bien, c'est même un de mes Lynch préférés je crois (avec "Blue Velvet" et "Lost Highway", ce qui est assez logique tant les trois semblent liés)... mais d'un autre côté, tout ce que j'aime dans Twin Peaks, la série, n'est pas dans le film (que d'ailleurs... seuls les français appellent "Twin Peaks", les anglo-saxons l'appellent tous "Fire Walk With Me" pour instaurer une différenciation claire et nette avec la série).
    Enfin, la transgression... oui, bien entendu ! De toute façon, Twin Peaks est unique non seulement en son genre... mais en ce qu'elle concentre tous les genres. Il y a depuis eu plein d'excellentes séries, mais aucune qui soit aussi "complète" et "riche", qui soit à la fois axée aventures, thriller, fantastique, romance, comédie... à part peut-être Lost (qui doit d'ailleurs beaucoup à Twin Peaks, contrairement aux apparences), mais je manque de recul pour en juger (et en plus... la série n'est terminée, ce qui empêche d'émettre un avis parfaitement définitif).

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte blogger, choisir l'option NOM/URL et remplir les champs adéquats (ce n'est pas très clair, il faut le reconnaître).